Cambodge & COVID-19 : Appel des autorités à une extrême vigilance après la « journée noire » du 30

Le ministère de la Santé a évoqué la possibilité d’un nouveau confinement et l’OMS a prévenu qu’une surveillance renforcée était nécessaire pour vérifier si la variante Delta se propageait dans la communauté cambodgienne.

Le 30 juin a également été la journée enregistrant le plus grand nombre de décès dus au COVID-19 au Cambodge
Le 30 juin a également été la journée enregistrant le plus grand nombre de décès dus au COVID-19 au Cambodge

Le Cambodge a franchi une nouvelle étape difficile le 30 juin 2021 avec 1 130 nouveaux cas de COVID-19 signalés par le ministère de la Santé, soit la plus forte augmentation en un jour depuis le début de la pandémie il y a 18 mois.

Le 30 juin a également été la journée enregistrant le plus grand nombre de décès dus au COVID-19 au Cambodge, 27 personnes supplémentaires ayant perdu la vie à cause du virus. Le nombre de décès s’élève désormais à 602.

Alors que 670 personnes se seraient remises du COVID-19, le nombre total de cas enregistrés a franchi le seuil des 50 000, passant à 50 385, selon les statistiques du ministère de la Santé.

Ligne rouge

Le porte-parole du ministère de la Santé, Or Vandine, a déclaré que le pays avait atteint « une ligne rouge » qui exige que toutes les parties prenantes, en particulier le public, jouent un rôle plus actif dans la prévention de la propagation du COVID-19. Si l’épidémie communautaire se poursuit à ce rythme, a-t-elle averti, le Cambodge connaîtra davantage de décès et les systèmes de santé seront débordés.

« Si l’épidémie dans notre communauté se poursuit à cette échelle, les installations de santé publique, les hôpitaux seront en surcapacité, car il y a beaucoup de patients et pas assez de place pour les traiter », a-t-elle déclaré.

Elle a prévenu que les impacts sociaux et économiques devraient être pris en compte, mais a laissé entendre qu’un autre confinement pourrait être nécessaire pour réduire la propagation du COVID-19. Cette situation survient après que la première fermeture du Cambodge, au début de l’année, ait entraîné un taux de chômage important, un marasme financier et des protestations liées à des pénuries alimentaires.

La fragilité de l’infrastructure sociale cambodgienne et la pauvreté qui a été une expérience vécue par de nombreux habitants de Phnom Penh ont été douloureusement mises en évidence au cours de la période de confinement, dont les retombées ont conduit le Premier ministre Hun Sen à mettre fin aux restrictions.

Variante Delta

Dans une grande partie du monde, on observe une recrudescence des cas de COVID-19, malgré le déploiement des vaccins, de nombreux nouveaux cas étant liés à la variante Delta, qui, selon les experts, est jusqu’à 60 % plus transmissible et apparemment plus résistante aux vaccins que les variantes précédentes.

Les autorités sanitaires australiennes ont récemment annoncé que la variante Delta pouvait être transmise par des « rencontres fugaces » et peut se propager dans les 5 à 10 secondes qui suivent un contact étroit avec une personne ayant contracté la variante Delta. Les variantes précédentes étaient censées se propager dans les 15 minutes suivant un contact proche.

Toutefois, la présence de la variante Delta au Cambodge semble limitée. Le ministère de la Santé a déclaré hier que seuls 22 cas de la variante Delta avaient été enregistrés au Cambodge, tandis que le GISAID — dont les données proviennent directement de l’Institut Pasteur du Cambodge — a signalé 25 cas à ce jour. Les deux sources suggèrent que tous les cas de la variante Delta ont été importés, ce qui a été confirmé par le rapport de situation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) du 21 juin — aucune nouvelle information n’a encore été rendue publique par l’OMS.

« Les chiffres sont variables et seront mis à jour régulièrement », a déclaré le Dr Li Ailan, représentant de l’OMS au Cambodge.

« Pour moi, le fait le plus important est que la variante Delta est parvenue au Cambodge et que nous devons être extrêmement prudents et vigilants », a-t-elle prévenu, ajoutant que les mesures sanitaires et sociales actuelles sont capables de contenir la propagation de la variante Delta, mais doivent être mises en œuvre plus rapidement et plus efficacement.

« Il est maintenant important de surveiller de près si la variante Delta circule dans la communauté — au-delà des mesures frontalières — à ce jour (30 juin), il semble que tous les cas dus à la variante Delta soient des cas importés », a déclaré Mme Ailan.

« Mais nous devons surveiller la situation dans la communauté — le virus pourrait se propager très rapidement une fois qu’il aura circulé dans la communauté locale, en particulier dans tout environnement 3C », a-t-elle conclu, faisant référence aux contacts étroits, aux espaces fermés et aux lieux bondés que les Cambodgiens sont invités à ne pas fréquenter.

Plus tôt dans la semaine, le 28 juin, le ministre de la Santé Mam Bunheng avait également mis en garde le Cambodge contre tout laisser-aller, soulignant que la perspective d’une propagation de la variante Delta au niveau de la communauté serait désastreuse.

Phoung Vantha avec l’aimable autorisation de Cambodianess