top of page
Ancre 1

Cambodge & Coopération : 43 millions de dollars pour les agriculteurs du Tonlé Sap

Le Fonds vert pour le climat (FVC) a approuvé un projet de 43 millions de dollars au Cambodge visant à renforcer la capacité d'adaptation des petits exploitants agricoles, des communautés locales et d'autres acteurs de la chaîne de valeur du nord du bassin du Tonlé Sap face aux menaces croissantes liées au changement climatique.

Vue aérienne d'un village dans le bassin du Tonlé Sap. FAO Cambodge
Vue aérienne d'un village dans le bassin du Tonlé Sap. FAO Cambodge

L'accord a été donnée lors de la 35e réunion du conseil d'administration du GCF, qui s'est tenue hier à Songdo, en Corée du Sud. Le projet s'intitule « Partenariats public-social-privé pour une agriculture écologique et des moyens de subsistance résilients dans le nord du bassin du Tonlé Sap » (en anglais : PEARL).

Le projet sera mis en oeuvre sous la direction du ministère cambodgien de l'Environnement et du ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, avec le soutien technique de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« Le montant approuvé financera ce projet de six ans qui bénéficiera à 450 000 petits exploitants agricoles et acteurs locaux de la chaîne de valeur dans la zone du bassin nord », annonce la FAO dans son communiqué'

La zone du Grand Lac est l'une des régions agricoles les plus importantes du Cambodge et fournit des ressources essentielles pour soutenir les moyens d'existence de plus de trois millions de Cambodgiens. C'est l'une des régions les plus soumises aux inondations et aux sécheresses, qui devraient devenir plus fréquentes et plus intenses en raison du changement climatique, exacerbant ainsi les vulnérabilités socio-écologiques.

Le ministre de l'environnement, S.E Say Samal, a déclaré que les petits exploitants agricoles de la région disposaient d'un potentiel pour se lancer dans des activités agricoles résistantes au climat, respectueuses de l'environnement et à forte valeur ajoutée.

« C'est pourquoi l'approbation du projet PEARL constitue une étape importante pour relever les défis urgents d'adaptation des petits exploitants agricoles de la région », a-t-il précisé.

« Il s'aligne sur la priorité du gouvernement de protéger les Cambodgiens les plus vulnérables à l'impact du changement climatique en assurant un développement durable et résistant au climat», a-t-il ajouté.

Le projet PEARL est conçu pour soutenir les petits exploitants et les autres bénéficiaires de la chaîne de valeur en améliorant leur accès aux informations climatiques, ainsi qu'aux services, au financement et aux technologies afin de renforcer leur résilience au changement climatique.

Le projet cible explicitement les ménages agricoles dirigés par des femmes et les agricultrices afin de répondre à leurs vulnérabilités socio-économiques uniques.

« Le projet est innovant de par sa conception - il utilise des mécanismes basés sur le marché pour renforcer les raisons pour lesquelles les agriculteurs et les autres acteurs de la chaîne de valeur locale adoptent des pratiques agricoles durables, rentables et résistantes au climat, principalement par le biais de partenariats publics-sociaux-privés efficaces », a déclaré la représentante de la FAO au Cambodge, Mme Rebekah Bell, ajoutant :

« Le projet vient en aide les petits exploitants agricoles et les autres acteurs de la chaîne de valeur locale à accéder et à tirer parti des opportunités et des instruments du marché qui réduiront leur vulnérabilité aux impacts du changement climatique tout en améliorant la production agricole et les moyens d'existence ».

L'agriculture est l'un des principaux piliers de l'économie cambodgienne ; une agriculture résiliente au climat, à haute valeur ajoutée et inclusive a le potentiel d'accroître la résilience des petits exploitants agricoles et d'autres acteurs de la chaîne de valeur locale.

« Les marchés émergents de produits agricoles clés (noix de cajou, mangues, riz et légumes) ciblés par le projet offrent d'excellentes opportunités pour inciter les petits exploitants vulnérables et d'autres acteurs de la chaîne de valeur locale à adopter des pratiques et des technologies résistantes au climat et à améliorer leurs moyens de subsistance », a déclaré Ngin Chhay, de la direction générale de l'agriculture.

« Fournir et promouvoir des sources de revenus alternatives pour les communautés locales ouvrira un nouveau chapitre pour la conservation et la protection des ressources naturelles, de l'environnement et de la biodiversité au Cambodge », a déclaré le sous-secrétaire d'État du ministère, Khieu Borin.

Selon la FAO, le projet PEARL générera également des avantages connexes en matière d'atténuation en améliorant les pratiques de gestion agroécologique et la protection et la restauration des forêts des bassins versants critiques. Ce projet est le deuxième projet soutenu par le FVC au Cambodge et comprend une subvention de 36,2 millions de dollars du GCF et un cofinancement de 6,6 millions de dollars du ministère de l'agriculture, du ministère de l'environnement et de la FAO.

Le FVC est le plus grand fonds climatique au monde. Il a été créé par 194 gouvernements avec pour objectif de soutenir les réponses des pays en développement face aux défis du changement climatique.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page