Cambodge & Cinéma : Comment Neang Kavich a ressuscité le White Building

Neang Kavich a emballé ses affaires et les a chargées dans le camion de déménagement avant de dire adieu pour toujours au bâtiment où il a passé son enfance, sachant qu’il ne serait bientôt plus qu’un souvenir.

Kavich dirige le tournage de White Building sur place à Phnom Penh. Park Byung-Hoon
Kavich dirige le tournage de White Building sur place à Phnom Penh. Park Byung-Hoon

Tout le monde qualifiait le White Building de bidonville en raison de sa réputation notoire en matière de prostitution et de drogue à partir des années 1990, mais Kavich l’a toujours considéré comme son foyer.

« J’ai beaucoup de bons souvenirs du White Building. Ce dont je me souviens le plus, c’est d’avoir joué dans les couloirs avec mes amis », déclare Kavich.

Sa maison était peut-être un taudis, mais c’était aussi un immeuble peuplé d’un nombre incroyablement élevé d’artistes talentueux. Son père était sculpteur et les amis de son père étaient tous des artistes.

Plus tard, l’immeuble a commencé à changer ou peut-être que Kavich a simplement commencé à remarquer les détails qu’il avait négligés étant enfant, mais pour lui, il semblait qu’avec le temps, il y avait plus de prostituées, de toxicomanes et de voleurs et moins d’artistes.

« En 2017, certains de mes amis avaient déjà déménagé, mais j’avais l’impression que tous mes souvenirs étaient en quelque sorte piégés dans le White Building et, une fois qu’il a été certain que le bâtiment allait être démoli, j’ai dû me demander au fond de moi ce que le White Building signifiait pour moi et ce que “chez moi” signifiait même pour moi », dit-il.

À Propos

Le White Building — démoli au nom de la revitalisation urbaine en 2017 — a été construit pendant les dernières années de la brève période d’éveil culturel de l’« âge d’or » du XXe siècle du Cambodge, après son indépendance de la France et avant que des décennies de guerre et de misère ne s’abattent sur le royaume.

Initialement baptisé du nom générique de « Municipal Apartments » (appartements municipaux), en raison des 468 appartements qu’il contenait, ainsi que des magasins et des bureaux, le bâtiment était situé sur le boulevard Samdech Sothearos, près du Grey Building du célèbre architecte khmer Van Molyvann. Ainsi, en raison de sa façade blanche, le nom White Building était probablement tout à fait logique.

Il a été accidentellement endommagé par les Khmers rouges lors de leur évacuation de Phnom Penh, mais il est devenu le domicile de centaines de familles après la chute de ce régime en 1979 et la reprise de la vie urbaine dans la capitale.

Comme beaucoup d’anciens résidents du bâtiment blanc, Kavich et sa famille ont eu le cœur brisé par sa destruction et regrettent encore la vie communautaire qui y régnait malgré la pauvreté.

« Ma famille a loué un camion pour transporter toutes nos affaires dans une nouvelle maison. Pendant un moment, nous sommes restés dehors à regarder le bâtiment, puis il a commencé à pleuvoir et nous avons su qu’il était temps de partir. Tout le monde était ému lorsque nous avons démarré le camion, car nous savions que nous allions quitter notre maison pour toujours », raconte-t-il.

Kavich lors de la 78e édition du Festival du film de Venise. FB
Kavich lors de la 78e édition du Festival du film de Venise. FB

Kavich a transformé ses souvenirs de la vie dans le bâtiment blanc en un long métrage dont l’intrigue est centrée sur un jeune Cambodgien et ses rêves de réussite artistique — des rêves comme ceux de Kavich — qui semblent se réaliser à présent dans la vie réelle.

« Lorsque j’ai appris que le bâtiment blanc allait être démoli, j’étais très triste en pensant à mes souvenirs d’enfance, à mes amis, aux endroits où j’avais joué. En tant que cinéaste, je voulais capturer ces sentiments et cette atmosphère, enregistrer tous mes souvenirs et en faire un long métrage », explique Kavich, 34 ans.

Kavich admet qu’enfant, il était souvent gêné de dire aux gens où il vivait et qu’il était parfois moqué ou méprisé par des personnes qui considéraient le White Building comme un simple taudis, un bordel et un repaire de drogués.

En grandissant, Kavich a compris la valeur du White Building, son caractère historique et la spécificité de la communauté artistique qui y vivait.

« Dire à mes amis — en particulier aux étrangers — que je vivais dans le White Building ne m’a plus gêné dès lors que certains d’entre eux ont commencé à exprimer leur opinion, notamment les personnes qui visitaient le Cambodge pour la première fois.

« Si vous regardez d’autres bâtiments, vous verrez qu’ils n’ont pas ce petit quelque chose de spécial comme le White Building. J’attache de l’importance à notre histoire et le bâtiment a été conçu par des architectes cambodgiens. À l’intérieur, des artistes et des interprètes cambodgiens y ont vécu pendant longtemps », explique M. Kavich.

Devenir cinéaste

Kavich n’a pas grandi en voulant devenir cinéaste, mais cela a fini par devenir son obsession dans les années qui ont suivi la fin de ses études secondaires. Il apprenait la danse et la musique au Cambodian Living Arts, qui disposait d’un studio pour enregistrer des chansons et de quelques équipements de montage vidéo.

Il a commencé à enregistrer des sons et à produire des vidéos, puis à les monter, mais son inspiration initiale venait des films documentaires plutôt que des récits de fiction.

« J’ai commencé à réaliser des documentaires et j’ai pu participer à des festivals à l’étranger, c’était génial. Mais ensuite, j’ai commencé à penser à réaliser une fiction et j’ai tout de suite su que cela devait être sur le White Building », raconte Kavich.

Son film, sélectionné dans la catégorie du meilleur long métrage international lors de la 94e cérémonie des Oscars, décrit la vie de Samnang, 20 ans, et de deux de ses amis, qui vivent tous dans l’immeuble éponyme.

Les personnages du film partagent le rêve commun de devenir des stars de la danse hip-hop et, chaque soir, ils se rendent à moto dans des beer gardens ou des discothèques où ils peuvent danser et gagner leur vie.

« Un jour, l’un des amis de Samnang l’informe qu’il a réussi à trouver un moyen de quitter le pays et de partir à l’étranger. Samnang est alors frustré et rempli de désespoir, car il pense que son rêve est en train de s’éteindre et qu’il est laissé pour compte », explique Kavich.

Samnang est un personnage fictif, mais Kavich confie qu’il a écrit sur lui en se basant sur ses expériences et sur celles de ses amis qui avaient des parents très stricts qui n’approuvaient pas les rêves qu’ils voulaient poursuivre.

Kavich devant un vieux bâtiment de Phsar Tapang qui a servi de lieu de tournage. photo Steve Chen
Kavich devant un vieux bâtiment de Phsar Tapang qui a servi de lieu de tournage. photo Steve Chen

Kavich devant un vieux bâtiment de Phsar Tapang qui a servi de lieu de tournage. photo Steve Chen

Au début de l’année, le film a été sélectionné pour la 78e édition de la Mostra de Venise, le Festival de cinéma le plus ancien du monde et l’un des plus prestigieux. De plus, l’acteur qui incarne Samnang, Chhun Piseth, a remporté le prix Orizzonti du meilleur acteur du festival.

L’Orizzonti du meilleur acteur décerné à Piseth est le plus grand prix d’interprétation international jamais remporté par un Cambodgien, à l’exception du prix du meilleur second rôle masculin décerné à Haing S Nor aux Academy Awards pour The Killing Fields.

Piseth n’ayant pu assister à la cérémonie en personne, Kavich, en tant que producteur, réalisateur et scénariste, est monté sur scène pour accepter le prix en son nom.

« J’étais très heureux pour Piseth, mais aussi pour moi et pour tous ceux qui ont travaillé sur ce film. C’est une grande réussite et la réalisation d’un film est un travail d’équipe. C’était donc un prix qui refléte non seulement son incroyable performance, mais aussi tout le travail d’équipe entre tous les acteurs, l’équipe technique et les producteurs », explique Kavich au Post.

M. Kavich confie qu’en tant que producteur, il fondait de grands espoirs quant à son succès, mais qu’il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’il soit sélectionné pour le festival de Venise et certainement pas à ce qu’il remporte l’un des principaux prix .

Alors que sa carrière cinématographique ne fait que commencer, Kavich a déjà d’autres projets en cours et de nouvelles opportunités liées au succès de White Building au festival de Venise. Il est notamment possible que son film fasse partie de la liste des nominés dans la catégorie du meilleur film international pour la prochaine cérémonie des Oscars en 2022.

« Lorsque Piseth a remporté le prix du meilleur acteur, pour moi, cela signifiait que même si nous venons d’un pays en développement, cela n’a pas d’importance. Cela a changé notre état d’esprit et nous a encouragés à faire plus et à voir plus grand », dit Kavich.

Après tout, s’il est possible que quelqu’un qui a grandi dans un « bidonville » notoire — avant d’en être expulsé et de le voir détruit au nom du progrès — puisse ensuite réaliser un film qui est projeté dans les plus grands festivals de cinéma du monde et qui remporte des prix ?

« Alors vraiment tout est possible ! Tout est possible, mais seulement si vous vous prenez des risques », dit Kavich.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Après tout, s’il est possible que quelqu’un qui a grandi dans un « bidonville » notoire — avant d’en être expulsé et de le voir détruit au nom du progrès — puisse ensuite réaliser un film qui est projeté dans les plus grands festivals de cinéma du monde et qui remporte des prix ?

« Alors vraiment tout est possible ! Tout est possible, mais seulement si vous vous prenez des risques », dit Kavich.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Voir la bande annonce :

White Building sortira dans les salles françaises le 24 décembre 2021. Le film est distribué par la société LES FILMS DU LOSANGE.

Créée en 1962 par BARBET SCHROEDER, LES FILMS DU LOSANGE ont toujours accompagné des réalisateurs du monde entier. C’est aujourd’hui CHARLES GILLIBERT qui en est le Président et ALEXIS DANTEC le Directeur général depuis juillet 2021, prenant la suite de MARGARET MENEGOZ.

C’est avec passion et persévérance que la société s’est développée et diversifiée, de la production à la distribution, animée par REGINE VIAL et aux ventes internationales par ALICE LESORT.

Notre catalogue rassemble plus de deux cents films, réalisés par des auteurs prestigieux, dont ÉRIC ROHMER, MICHAEL HANEKE, MIA HANSEN LØVE, RONIT ELKABETZ, CHLOÉ ZHAO, BARBET SCHROEDER, LARS VON TRIER, JACQUES RIVETTE, NICOLAS PHILIBERT, OLIVIER ASSAYAS, LEOS CARAX, ALAIN GUIRAUDIE…

Ces films ont été restaurés et numérisés en 2K ou 4K.

Et c’est toujours avec la même fidélité et le même engagement que nous poursuivons notre volonté de découvertes.


104 vues0 commentaire