top of page
Ancre 1

Cambodge & Chronique : L’histoire de ma grand-mère

L’histoire de ma grand-mère, par Kim Sok Sothy, Volontaire CamboCorps DC-Cam : « Je vis avec ma grand-mère, Kae Somkeav, depuis ma naissance, alors que mes parents travaillent de longues heures. Elle a été tout pour moi, et écouter son histoire me brise le cœur ».

La famille dans la dans la province de Trà Vinh
La famille dans la dans la province de Trà Vinh

Ma grand-mère est née dans la province de Trà Vinh, dans le sud du Vietnam, où sa famille a vécu pendant trois générations. La vie était difficile pour les citoyens khmers de nationalité vietnamienne. Elle cultivait des légumes pour les vendre au marché, marchant plusieurs kilomètres chaque matin sans moyen de transport.

Elle se montrait toujours honnête avec ses clients, ce qui permettait à son commerce de prospérer. À l’heure du déjeuner, elle rentrait chez elle pour s’occuper de ses parents âgés, de ses deux fils et de ses deux filles. Elle était divorcée à seulement 23 ans et élevait une famille de sept personnes. La famille cultivait également du riz et travaillait ensemble dans les champs. Malgré les difficultés, elle la famille vivait mieux que les autres.

Lorsque son fils aîné est devenu adulte, elle pensait que la vie pourrait s’améliorer. Cependant, le destin a frappé lorsque son frère aîné, le pilier de la famille, a été injustement emprisonné. Elle devait donc aider à s’occuper du nouveau-né en ville. Pendant ce temps, des officiers annonçaient que des adultes seraient enrôlés pour combattre les Khmers rouges, mais la plupart d’entre eux ne sont jamais revenus et n’ont jamais repris contact avec leur famille.

Dans un premier temps, son fils n’a pas été enrôlé, mais des officiers ont remplacé les conscrits qui avaient payé des pots-de-vin, et son fils a finalement rejoint l’armée contre son gré. Heureusement, il s’est échappé avec des villageois.

Lorsque les soldats sont venus chercher son fils cadet, le directeur de l’école a empêché son arrestation. Mais ils ont attendu pour l’arrêter après la fermeture de l’école. Furieuse, ma grand-mère a dépensé ses maigres économies pour que ses fils puissent s’enfuir en toute sécurité à Mongkul Borey, au Cambodge. Un grand-père les a ensuite envoyés en Thaïlande où ils ont pu travailler. Ils envoyaient régulièrement des lettres à la maison, ce qui apaisait ses inquiétudes. Les envois de fonds effectués par l’intermédiaire d’un villageois ont été plusieurs fois été volés, mais au bout de cinq ans, ses fils, fous de joie, sont revenus.

En 2007 avant de partir au Cambodge
En 2007 avant de partir au Cambodge

En 2007, ma grand-mère et ses deux filles ont émigré au Cambodge en quête d’un avenir meilleur, mais la transition difficile a été facilitée par la présence de deux de ses fils dans le pays. En 2018, le destin a encore frappé lorsque son fils aîné est décédé d’un accident vasculaire cérébral. Le cœur brisé, elle s’est dit : « Pourquoi pas moi, pourquoi laisser une mère aux cheveux blancs survivre à son fils aux cheveux noirs ? » Par la suite, sa santé s’est dégradée, avec des oublis de plus en plus fréquents. Elle souffre depuis longtemps d’hypertension artérielle qui atteint des niveaux dangereux en cas de stress. Son dos et ses jambes sont chroniquement douloureux en raison des travaux pénibles qu’elle a effectués tout au long de sa vie. Elle a subi une opération de la colonne vertébrale en 2013. Ces dernières années, on lui a diagnostiqué un diabète et elle prend des médicaments.

En 2023
En 2023

Ma grand-mère a été confrontée à d’immenses difficultés, mais elle a persévéré grâce à l’amour de sa famille. Son courage et ses sacrifices ont permis à ses enfants et petits-enfants d’avoir une vie meilleure. Je lui suis à jamais reconnaissante pour son amour inconditionnel.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page