top of page

Cambodge : Cédric Eloy, « le Festival du Film, un outil essentiel pour développer le cinéma »

Lors du pré-lancement de la 12e édition du Festival International du Film au Cambodge, le directeur du festival, Cédric Eloy, est revenu sur l'histoire de cet événement qu'il considère, à juste titre, comme essentiel à la promotion et au développement du 7e art dans le Royaume.

Cédric Eloy, directeur du Festival International du Film au Cambodge
Cédric Eloy, directeur du Festival International du Film au Cambodge

Après avoir remercié S.E. TITH Thavarith, sous-secrétaire d’État du ministère de la Culture et des Beaux-Arts du Cambodge, représentant de Son Excellence Dr Phoeurng Sackona, ministre de la Culture et des Beaux-Arts, les représentants d’ambassades et d’institutions de développement, amis et membres du festival, M. Eloy revenait sur les premiers pas du Festival International du Film au Cambodge :

« Le festival a débuté en 2009, alors que l’industrie cinématographique était minuscule, qu’il n’y avait pas de cinémas modernes et peu de volontaires. Il n'existait pas de salles bien équipées et encore moins de films ou de cinéastes et techniciens qualifiés.

« A cette époque, il semblait insensé de créer un festival du cinéma donc, pas de cinémas équivalait à pas de films et pas de public. »

« Cependant nous avons décidé de le créer puisque les festivals de films tout comme les archives cinématographiques, les fonds cinématographiques, les écoles de cinéma, ou les commissions cinématographiques sont des outils essentiels pour développer l’industrie. Aujourd’hui, je tiens donc à saluer l’équipe fondatrice de la Commission du Film du Cambodge So CHANDARA, Kim SOPHEA, Cheap SOVICHEA et Rithy PANH qui ont cru au projet alors que de nombreuses voix disaient le contraire. J’ajouterai une mention spéciale pour les premiers partenaires qui ont aidé tout au long du chemin jusqu’à aujourd’hui, comme Chy SILA de SABAY et Michael CHAI de WESTEC. Puis, plus tard nous nous sommes associés aux cinémas modernes comme LEGEND et MAJOR CINEPLEX pour promouvoir la culture du cinéma sur grand écran. »

Aujourd’hui, il existe près de 100 écrans au Cambodge. Le Festival International du Film au Cambodge est devenu une équipe, un réseau et une communauté et s’est développé en de nombreuses couches et composantes — qui ont pour rôle d’aider et de promouvoir les industries créatives au Cambodge et dans la région.

« C’est un outil d’éducation et une plateforme très riche pour échanger des idées et des expressions artistiques… et le public augmente chaque année », confiait M. Eloy.

C’est uniquement grâce à ce mélange d’énergies que le festival est aujourd’hui un événement populaire et significatif, poursuivait-il avant de remercier toute l’équipe et les bénévoles, « chacun d’entre eux apportant une contribution essentielle ».

Cédric Eloy, directeur du Festival International du Film au Cambodge
Cédric Eloy, directeur du Festival International du Film au Cambodge

Le directeur remerciait ensuite le Ministère de la Culture et des Beaux-Arts, les amis et supporters institutionnels, l’ambassade d’Australie pour son soutien, ainsi que OXFAM, le PNUD, le fonds HEINRICH BOLL, l’Institut Français, les « magiciens de l’organisation », la Commission du Film du Cambodge et les équipes du Centre Bophana.

Sans oublier ensuite les réalisateurs, les conservateurs, l’administration, le marketing et les relations publiques, les décorateurs, les équipes d’édition et de traduction, le panel et l’atelier, les coordinateurs de l’événement, le département technique.

« Je ne peux pas citer tous les supporters, mais je tiens à vous remercier tous pour votre soutien et votre contribution à la réalisation du plus grand événement cinématographique du Cambodge », concluait M. Eloy apparemment impatient de préparer cette 12e édition qui se déroulera fin mars début avril.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page