Cambodge & Brèves éco : Zones économiques spéciales, poivre et or du royaume en bonne santé

Augmentation du volume des échanges commerciaux de la SSEZ

Selon le Département général des Douanes et accises du Cambodge, au cours des 10 premiers mois de 2020, le volume des échanges dans la Zone économique spéciale de Sihanoukville (ZESS) a augmenté de 31 % par rapport à la même période en 2019. Et cela malgré la situation difficile liée à la pandémie COVID19.

« C’est une grande réussite au milieu du COVID19. La croissance démontre la capacité de développement durable de la zone économique spéciale de Sihanoukville, indique le communiqué de la ZESS »

« Cela reflète la forte dynamique de développement de la zone économique spéciale de Sihanoukville et montre les efforts des entreprises, des usines et de l’ensemble des travailleurs impliqués à la fois dans la prévention du COVID19 et la promotion du développement économique », précise le communiqué.

La zone économique spéciale de Sihanoukville, créée avec des investissements chinois, est un espace d’investissement international qui a établi des liens commerciaux avec plusieurs pays du monde. Depuis le début, la zone économique spéciale de Sihanoukville a privilégié la fourniture de services aux usines et aux entreprises résidentes ainsi que l’amélioration de l’environnement des affaires.

La zone économique spéciale de Sihanoukville

Selon la ZESS, des efforts substantiels ont été entrepris pour dynamiser le développement de la phase 2 en accélérant la construction et l’amélioration des infrastructures de production. Concernant la fourniture d’énergie électrique, la station haute tension de 50 MW, située dans la zone économique spéciale, fonctionne et fournit à présent de l’énergie sans encombre, améliorant considérablement la capacité d’alimentation et la stabilité dans la région. Selon les statistiques du rapport, de janvier à octobre 2020, la consommation totale d’électricité des entreprises de la zone économique spéciale de Sihanoukville s’est élevée à 7 millions de kilowattheures, soit une augmentation de 50 % par rapport à la même période l’année dernière.

La deuxième phase de la construction de la centrale électrique au charbon et de la station d’épuration des eaux usées est toujours en cours. On estime que le projet sera achevé à la mi-2020. Toujours selon le rapport de la ZESS, certaines entreprises ont su transformer les risques en opportunités commerciales et ont atteint une productivité à deux chiffres par rapport à l’année dernière :

  • JIANGXI 3L, un fabricant de matériel médical, continue d’être pleinement opérationnel. Au cours des trois premiers trimestres de 2020, la production des usines a atteint une valeur de 34 millions USD et les exportations ont augmenté de 17 % par rapport à 2019.

  • AIDC trading Co. Ltd est une société de transformation de céréales avec sa société mère située au Laos. L’entreprise a investi dans la zone économique spéciale de Sihanoukville en février 2020. Après son investissement, l’entreprise a vu son activité quelque peu perturbée en raison des effets de la pandémie, mais elle est parvenue à reprendre une activité normale en septembre 2020.

L’exportation du poivre de Kampot reste stable

L’exportation du poivre de Kampot est restée stable malgré la crise du COVID-19. Nguon Lay, président de l’Association de promotion du poivre de Kampot, a déclaré qu’environ 50 tonnes de poivre avaient été exportées vers les marchés étrangers, notamment l’Union européenne, les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan.

« Je peux dire que l’exportation est stable entre l’année dernière et cette année, avec environ 50 tonnes », a-t-il déclaré à l’Agence Kampuchéa Presse

Il a souligné que l’exportation du poivre de Kampot n’avait pas encore été affectée par le COVID 19, mais que le marché intérieur y est plus sensible. « Notre rendement potentiel est de 70 à 80 tonnes par an, nous exportons annuellement environ 50 tonnes, et environ 20 à 30 tonnes sont destinées aux visiteurs internationaux, mais cette année, en l’absence de touristes étrangers, c’est difficile », précise-t-il.

L’exportation du poivre de Kampot reste stable

Rappelons que le poivre de Kampot est un produit certifié d’indication géographique (IG) cambodgien depuis 2016. Outre Kampot, le poivre est cultivé dans différentes régions du pays et serait donc susceptible de voir ses volumes à l'export augmenter.

Selon le dernier rapport du ministère de l’Agriculture, des Forêts, de la Chasse et de la Pêche, au cours des neuf premiers mois de cette année, le Cambodge a exporté exactement 4 121,95 tonnes de poivre, soit une augmentation de 123,76 % par rapport à la même période en 2019.

Le poivre cambodgien a été acheté cette année par 21 pays et territoires, dont le Japon, la Belgique, les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, la Suisse, le Vietnam, les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, l’Inde, la Biélorussie, la Corée, la République tchèque, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Thaïlande, la Suède, Singapour, l’Australie et Taïwan.

L’exportation d’or atteint plus de 2 milliards de dollars au cours des huit premiers mois de 2020

Les recettes brutes du Cambodge provenant des exportations d’or au cours des huit premiers mois de cette année sont passées à 2,22 milliards de dollars américains, soit une augmentation de 716. 8 % par rapport à la même période en 2019.

Les chiffres ont été partagés par le ministère de l’Économie et des Finances dans un communiqué de presse.

« L’or est aujourd’hui le produit d’exportation avec la croissance la plus rapide du Cambodge », précise le ministère

Les principales exportations du pays, après l’or, sont le riz décortiqué, les bicyclettes, les composants électriques et d’autres produits agricoles, notamment le soja, les noix de cajou et la banane. Les exportations totales du Cambodge s’élevaient à 14,1 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2020, soit une hausse de près de 21 %. Durant les trois premiers trimestres de cette année, le Cambodge a importé un total de 13,6 milliards de dollars, soit une baisse de 8,7 %.

Le volume commercial Cambodge-Corée du Sud s’élève à 661 millions de dollars pour les trois premiers trimestres de 2020

Le commerce entre le Cambodge et la République de Corée a été évalué à 661 millions de dollars américains au cours des trois premiers trimestres de cette année, soit une baisse de 15 % par rapport à la période correspondante en 2019. Les chiffres de l’Association coréenne du commerce international (KITA) montrent que durant cette période, le Cambodge a exporté des produits d’une valeur de 246 millions de dollars vers la Corée du Sud, soit une baisse de 4,9 %.

D’autre part, le Royaume a importé des produits d’une valeur de 414 millions de dollars de Corée du Sud, soit une diminution de 20 %. Les produits cambodgiens exportés vers la Corée du Sud sont principalement des vêtements, des chaussures, des articles de voyage, des boissons, des composants pour équipements électroniques, du caoutchouc, des produits pharmaceutiques et des produits agricoles.

Les importations en provenance de Corée du Sud comprennent des véhicules, des produits électroniques, des boissons et des produits pharmaceutiques.

L’année dernière, le volume commercial entre les deux nations a augmenté de 6 % pour atteindre plus d’un milliard de dollars, dont 336 millions de dollars étaient des exportations du Cambodge. La valeur des échanges commerciaux Cambodge-Corée du Sud augmentera fortement, a-t-on estimé, une fois que les négociations en cours pour un accord de libre-échange bilatéral seront terminées et que l’accord entrera en vigueur.

Sources : Zone économique spéciale de Sihanoukville, Agence Kampuchéa Presse, ministère de l’Agriculture, des Forêts, de la Chasse et de la Pêche, Association coréenne du commerce international

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône