Cambodge & ASEAN : Pas d’insolvabilité pour le Cambodge malgré la récession enregistrée en 2020

Rappel des principaux événements économiques concernant le royaume et l’ASEAN durant la semaine du 5 au 11 juillet 2021.

Cambodge. Photographie Alex Berger
Cambodge. Photographie Alex Berger

1. Région

Détérioration des perspectives de croissance au sein de l’ASEAN-5 en 2021

La croissance de la Thaïlande, de la Malaisie et des Philippines marquerait un ralentissement en 2021, en raison de l’augmentation des cas de Covid-19 et l’apparition de nouveaux variants, selon un sondage de l’institut de recherche Japan Center for Economic Research (JCER) et du journal Nikkei. L’économie thaïlandaise afficherait la plus faible reprise parmi les 5 premières économies de l’ASEAN avec une croissance 2021 estimée à 1,9 % (-0,7 pp. par rapport à la précédente estimation). La Malaisie enregistre la plus forte révision à la baisse avec un taux de croissance attendu désormais à 4,1 % (-1,2 pp.), suivi des Philippines à 4,3 % (-0,9 pp.). Les prévisions de croissance pour Singapour et l’Indonésie sont révisées à la hausse, à respectivement 6,9 % (+0,8 pp.) et 4,1 % (+0,2 pp.).

Rapport de la BAsD sur le financement d’infrastructures vertes par des obligations ODD

La publication, « Accelerating Sustainable Development after COVID-19: The Role of SDG Bonds », est un guide sur l’utilisation des obligations ODD (objectifs de développement durable) pour attirer des financements privés mondiaux. Il propose un nouveau type d’obligation appelé « SDG Accelerator Bonds » destiné à réduire la perception du risque d’investissement posé par une entité émettrice, un secteur ou un projet sans antécédents en matière d’émission d’obligations. Ce type d’obligations combinerait des garanties de sortie et d’autres structures de rehaussement de crédit avec des incitations à l’atteinte des objectifs de développement durable. Pour rappel, les pays d’Asie du Sud-Est ont émis un montant record de 12 Mds USD d’obligations vertes, sociales et durables en 2020.

L’ASEAN creuse son retard dans sa gestion de la crise sanitaire selon le journal Nikkei

Le Nikkei COVID-19 Recovery Index classe plus de 120 pays et régions selon leur gestion de l’épidémie, le déploiement des vaccins et la mobilité sociale à la fin de chaque mois. À la 12ème place mondiale (1er de la zone APAC devant le Japon et la Corée du Sud), Singapour est le pays de l’ASEAN le mieux noté, devant le Laos (66ème), le Cambodge (100ème), le Vietnam (100ème ex æquo), les Philippines (108ème), l’Indonésie (110ème), la Malaisie (114ème), et la Thaïlande (118ème). Alors que de nombreux pays d’Asie-Pacifique avaient été il y a un an soit épargnés, soit des exemples en matière de gestion de la crise sanitaire, ces derniers sont désormais frappés par une hausse rapide du nombre de cas, alimentés par l’apparition de nouveaux variants et la lenteur des campagnes de vaccination.

2. Cambodge

Mesures supplémentaires face aux impacts socio-économiques du Covid-19

Compte tenu de la situation sanitaire, le gouvernement cambodgien a décidé de prolonger les programmes d’aides et de subventions ainsi que les incitations fiscales pour les secteurs gravement touchés. Sont ainsi prolongés jusqu’à fin septembre : i) le versement d’une allocation mensuelle de 40 USD à chaque travailleur suspendu dans les secteurs du textile, de la chaussure, des articles de voyage et du tourisme ; ii) l’exonération des taxes mensuelles concernant les entreprises touristiques de 7 provinces (Phnom Penh, Siem Reap, Sihanoukville, Kep, Kampot, Bavet et Poipet) enregistrées auprès du Département général des impôts ; iii) l’exonération de taxe accordée aux compagnies aériennes enregistrées au Cambodge et le report du paiement des redevances aéronautiques ; iv) le versement d’allocations aux familles pauvres et vulnérables, ainsi que, en faveur du secteur transport-logistique, l’exemption du paiement des licences de courtage en douane pour 2021 et 2022.

Pas de risque d’insolvabilité au Cambodge

Lors de son allocution télévisée du 1er juillet, le Premier ministre HUN Sen a assuré à la population que le Royaume ne risquait pas l’insolvabilité malgré la récession enregistrée en 2020 (-3,1 % selon la Banque mondiale), la première en 30 ans. L’Etat aurait dépensé à ce jour environ 3 Mds USD de fonds de réserve pour les aides aux entreprises pendant le confinement, le soutien aux familles défavorisées et les achats de matériels médicaux.

Forte croissance de la demande d’électricité attendue après la crise sanitaire

Selon le ministre des Mines et de l’Énergie, la demande devrait fortement reprendre si la reprise économique est conforme aux prévisions de la Banque mondiale et du FMI. La demande d’électricité est en effet tombée à 1 700 MW en 2020 contre 2 000 MW en 2019 en raison des effets de la pandémie sur le tourisme, l’hôtellerie et les usines de confection. En 2020, la production électrique provenait à 60 % des combustibles fossiles (charbon et gaz) et à 40 % d’énergies renouvelables (hydroélectricité, solaire et biomasse).

Exportations agricoles en hausse

Les exportations de produits agricoles sont montées en flèche au 1er semestre (+85 % en glissement annuel pour atteindre 2,6 Mds USD). Malgré la baisse de 30 % des exportations de riz, les ventes des autres produits agricoles (environ 90 % du total) ont doublé. La Banque asiatique de développement a estimé que le secteur agricole du Cambodge devrait croître de 1,3 % en 2021, puis de 1,2 % en 2022.

Service économique régional de Singapour

https://www.tresor.economie.gouv.fr/