Cambodge & Arts : Pleins feux sur le studio créatif Phare de Battambang

Pour beaucoup, le nom « Phare » évoque le célèbre cirque de Siem Reap et ses spectacles incroyables, où se mêlent arts du cirque, contes, danse, etc. Ce qu’ils ne réalisent peut-être pas, c’est qu’en plus du cirque, il existe aussi l’école d’arts visuels et appliqués Phare (VAAS) à Battambang et le studio créatif Phare (SCP).

Capture d’écran d’une campagne de sensibilisation à la tuberculose pour USAID en 2020. Photographie fournie
Capture d’écran d’une campagne de sensibilisation à la tuberculose pour USAID en 2020. Photographie fournie

Le SCP a été fondé il y a 10 ans en tant que formation professionnelle pour l’animation et la conception graphique. Au fil du temps, avec une inspiration et une expérience supplémentaires, il s’est transformé en une entreprise sociale gérée par Phare Performing Social Enterprise Co Ltd.

Le Phare Creative Studio travaille avec un groupe d’artistes de talent formés à l’école d’arts visuels et appliqués (VAAS) avec l’ambition d’aider les Cambodgiens à découvrir leur créativité naturelle.

Le studio est construit dans la ville de Battambang, où se trouve l’organisation mère de toutes ces entreprises, l’association Phare Ponleu Selpak.

« Le studio Phare Creative est ancré sur le campus de l’ONG Phare Ponleu Selpak, niché au cœur même de l’école d’arts visuels lors de sa création en 2007. À l’époque, il s’appelait “1000 Hands” et servait de centre de formation à l’animation pour les étudiants, dans le cadre de la vocation artistique qui leur était offerte ».

« L’idée d’inclure l’animation dans leur programme a été inspirée par Véronique Decrop, cofondatrice de Phare, une travailleuse humanitaire qui, dans les années 1980, avait rassemblé les dessins réalisés par les enfants du Site 2 — le plus grand camp de réfugiés situé le long de la frontière thaïlandaise — en images animées afin de témoigner du traumatisme de la guerre.

Certains de ces enfants ont ensuite cofondé avec elle l’organisation artistique aux multiples facettes que nous connaissons aujourd’hui », explique Morgan Darasse, consultant en communication et marketing pour SCP.

SCP reverse ses revenus à cette école à but non lucratif pour soutenir les jeunes générations d’artistes et de professionnels de la création cambodgiens dans un « cercle vertueux » qui encourage le développement.

Son personnel talentueux peut transformer les idées de n’importe quel client en de puissantes créations de sensibilisation : vidéos, animations, conception graphique, illustrations et conception sonore.

SCP poursuit ainsi plusieurs missions sociales complémentaires telles que la création d’emplois et le développement personnel et professionnel de jeunes Cambodgiens créatifs, la contribution à la renaissance de la culture et des arts du pays et le soutien au VAAS et à l’association Phare Ponleu Selpak.

Dara Huot, directeur exécutif de Phare Performing Social Enterprise, tient un prix. Photographie fournie
Dara Huot, directeur exécutif de Phare Performing Social Enterprise, tient un prix. Photographie fournie

« Le portefeuille du Phare Creative Studio de ces dernières années nous a clairement positionnés comme la maison de production incontournable pour les médias créatifs sociaux et de changement de comportement.

Le travail réalisé par l’équipe est très significatif et je pense qu’il a eu un impact social positif sur la population cambodgienne touchée par ses œuvres, et a déclenché des changements dans sa vie quotidienne.

« Je ne pourrais pas être plus fière de l’équipe, de son dévouement à l’excellence et de ses relations avec tous nos partenaires », déclare Dara Huot, directeur exécutif de Phare Performing Social Enterprise.

Selon Dara, la force de la jeune équipe du studio réside dans sa capacité à apprendre constamment grâce à sa curiosité professionnelle et son appétit d’acquérir de nouvelles connaissances.

Après avoir appris les techniques d’animation, l’équipe a commencé à s’initier à la réalisation et à la postproduction de films, ainsi qu’à la conception sonore. Après des années d’expériences et d’échanges en équipe, leurs capacités créatives se sont développées et multipliées au point de mélanger les styles et les médiums et de suivre un mode de pensée plus audacieux.

Freedom is a Summer Blossom était une vidéo réalisée pour l’ambassade des États-Unis au Cambodge afin de célébrer la fête américaine de l’Independence Day ou du Fourth of July et le studio a bénéficié d’une liberté totale dans sa conception et son design.

« C’était une opportunité incroyable pour nous de libérer notre potentiel — et dans ce cas, d’avoir le plaisir de travailler avec beaucoup d’autres talents de Phare comme les acrobates et les danseurs — qui bénéficient également d’être mis en avant dans nos vidéos.

Ce projet nous a donné envie de rêver plus grand et de réaliser d’autres collaborations et créations transversales entre les arts du spectacle et les arts visuels et numériques. L’équipe de PCS espère continuer à créer des contenus plus originaux et plus frais comme Freedom is a Summer Blossom », confie Dara.

Un membre de l’équipe travaille dans le studio. Photographie fournie
Un membre de l’équipe travaille dans le studio. Photographie fournie

Pour créer leurs vidéos, Darasse explique que la première condition est de posséder des compétences techniques de niveau professionnel en matière de cinéma et de montage, que l’équipe a acquises grâce au VAAS et à l’expérience professionnelle.

« Nous encourageons aussi tous les membres de notre équipe à développer leurs compétences en matière de leadership et de pensée créative. Il peut y avoir beaucoup de pression et de va-et-vient jusqu’à la soumission finale d’un travail et nous avons besoin de la confiance des uns et des autres pour aller de l’avant », explique Pagna, chef de projet de PCS.

Les travaux confiés à SCP comprennent de nombreuses vidéos et animations de sensibilisation visant à encourager les progrès environnementaux et sociaux au Cambodge. Ils ont également réalisé des vidéos axées sur les soins de santé pour des ONG qui expliquent le diabète ou la tuberculose aux communautés. Parmi les autres sujets qu’ils ont abordés figurent l’agriculture durable, la protection de l’enfance, le planning familial, la nutrition, l’eau et l’assainissement.

SCP a participé à une table ronde le 20 mars à l’Institut français sur son projet de coproduction The Khmer Smile. Ce projet est un long métrage d’animation adapté aux cinémas du Cambodge et du monde entier. Le film d’animation raconte l’histoire d’un enfant adopté et du voyage de son réalisateur, Fabrice Beau, au Cambodge, à la découverte de sa terre natale, un voyage aventureux et plein d’émotions qui semble se dérouler entre rêve et réalité.

Le sourire khmer est une coproduction franco-cambodgienne entre Animalps Productions et Luchafilms en France et Phare Creative Studio en association avec Jacques Guichandut
Le sourire khmer est une coproduction franco-cambodgienne entre Animalps Productions et Luchafilms en France et Phare Creative Studio en association avec Jacques Guichandut

La table ronde de l’Institut français a réuni le réalisateur du film, Fabrice Beau, Dara Huot de Phare Creative Studios et le coproducteur Guichandut.

« Ce fut l’occasion de parler des origines du film et de montrer les premières images exclusives. De plus, l’exposition Cases Départ à l’Institut a consacré un espace au “work in progress” du film, que chacun peut découvrir jusqu’au 21 mai. Il s’agit de notre premier projet de long métrage et il utilise l’animation traditionnelle en 2D avec 24 images animées par seconde de film. Le studio dessine tous les mouvements, des esquisses à la colorisation », explique Dara.

Croquis du concept par le superviseur du projet, Pagna Chan. Photographie fournie
Croquis du concept par le superviseur du projet, Pagna Chan. Photographie fournie

Le film a été un projet de longue haleine pour le studio, qui considère qu’il s’agit de la première coproduction historique de cette ampleur au Cambodge pour un film d’animation et que sa jeune équipe peut en être fière.

« Une fois le film sorti, nous espérons qu’il montrera la capacité et la créativité des talents pionniers de l’animation au Cambodge et leur capacité à atteindre un niveau de cinéma mondial », dit-il.

Dara indique qu’en termes de projets, la jeune équipe a l’ambition de développer un court métrage d’animation et de le présenter dans des festivals internationaux.

« Le chemin a été très long depuis les camps de réfugiés où la première idée a déclenché l’envie de créer, qui a donné naissance à une école de dessin, qui a ouvert de nouvelles vocations en enrichissant son cursus de spécialisations comme l’animation pour enfin accueillir un studio professionnel aux côtés des écoles d’arts plastiques et d’arts du spectacle, des programmes d’éducation et d’accompagnement social de Phare. Notre équipe a ainsi accumulé une expérience unique et solide et nous espérons continuer à évoluer », déclare Dara.

Bien que la pandémie ait freiné de nombreuses initiatives de Phare, comme le cirque, SCP a été plus actif que jamais, en grande partie parce qu’il ne dépend pas du tourisme.

« Compte tenu de la situation, nous essayons de soutenir l’ensemble du réseau Phare avec nos revenus, mais ils ne suffisent pas à eux seuls à couvrir tous les coûts. Nous ne pouvons pas non plus prédire l’avenir, car nous dépendons souvent du travail des projets des ONG. Mais nous gardons espoir », déclare M. Darasse.

« Nous avons bon espoir quant à ce que l’avenir réserve à tous les artistes de la famille Phare et nous prévoyons de sortir de ce défi Covid-19 plus forts et plus expérimentés que jamais en tant qu’équipe », conclut Dara.

 

Pour plus d’informations, visiter leur Facebook : @PhareCreativeStudio

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône