forum 1.jpg
forum 2.jpg

Cambodge & Arts : Jayavarman VII et Indradevi ramenés à la vie par le talent et l’espoir

« Bravo bravo ! » s’est exclamé le public, en se levant et applaudissant d’un seul élan, à la fin du spectacle « The Legend of King Jayavarman VII& Queen Indradevi ».

« The Legend of King Jayavarman VII& Queen Indradevi »
« The Legend of King Jayavarman VII& Queen Indradevi »

Vrai que les jeunes artistes des écoles Princess Buppha Devi Dance School et « Sacred Dancers of Angkor Wat » menés par la professeure Om Youvanndy ont livré une performance remarquable, juste, pleine de rythme et d’émotion.

De gauche à droite : Ravynn Coxen, S.A.R Tesso Sisowath et Om Youvanndy

Après plusieurs longs mois de répétition sous l’égide leur professeure avec le soutien de S.A.R Tesso Sisowath et de Ravynn Coxen qui veillent tous deux aux destinées de ces deux écoles, la troupe, composée d’enfants d’adolescents et de danseuses un peu plus expérimentées, a été en mesure de proposer un spectacle dont on à peine à imaginer le fantastique travail en amont.

Première partie avec les enfants
Première partie avec les enfants

Après un hommage à la princesse Buppha Devi, le spectacle commence par une chorégraphie-parade d’animaux interprétée par les plus jeunes, transitant ensuite sur la présentation puis la belle rencontre du souverain éclairé Jayavarman VII avec la tout aussi légendaire reine Indradevi dont on ne soulignera jamais assez les initiatives « modernes » que cette reine a insufflées dans les années 1180 et l’influence qu’elle a pu avoir sur son époux.

Une chorégraphie toute en nuances
Une chorégraphie toute en nuances

Une chorégraphie toute en nuances, teintée de cette grâce infinie et hors du temps dont seules les danseuses classiques khmères semblent capables. Grâce, émotion et même sensualité dans ces mouvements de regards presque au ralenti que s’échangent les deux époux alors que leurs mains poursuivent ces ondulations irréelles et bien caractéristiques de la danse traditionnelle khmère.

Un final grandiose
Un final grandiose

La scène se peuplera ensuite progressivement d’un nombre croissant d’artistes jusqu’au numéro final mêlant danseuses, guerriers et acrobates. Une véritable prouesse artistique dans cette apothéose digne du destin exceptionnel des deux monarques, mais aussi de la défunte Boppha Devi dont le perfectionnisme et la rigueur des spectacles associés à un sens artistique hors du commun ont empreint les mémoires à jamais.

Et, cette mémoire, Om Youvanndy, Tesso Sisowath et Ravynn Coxen ainsi que toute la troupe ont su l’honorer en s’inspirant de ce talent infini qu’ils ont su partager, remplaçant les doutes et incertitudes par un authentique espoir de voir perdurer cet art merveilleux et unique de la danse traditionnelle khmère.

Consulter toutes les photographies du spectacle ici

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône