Cambodge & Arts : Ces orfèvres de l'argent et du cuivre qui sortent de l'oubli

Le marché des ornements en cuivre et argent n'a pas le vent en poupe dans le contexte économique actuel, mais il existe encore quelques communautés du district de Ponhea Leu, dans la province de Kandal, qui se transmettent le métier de génération en génération.

Une Cambodgienne travaille sur un souvenir en argent dans la province de Kandal. Photo fournie
Une Cambodgienne travaille sur un souvenir en argent dans la province de Kandal. Photo fournie

À 66 ans, Chea Yuthear forge depuis plus d’un demi-siècle. Peu de gens avaient entendu parler de lui jusqu’à ce qu’il commence à vendre ses œuvres sur les médias sociaux. Auparavant, son travail était acheté par des courtiers, qui savaient qu’il ne parvenait pas à trouver lui-même un débouché pour son artisanat.

Les petits prix qu’ils lui proposaient ont failli le pousser à abandonner à plus d’une reprise. L’amélioration des commandes — et des prix — fait qu’il enseigne désormais le métier à son fils.

Yuthear, qui vit dans le village de Salakatsork, dans la commune de Vihearluong, a quatre enfants. Son deuxième fils, Wen Ramo, 35 ans, suit les traces de son père.

« Je suis orfèvre depuis 1967. J’ai arrêté pendant la période des Khmers rouges, mais j’ai repris en 1985. Je ne suis pas allé à l’école pour apprendre ce métier. À 15 ans, j’ai appris auprès de mon oncle et de deux diplômés de l’Université royale des beaux-arts, Kong Bon et Net Chhom, qui vivaient dans le même district », confie Yuthear.

« Dans le passé, les prix que l’on me proposait pour mes œuvres étaient si bas que j’ai failli abandonner. Finalement, j’ai cessé de vendre à des courtiers et j’ai conservé mes œuvres. Il y a quelques années, mon fils a créé une page Facebook et a publié mes pièces. Elles ont suscité beaucoup d'intérêt, et je reçois des commandes depuis lors », ajoute-t-il.

Des vues ornementales d'Angkor Wat sont disponibles, avec une taille de 20 cm par 50 cm à partir de 500 $ et une pièce de 20 cm par 60 cm allant jusqu'à 2 000 $. Photographie fournie
Des vues ornementales d'Angkor Wat sont disponibles, avec une taille de 20 cm par 50 cm à partir de 500 $ et une pièce de 20 cm par 60 cm allant jusqu'à 2 000 $. Photographie fournie

Ses gravures mettent souvent en scène l’histoire du Reamker ou Ramakerti — une interprétation khmère de l’ancien poème épique hindou Ramayana — avec Rama menant une armée à la guerre ou Hanuman démontrant l’un de ses pouvoirs, bien qu’il produise également des tableaux ruraux idylliques, avec des agriculteurs labourant les champs et des personnes grimpant aux palmiers. Naturellement, il propose aussi des animaux, et le symbole national, Angkor Wat.

Même les petits ornements ne sont pas réalisés en quelques heures. Le temps passé sur chaque pièce se mesure en semaines ou en mois, dit-il, ajoutant :

« Un grand bol orné prendra plus d’un mois. Les prix sont généralement fixés en fonction du poids, les bols gravés coûtant 200 dollars le kilo ».

Il est possible de se procurer des vues ornementales d’Angkor Wat, à partir de 500 dollars pour une pièce de 20 cm sur 50 cm et jusqu’à 2 000 dollars pour une pièce de 20 cm sur 60 cm.

Van Sitha, 29 ans, ferronnier de troisième génération, a appris le métier de ses parents dès son plus jeune âge dans le village de Portouch, dans la commune de Kampong Luong, à environ 40 km de Phnom Penh. La famille vend son travail sous la marque « Phnhi Tes Handicrafts », et a maintenu sa qualité et son excellent savoir-faire depuis trois générations.

« Peu de familles exercent le même métier depuis des générations. Mon grand-père a commencé à graver avant les Khmers rouges, tandis que mes parents ont commencé à le faire après la chute de Pol Pot. Je représente la troisième génération. J’ai étudié le métier depuis mon plus jeune âge, et je connaissais déjà plusieurs techniques à l’âge de 18 ans », confie-t-il.

Un jeune Cambodgien travaille sur un souvenir en argent dans la province de Kandal. Photographie fournie
Un jeune Cambodgien travaille sur un souvenir en argent dans la province de Kandal. Photographie fournie

Ces artisans produisent une variété d’articles en cuivre et en argent pour répondre à la demande des clients. Cela comprend des bols et des pots ornés, des boîtes de papier de soie, des théières, et même des citrouilles et des gravures d’animaux.

Propriétaire de Phnhi Tes Handicrafts, Sitha est en train d’établir un nouveau site à Phnom Penh, situé derrière l’hôpital Royal Ratanak dans la commune de Teuk Thla du district de Sen Sok de la capitale.

Il décrit la fabrication d’un chan srak, ou récipient à nourriture, en cuivre jaune à quatre couches :

« Nous pouvons utiliser deux types de cuivre pour produire un chan srak, rouge ou jaune. Nous facturons entre 50 et 100 dollars par kilogramme, selon le cuivre. Ils peuvent également être fabriqués à partir d’argent, ce qui coûte entre 35 et 100 dollars par kilogramme. Un ensemble jaune pèse 2,9 kg et mesure 40 cm de haut, il est vendu 290 $. Nos artisans mettent près de deux mois pour terminer ce type de travail ».

Vann Libo, 70 ans, a commencé sa carrière en tant que dinandier dans une entreprise familiale du village de Prek Kdam, dans la commune de Koh Chen. Il a appris la gravure sur argent et sur cuivre dès l’âge de 16 ans, sous la direction de son oncle.

Après les Khmers rouges, il a repris son métier. La demande au Cambodge n’étant pas très forte, il a commencé à exporter ses pièces en Thaïlande en 1992. La demande locale pour son travail s’est accrue à partir de 2000, et depuis lors, il commercialise ses œuvres dans le Royaume.

« À l’époque, il n’y avait pas de marché au Cambodge, alors nous envoyions les ornements en Thaïlande en voiture. Les prix n’étaient pas aussi bons qu’aujourd’hui », ajoute-t-il.

Ils produisent une variété d'articles en cuivre et en argent pour répondre à la demande des clients. Photographie fournie
Ils produisent une variété d'articles en cuivre et en argent pour répondre à la demande des clients. Photographie fournie

Son fils et son gendre perpétuent la tradition, même s’il confie qu’il inspecte personnellement la qualité de chaque pièce avant de la vendre. Leur travail est commercialisé sous la marque « Anlong Chen Handicraft Centre ».

« Par le passé, nous n’avions que notre imagination pour nous guider. Nous concevions un concept, puis nous l’exécutions. Plus tard, il y a eu plus d’artisans qui travaillaient, et nous collaborions et partagions nos idées », explique-t-il.

Libo ajoute que ses gravures en argent sont plus détaillées que celles en cuivre, mais que l’argent est plus cher à l’achat. Selon lui, la gravure en argent exige beaucoup de concentration et de soin.

Selon M. Libo, les deux types de gravure sur argent exigent beaucoup de patience, mais aussi de force physique et d’intelligence, ainsi qu’une compréhension méticuleuse du contenu de la gravure.

« Les apprentis orfèvres doivent être très patients. Certains viennent apprendre chez nous, mais repartent après un jour ou deux. Apprendre à graver demande de la passion et de la persévérance. »

«J’ai formé beaucoup de personnes, et si quelqu’un est intéressé et veut apprendre, je l’accepterai comme apprenti. Je veux que la prochaine génération prenne soin de cette partie précieuse de notre patrimoine culturel », conclut-il en appelant aussi le gouvernement et tous les Cambodgiens à promouvoir la profession et à valoriser les produits khmers.

L'atelier Phnhi Tes est situé à 40 km de Phnom Penh, dans le village de Por Toch, commune de Kampong Luong, district de Ponhea Lueu, province de Kandal.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône