Cambodge & Artisanat : Les origines de la soie du Royaume remonteraient à l’ère préhistorique

De nouvelles découvertes dans la province de Kampong Chhnang suggèrent que la soie khmère pourrait être plus ancienne qu’on ne le pensait, mais le tissage de la soie est en déclin dans tout le Cambodge, car les méthodes modernes prévalent.

Chhim Sothy, directeur du département des arts et de l’artisanat au ministère de la Culture et des Beaux-Arts.
Chhim Sothy, directeur du département des arts et de l’artisanat au ministère de la Culture et des Beaux-Arts.

PHNOM PENH —De nouveaux éléments mis au jour sur le site archéologique de M’lou Prey, dans la province de Kampong Chhnang, suggèrent que la soie cambodgienne serait plus ancienne qu’on ne le pensait initialement, remontant à bien avant que la tradition khmère ne soit influencée par la culture indienne.

Selon les experts, la soie aurait pu être portée par les tribus vivant dans les régions montagneuses bien avant les premières estimations.

Chhim Sothy, directeur du département des arts et de l’artisanat au ministère de la Culture et des beaux-arts, explique que, grâce aux fouilles, les experts ont découvert des traces de soie ou de fil sur des outils en argile et en marbre brûlés, qui sont bien antérieurs aux découvertes initiales.

Selon lui, les vêtements des anciens Khmers ont évolué, passant des feuilles au port de pagnes. Ils ont ensuite appris à tisser la soie.

Cependant, à cette époque, la soie était unie et comportait peu de motifs. Après l’accession au trône de Kaundinya Ier — également connu sous le nom de Huntien et Preah Thong — le premier roi du Cambodge, la soie khmère est devenue prospère.

« Au début, la soie était moins élaborée. C’était comme les vêtements des autochtones vivant dans la société d’aujourd’hui, qui ne sont pas très chics », explique Sothy.

« À l’époque, les vêtements en soie étaient répartis entre la royauté et les gens ordinaires en fonction des couleurs et des motifs des fleurs. Les Khmers ont commencé à élever des vers à soie et à planter des mûriers, ce qui a rendu la soie plus populaire. L’Inde et la Chine sont également venues au Cambodge pour le commerce. Les recherches ont été menées depuis l’époque française, et aujourd’hui, elles se poursuivent. »

Tisser une histoire de la soie

Sothy poursuit en expliquant qu’il y a eu une influence culturelle mutuelle de Java et de l’Inde sur le Cambodge au cours des 6e et 7e siècles. Ensuite, la soie khmère s’est adaptée à des styles plus modernes au 8e siècle. À l’époque angkorienne, le dessin de la soie a été amélioré, comme le montre la déesse fée sculptée sur le temple d’Angkor Wat.

Il ajoute que tout a changé aux 9e et 10e siècles, lorsque les vêtements et les bijoux devinrent plus sophistiqués. Au 11e siècle, les costumes sont devenus encore plus complexes, comme en témoignent les sculptures du temple de Banteay Srei, du temple de Pre Rup, du temple de Mebon et de nombreux autres dans la région d’Angkor Wat.

« L’évolution des vêtements de la période Funan à la période angkorienne a connu une amélioration progressive », explique Sothy.

« Le style Bayon était au 13e siècle et tout était plus original, ce qui rendait les femmes encore plus élégantes grâce au design sophistiqué de chaque pièce de vêtement. Après le 13e siècle, la nation s’est considérablement affaiblie en raison des guerres avec les pays étrangers. À l’époque de Longvek, le costume khmer a également évolué, mais il y a eu de nombreux affrontements avec les voisins. »

Il ajoute que pendant l’ère Oudong, les costumes khmers ont également été mis en valeur, car les rois khmers avaient de nombreuses relations avec les Siamois (Thaïlande). Il précise que les Cambodgiens ont commencé à porter des chemises à l’époque de la colonisation française.

Les Khmers tissaient la soie sous leurs maisons, car il existait des lieux de tissage dans chaque région du pays. Autrefois, ils devaient savoir tisser des mouchoirs et des écharpes pour les membres de leur famille, explique Sothy.

La fin de la tradition

Sothy dit avoir constaté que le marché actuel de la soie au Cambodge était sur le déclin, les tisserands abandonnant leur métier pour aller travailler dans des usines. Comme de plus en plus de vêtements d’occasion sont importés, la plupart des jeunes Cambodgiennes ont tendance à porter du moderne sans faire grand cas de la tradition.

« Durant Pchum Ben ou le Nouvel An khmer, certaines Cambodgiennes portent des jeans dans les pagodes. Plus la perception des gens s’éloigne, plus la tradition s’éloigne », explique Sothy.

« Les tisserands font de gros efforts pour fabriquer chaque pièce de tissu, mais il est maintenant vendu pour une petite somme d’argent. Ils vont donc travailler dans les usines pour 200 à 300 dollars par mois. Les gens abandonnent la tradition pour essayer de gagner leur vie. Aujourd’hui, seules les grands-mères tissent un peu chez elles, et les enfants vont travailler ailleurs.

« Toutefois, si le marché du tissage de la soie se rétablit, les gens pourraient retourner dans cette filière. La plupart des consommateurs sont des Cambodgiens vivant à l’étranger, comme en France et aux États-Unis. Quant aux Cambodgiens du pays, ils n’achètent de la soie khmère que s’ils peuvent admirer les efforts des tisserands. »

Sothy souligne que le Cambodge ne dispose pas de la culture de mûriers et de l’élevage de vers à soie permettant de récolter plusieurs tonnes. Il ajoute que les Cambodgiens cultivent également des mûriers, mais seulement en petites quantités. Ils plantent principalement ces variétés pour les touristes.

Toutefois, s’il y avait davantage de soutien financier de la part du gouvernement, Sothy pense que l’industrie de la soie khmère deviendrait à nouveau florissante.

Ressusciter les arts traditionnels

La production de soie, en revanche, n’a pas suffi à satisfaire la demande jusqu’à présent. Selon le ministre de l’Agriculture, Veng Sakhon, cela est dû au fait que l’on continue d’utiliser les anciennes méthodes au lieu de mettre en œuvre des approches innovantes.

« Le développement de la production de mûrier est encore limité parce que la culture du mûrier, l’élevage du ver à soie, la production de soie et le tissage traditionnel n’ont pas changé », a-t-il écrit sur sa page Facebook le 16 juillet.

« On peut dire que les gens manquent encore de connaissances sur les techniques de plantation et la sélection de vers à soie de qualité »

Pour préserver et promouvoir le secteur de la soie au Cambodge, le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche a fourni en 2020 des graines de mûrier aux agriculteurs et organisé des ateliers de formation sur les techniques de culture, l’élevage des vers à soie et les processus de production de la soie à l’intention des habitants des provinces de Banteay Meanchey, Kampong Chhnang, Kampot, Siem Reap et Takeo.

Cependant, Nim Marin, ancienne experte en formation sur la soie khmère au Centre national de la soie dans la province de Siem Reap, déclare être également préoccupée par le déclin du secteur de la soie au Cambodge, soulignant que les cultivateurs de mûriers sont de moins en moins conscients de ses avantages.

Depuis le milieu des années 2010, plusieurs programmes ont été lancés pour encourager la production de soie.

En 2016, le gouvernement a lancé sa stratégie nationale pour la soie, dans l’intention d’étendre le rôle du secteur de la soie dans l’économie du pays et de répondre à la demande locale et mondiale croissante de produits en soie.

En juin 2019, le Khmer Silk Center du Cambodge a été inauguré à Phnom Penh, dans le cadre des projets du pays visant à développer l’élevage de la soie et à revitaliser le secteur.

Le Japon et le Programme des Nations unies pour le développement au Cambodge ont également travaillé en tant que partenaires du gouvernement pour aider les agriculteurs à développer la production de soie de qualité.

Po Sakun et Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

158 vues0 commentaire