Cambodge : Apprentissage en ligne, témoignages, principaux défis et suggestions

La pandémie de COVID-19 a provoqué de sérieuses perturbations partout dans le monde, affectant de nombreux aspects de la vie de tous les jours. Un exemple révélateur de la perturbation causée par le COVID-19 est la fermeture temporaire des établissements scolaires et universitaires.

Alors que les écoles et les universités ont reçu l’ordre de fermer pour contenir la propagation du coronavirus, les cours physiques traditionnels sont passés à un mode d’apprentissage en ligne. La transition a été abrupte, posant de nombreux défis aux élèves, aux enseignants, aux administrateurs scolaires et même aux parents. Dans cet article, Kimkong Heng et Koemhong Sol examinent différents aspects de l’apprentissage en ligne, soulèvent les principaux défis et proposent des suggestions pour améliorer l’efficacité de cette méthode. Cambodge Mag a également interrogé quelques parents d’élèves et professeurs.

Différents types d’apprentissage en ligne

Plusieurs terminologies associées à l’apprentissage en ligne sont utilisées. Ils comprennent l’apprentissage en ligne, l’apprentissage à distance, l’apprentissage mixte et l’apprentissage hybride. Chacune de ces terminologies fait allusion à l’acte d’utiliser la technologie dans l’apprentissage, mais il existe de légères différences entre elles.

  1. Apprentissage en ligne : il est souvent utilisé de manière interchangeable avec l’apprentissage en ligne, il s’agit d’une forme d’enseignement à distance qui implique l’utilisation de la technologie comme médiateur du processus d’apprentissage, et cet enseignement est entièrement dispensé par Internet. Dans l’apprentissage en ligne, les étudiants accèdent au matériel d’apprentissage, soumettent leurs travaux, reçoivent des commentaires et interagissent avec leurs pairs en ligne.

  2. Enseignement à distance : Il s’agit de la même structure que l’apprentissage en ligne. Il peut être synchrone (se produisant en même temps) ou asynchrone (autorythmée). L’apprentissage à distance est défini comme « l’enseignement et l’apprentissage planifié où l’enseignement se déroule dans un lieu différent de l’apprentissage, nécessitant une communication par le biais de technologies et d’une organisation institutionnelle spéciale ». Il s’agit simplement d’un effort pour donner accès à l’apprentissage à ceux qui sont géographiquement éloignés.

  3. Apprentissage mixte : il est également connu sous le nom d’apprentissage hybride. Il fait référence aux pratiques qui combinent l’enseignement traditionnel en présentiel en classe avec l’apprentissage en ligne. Comparé à d’autres formes d’apprentissage en ligne, l’apprentissage mixte offre aux étudiants des canaux plus fructueux pour se connecter avec leurs pairs et leurs instructeurs. La recherche universitaire suggère également que l’apprentissage mixte donne aux étudiants une meilleure compréhension du contenu des cours grâce au soutien des interactions sociales.

Défis associés à l’apprentissage en ligne

Même si l’apprentissage en ligne n’est pas un phénomène nouveau, cette alternative soudaine et imposée a posé des défis importants aux activités éducatives à l’échelle mondiale, en particulier au Cambodge, où les établissements d’enseignement, les enseignants et les étudiants n’étaient pas, comme dans de nombreux autres pays, réellement prêts pour ce type de transition brutale. Une étude récente effectuée par Adedoyin et Soykan (2020) souligne plusieurs défis concrets causés par la transformation numérique brutale des opérations pédagogiques pendant la période de pandémie. Les principaux défis sont liés à l’infrastructure technologique, à la compétence numérique, aux facteurs socio-économiques/inégalités, à l’évaluation et à la supervision, à la lourde charge de travail et aux problèmes de compatibilité.

« De par sa nature, l’apprentissage en ligne dépend entièrement du matériel technique et d’Internet, il est donc indéniable que la technologie est le défi le plus pressant de l’apprentissage en ligne »

Certains problèmes technologiques typiques incluent le manque de connaissances sur la façon d’utiliser les applications, une connexion Internet instable ou lente, des appareils de communication obsolètes et des navigateurs incompatibles. Le manque d’accès à Internet pose de grands défis aux étudiants d’Asie du Sud-Est pour étudier en ligne.

Au Cambodge, les enseignants et les étudiants, en particulier dans les zones rurales, n’ont pas d’accès Internet toujours fiable et ne sont pas capables d’utiliser les technologies émergentes, ce qui fait de l’apprentissage en ligne une expérience difficile, voire frustrante, pour beaucoup. Malgré les efforts du ministère cambodgien de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports pour offrir des opportunités d’apprentissage en ligne en diffusant des leçons vidéo par le biais de la télévision et d’autres plates-formes en ligne telles que la page Facebook du ministère, la chaîne YouTube et le site Web d’apprentissage en ligne, le nombre d’étudiants qui ont eu accès à l’apprentissage en ligne est encore perfectible.

« Le passage soudain à l’apprentissage en ligne dans le royaume a également créé une charge de travail inattendue, en particulier pour la création de plates-formes électroniques et l’intégration d’applications externes dans leurs systèmes en temps opportun »

La charge de travail supplémentaire a causé du stress et de l’anxiété chez les enseignants, les administrateurs des réseaux des établissements scolaires et les cadres administratifs.

Il existe de nombreux autres défis. Par exemple, l’apprentissage en ligne ou à distance au milieu de la pandémie a créé plus de stress, de frustration et d’isolement pour les étudiants qui ont perdu l’interaction physique, et indispensable à l’épanouissement de leur sociabilité, avec leurs camarades de classe. Le passage sans précédent à l’apprentissage en ligne a également accru les préoccupations concernant la cybersécurité, la « cyberintimidation », la violence et l’exploitation en ligne, et d’autres problèmes psychologiques causés par les difficultés et les incertitudes associées à ce type d’enseignement pendant la pandémie.

Améliorer l’efficacité de l’apprentissage en ligne

Un certain nombre de chercheurs ont avancé des suggestions sur la façon d’améliorer l’efficacité de l’apprentissage en ligne pendant la pandémie :

  • Créer des matériaux accessibles

  • Choisir des technologies numériques adéquates

  • Enregistrer des conférences et sous-titrer des vidéos et proposer du contenu audio

  • Adopter un enseignement inclusif et adapté à la culture

  • Adopter une approche flexible de la participation étudiante

  • Assurer le soutien financier et l’équipement

  • Comprendre les besoins des élèves

  • Lutter contre le racisme systémique

D’autres soutiennent que l’apprentissage en ligne peut être rendu plus accessible et inclusif grâce à cinq étapes simples, telles que :

  • Examiner comment les élèves navigueront dans la classe en ligne

  • Proposer une visite vidéo de la classe en ligne au début du semestre

  • S’assurer que tous les documents Word, présentations PowerPoint et fichiers PDF sont accessibles et consultables

  • Ajouter du texte alternatif aux images et graphiques afin qu’ils puissent être lus à haute voix lorsque les élèves utilisent un lecteur d’écran ; et ajouter des légendes et des transcriptions aux leçons vidéo

Certaines de ces suggestions sont peut-être difficilement applicables au contexte cambodgien, mais elles méritent d’être examinées.

Pour créer un environnement d’apprentissage en ligne engageant, certains chercheurs recommandent de renforcer l’interaction élève-enseignant et de l’utiliser pour améliorer l’apprentissage en ligne. Ils suggèrent que les enseignants commencent tôt la classe et utilisent les écrans partagés pour effectuer des points de contrôle réguliers et vérifier la présence des élèves. Une autre astuce pour garder les étudiants motivés et engagés est de rechercher régulièrement leurs réponses en temps réel pendant les cours en ligne. Pour ce faire, les enseignants peuvent utiliser des plates-formes interactives telles que Poll Everywhere, Mentimer, Kahoot ! Padlet et Pigeonhole Live.

Concernant le contexte cambodgien, Sun suggère que le ministère et les services locaux de l’éducation devraient coopérer avec les directeurs d’école et les chefs de communauté pour fournir un soutien personnalisé, comme des visites à domicile par les enseignants, aux élèves qui ne peuvent pas accéder aux leçons vidéo en ligne diffusées par le ministère. Heng appelle à des « interventions politiques innovantes et à des investissements accrus » pour soutenir l’intégration des technologies informatiques dans la salle de classe, en particulier dans les zones reculées où l’infrastructure technologique est rare.

D’autres universitaires proposent des recommandations en six points pour assurer le succès du passage à l’enseignement en ligne au Cambodge. Ils comprennent :

  • Un leadership institutionnel de soutien

  • Un développement de l’infrastructure numérique et alphabétisation

  • La possibilité de formation améliorant la pédagogie

  • Le soutien technique et social aux étudiants, aux enseignants et au personnel

  • Le changement d’attitude envers l’apprentissage et l’enseignement

  • Un soutien gouvernemental accru

Réactions

Pour Emma Gros, enseignante de l’éducation nationale à la retraite, l’apprentissage en ligne peut être efficace pour les élèves à partir du primaire à condition qu’ils soient motivés. Les plus petits, eux, n’ont pas une capacité de concentration suffisante, il est estimé que la concentration d’un enfant de 4 ans par exemple n’excède pas 10 minutes en continu.

Même son de cloche pour Thierry qui enseigne le français dans une école internationale. Pour lui, les établissements secondaires ont été pris de cours et malgré une population de scolaires très connectée, l’enseignement en ligne n’est paradoxalement pas encore bien adapté et nécessite encore de sérieux efforts d’ajustement de la part des professeurs et des dirigeants d’établissement.

Pour Christian, père d’un garçon de 5 ans scolarisé dans une école internationale, c’est une catastrophe :

« Seuls 5 gamins sur une quinzaine participent aux cours en ligne, les écrans sont trop partagés donc trop petits, il est difficile de parler d’enseignement interactif et convivial.

« Mais, il semble difficile de faire autrement alors que les écoles sont fermées. Il y a aussi l’aspect financier, il faut mobiliser une personne pour assister le gamin et, ajouté aux frais de scolarité qui ont fait l’objet d’une ristourne trop minime, cela constitue un poids supplémentaire »

Pour Michel qui a deux garçons de 4 et 7 ans scolarisés dans un lycée du centre de Phnom Penh et travaille dans le privé, c’est compliqué. En fait, explique-t-il, sans les parents à côté, c’est difficilement jouable surtout pour le plus petit. Tous les professeurs n’utilisent pas les mêmes logiciels et plates-formes et parfois un même professeur en utilise plusieurs. Sans l’aide parentale, le gamin ne peut pas suivre.

Pour Srey Pov, mère d’une petite fille de 7 ans scolarisée dans une école publique cambodgienne, les professeurs font un effort, mais le plus difficile est de motiver l’enfant qui, si les parents travaillent ou sont occupés, ne perçoit pas la nécessité de participer aux cours de la même façon qu’à l’école.

Recommandations

En conclusion, la pandémie COVID-19 a fait de l’apprentissage en ligne une nouvelle norme dans la plupart, sinon la totalité, des contextes éducatifs à travers le monde. Alors que l’apprentissage en ligne pendant le COVID-19 a manifestement provoqué de nombreux défis pour les acteurs concernés de l’éducation, le COVID-19 a toutefois donné une forte impulsion à la transformation numérique de l’éducation.

Il existe diverses suggestions avancées par les chercheurs pour résoudre les problèmes associés à l’apprentissage en ligne. Certaines des solutions susmentionnées s’articulent autour de cinq facteurs clés, notamment l’instruction, le contenu, la motivation, les relations et le bien-être psychologique. D’autres solutions clés concernent la préparation, la prestation des cours, la qualité des cours, la communication, l’interaction élève-enseignant et l’engagement des élèves. Le rôle du leadership, de l’investissement, du soutien du gouvernement et des attitudes à l’égard de l’apprentissage et de l’enseignement sont également essentiels pour le succès de l’enseignement en ligne pendant la pandémie.

Pour garantir que l’apprentissage en ligne et l’apprentissage mixte soient largement adoptés dans la période post-pandémique dans les sociétés en développement comme le Cambodge, il faut plus de soutien et d’investissements gouvernementaux. Les établissements d’enseignement doivent également investir dans le développement et l’amélioration des plates-formes d’apprentissage en ligne existantes, ainsi que dans l’expansion de l’accès à Internet et des ressources de bibliothèque en ligne. Des programmes de formation et d’orientation sur l’apprentissage en ligne, y compris des leçons sur les outils et stratégies d’enseignement et d’apprentissage en ligne, doivent être proposés régulièrement afin que les étudiants, les enseignants et le personnel puissent avoir l’occasion d’approfondir leurs connaissances et leur compréhension des différents aspects et nuances de l’apprentissage en ligne et mixte.

Source et auteurs :

Cambodian Education Forum

Kimkong Heng prépare un doctorat en éducation à l’Université du Queensland à Brisbane, en Australie. Il est co-fondateur et co-éditeur du Cambodian Education Forum.

Koemhong Sol prépare un doctorat en éducation à l’Université chrétienne internationale de Tokyo, au Japon. Il est rédacteur en chef adjoint du Cambodian Education Forum.

Interventions par Cambodge Mag. (Pour préserver l’anonymat, les noms des personnes interrogées ont été changés).

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône