Cambodge & Agriculture : Envolée des prix du Prahok et poissons fumés

Depuis que l’Administration des pêches a annoncé le 17 décembre dernier que la saison de la pêche concernant les espèces utilisées pour le prahok et le poisson fumé se déroulerait du 20 au 26 décembre 2020, les acheteurs se sont précipités, mais ont vite été freinés dans leurs élans.

Cambodge & Agriculture : Envolée des prix du Prahok et poissons fumés

Photographie (AKP) : Les gens affluent pour fabriquer de la pâte de poisson telle que Prahok, Pa-ork et Mam, et du poisson fumé pour la consommation annuelle et pour la vente pendant la saison de fabrication de Prahok, qui s'étend du 20 au 26 décembre 2020.

Moins de poissons

Cette année, le poisson destiné à la préparation du prahok est bien plus cher qu'en 2019 car, a déclaré l’administration des pêches le 22 décembre, « la quantité de poisson a diminué d’environ 31 % par rapport en raison du faible niveau d’eau et du changement climatique. »

« Cette année, j’ai acheté le kilo de poisson entre 5 000 et 5 500 riels (1,25 $ à 1,37 $), pour une tonne de poisson, j’ai donc dépensé 1 000 dollars américains », déclare May Pov, un habitant de la province de Takeo, venu à Phnom Penh avec son épouse et sa fille pour acheter du poisson pour sa famille et aussi pour le vendre :

« Cette année, je ne pourrais pas en acheter plus, car je suis à court d’argent », dit-il. « L’année dernière, j’achetais un kilo pour seulement 2 500 à 3 000 riels (0,62 $ à 0,75 $). Mais là, le prix a doublé, je ne peux pas suivre »

Pov se lamente en regardant les sacs de poisson, il voudrait à l’évidence en acheter plus, mais lui aussi a été affecté par les effets de la pandémie Covid-19. Moins de poisson signifie une matière brute plus chère, mais aussi des produits finis (prahok et poissons fumés) qui risquent de voir leur prix s’envoler sur les étals des marchés.

Illustration AKP
Illustration AKP

Sok Chandy, qui vit dans la province de Svay Rieng, précise que, chaque année, il achète environ trois tonnes de poisson pour fabriquer du prahok et le revendre. Mais cette année, il ne peut se permettre que l’achat d’une tonne.

« Je me prépare à rentrer chez moi, car, d’après mes observations, le prix du poisson ne baisse pas, il ne fait qu’augmenter »

Avec l’argent que nous avions préparé pour acheter deux à trois tonnes de du poisson, maintenant nous ne pouvons en acheter qu’un peu plus d’une tonne. Et en raison du prix élevé du poisson, ajoute Chandy, il devra vendre le prahok qu’il fabrique à un prix plus élevé. « J’ai acheté un kilo de poisson frais pour plus de 6 000 riels (1,50 $) », poursuit-il.

« En ajoutant le coût de la fabrication, le prahok sera forcément plus cher »

Le 22 décembre, l’Administration des pêches a estimé que 268 000 tonnes de poisson avaient été enregistrées cette année. Cela représente une baisse de plus de 50 000 tonnes par rapport à 2019, lorsque les captures s’élevaient à 326 500 tonnes. Selon les chiffres du ministère de l’Agriculture, les exportations de poisson ont chuté de 84 % au cours des neuf premiers mois de 2020 par rapport à la même période l'année dernière. Les exportations de poisson frais sont passées de 5 502 tonnes à 1 498 tonnes, tandis que les produits de la pêche transformés sont tombés d’environ 5 000 tonnes à 232 tonnes, a déclaré Srey Vuthy, porte-parole du ministère. L’objectif pour les exportations de poisson frais cette année était de 15 000 tonnes, a ajouté Vuthy. Le Vietnam et la Thaïlande demeurent les principaux marchés d’exportation de poisson pour le Cambodge.

Po Sakun Et Phoung Vantha. Avec l'aimable autorisation de Cambodianess. Version anglaise disponible ici

84 vues1 commentaire