Cambodge & Actualité : La pêche au maquereau de nouveau interdite jusqu’au 31 mars 2022

L’administration des pêches a émis un avis à l’intention de tous les pêcheurs en mer du Cambodge, leur interdisant de pêcher le maquereau pendant la période de frai, du 15 janvier au 31 mars 2022.

« Afin de contribuer à la préservation et à la protection des ressources halieutiques , l’Administration des pêches espère que tous ceux qui pratiquent la pêche au maquereau cesseront cette activité du 15 janvier au 31 mars », indique le directeur général de l’Administration des pêches, Pum Sotha.
« Afin de contribuer à la préservation et à la protection des ressources halieutiques , l’Administration des pêches espère que tous ceux qui pratiquent la pêche au maquereau cesseront cette activité du 15 janvier au 31 mars », indique le directeur général de l’Administration des pêches, Pum Sotha.

Toutefois, il est toujours possible de pêcher crabes, calmars, crevettes et autres espèces de poissons pour subvenir aux besoins des familles, a déclaré le directeur de l’administration provinciale des pêches de Preah Sihanouk, Em Phea.

Phea souligne qu’en 2021, le total des prises en mer était de plus de 47 500 tonnes — soit une baisse de 50 tonnes par rapport à 2020.

Kim Khun, un pêcheur d’une communauté de la commune O’Chrov du district de Prey Nop, dans la province de Preah Sihanouk, a déclaré au Post que cette saison, son activité de pêche ne rapportait pas beaucoup d’argent.

« Hors saison, nous n’avons attrapé que trois à cinq kilogrammes par jour, car maintenant, même les crabes, les crevettes et les calmars ne sont pas abondants », dit-il.

Le directeur de l’administration des pêches de la province de Kampot, Sar Sorin, explique que le déclin des captures marines est dû à plusieurs facteurs, dont le changement climatique qui provoque des orages fréquents.

Cependant, il ajoute que ce déclin est également dû à des facteurs humains en particulier, tels que la perte d’habitat en raison des activités de développement côtier, l’utilisation d’engins de pêche illégaux et une sensibilisation limitée à la protection de l’environnement et des ressources naturelles.

Il indique qu’en 2021, les prises totales des pêcheurs s’élevaient à environ 18 000 tonnes. Cette quantité a diminué de 11 %, par rapport à 2020, alors que l’année dernière, les prises totales se montaient à 20 300 tonnes.

Theng Borin, le chef du département provincial de l’agriculture, des forêts et de la pêche de Kep, a déclaré que le rendement total capturé par les pêcheurs en 2021 était de 5 247 tonnes. Pendant ce temps, une quarantaine de délits de pêche ont fait l’objet d’une enquête.

« Pendant la saison morte de la pêche au maquereau, nos experts ont tenté d’éduquer les pêcheurs et étendu le programme de gestion communautaire des banques de crabes pour augmenter les revenus », explique Borin.

Selon lui, Kep est riche en herbes marines, qui constituent une source importante de nourriture pour toutes sortes d’animaux marins, en particulier les crabes et les crevettes. La zone de conservation de l’herbe de mer dans la province de Kep a une superficie totale de 3 095 ha sous le contrôle de l’administration.

Khouth Sophak Chakrya avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône