top of page

Cambodge & 30 ans de Kantha Bopha : Principales étapes de l'oeuvre de Beat Richner

Beat Richner a fondé le premier hôpital pour enfants Kantha Bopha, qui fête cette année ses trente ans d’existence, en 1992. Au cours des 25 années suivantes, le docteur suisse ouvrira quatre autres hôpitaux au Cambodge et ses établissements auront traité 15,4 millions de patients et 1,7 million d’enfants gravement malades.

Lors de l'inauguration de Kantha Bopha IV en présence du 1er ministre Hun Sen et du Roi Norodom SIhamoni
Lors de l'inauguration de Kantha Bopha IV en présence du 1er ministre Hun Sen et du Roi Norodom SIhamoni

1975, quand tout a commencé

Beat Richner naît le 13 mars 1947 à Zurich. Après avoir obtenu son diplôme de médecin en 1973, se spécialise en pédiatrie à l’hôpital des enfants de Zurich. En 1974/75, il est envoyé au Cambodge par la Croix-Rouge suisse pour travailler à l’hôpital pour enfants Kantha Bopha. Sa mission prend fin brutalement lorsque les Khmers rouges envahissent le pays. Le Dr Richner est contraint de rentrer en Suisse, où il reprend son ancien poste à l’Hôpital des enfants de Zurich. En 1980, il ouvre son propre cabinet à Zurich, qu’il partage avec un confrère.

Beatocello

Tout en poursuivant sa carrière médicale, Beat Richner développe en 1972 le personnage de BEATOCELLO, un rôle artistique dans lequel il se glisse de temps à autre et qui pourrait être décrit comme celui d’un comédien ou d’un clown poétique et musical. Il donnera d’innombrables représentations, principalement en Suisse alémanique, mais aussi à l’étranger. Beat Richner publiera aussi un certain nombre de livres avec de simples dessins au trait — principalement des livres pour enfants — pour accompagner ses spectacles les histoires poétiques et humanitaires qu’il mettait en musique.

1991, Kantha Bopha, le premier hôpital

En décembre 1991, le Dr Richner est chargé par le roi Norodom Sihanouk et le gouvernement cambodgien de reconstruire et de gérer l’hôpital pour enfants Kantha Bopha, qui avait été détruit pendant la guerre ; une fois encore, sa vie prend un nouveau tournant et il accepte le travail.

Le 2 novembre 1992, l’hôpital pour enfants Kantha Bopha est à nouveau opérationnel
Le 2 novembre 1992, l’hôpital pour enfants Kantha Bopha est à nouveau opérationnel

En mars 1992, il crée une fondation à Zurich, s’installe à Phnom Penh et commence les travaux de reconstruction. Le 2 novembre 1992, l’hôpital pour enfants Kantha Bopha est à nouveau opérationnel. Au cours des années suivantes, l’hôpital est progressivement agrandi et modifié pour répondre aux besoins les plus urgents de ses patients. Kantha Bopha est le nom de la fille du roi Sihanouk, décédée d’une leucémie en 1952 à l’âge de 3 ans.

1996, Kantha Bopha II, le deuxième hôpital

En 1995, l’hôpital Kantha Bopha 1 est devenu trop petit avec plus de 1 000 patients par jour et plus de 350 hospitalisations. Le roi Norodom Sihanouk offre un terrain à Phnom Penh pour construire un nouvel hôpital. Le 12 octobre 1996, le deuxième hôpital pour enfants est inauguré en présence du roi Norodom Sihanouk et de Jean-Pascal Delamuraz, président du Conseil fédéral suisse.

1998, seul contre le Système et la discrimination

Selon Beat Richner, la politique et la stratégie de l’OMS et de nombre de ses organisations subordonnées concernant la médecine dans les pays pauvres comme le Cambodge entraînent des milliers de morts, d’invalides et de victimes de lésions cérébrales.

Cette politique, qu’il qualifie de « médecine pauvre pour des gens pauvres dans des pays pauvres, n’est pas seulement inefficace, elle met activement en danger, endommage et détruit des milliers de vies ». Pour lui, cette politique équivaut à un « génocide passif ». Il appellera alors ces organisations et leurs partisans à assumer leur responsabilité et à changer leurs politiques et stratégies.

1999, Jayavarman VII, le troisième hôpital

Le 9 mars 1998, un terrain est donné par Samdech Hun Sen, Premier ministre du Cambodge, à l’initiative de S.E. Cham Prasidh, Ministre du Commerce, pour construire un troisième hôpital pour enfants à Siem Reap, près du temple d’Angkor.

Le troisième hôpital pour enfants du Dr Beat Richner ouvre ses portes le 31 mars 1999 en tant qu’annexe de Kantha Bopha I et II.
Le troisième hôpital pour enfants du Dr Beat Richner ouvre ses portes le 31 mars 1999 en tant qu’annexe de Kantha Bopha I et II.

Comme dans les autres hôpitaux, le traitement reste gratuit pour chaque enfant. Il dispose d’un grand centre de prévention et d’éducation sanitaire, d’une grande station ambulatoire et de vastes installations pour les soins hospitaliers et le traitement adéquat des enfants très malades dont la vie est en danger.

La conception de l’hôpital est le résultat de sept années d’expérience dans la gestion de l’hôpital pour enfants Kantha Bopha à Phnom Penh. Il sert de modèle mondial pour la construction et l’organisation d’un hôpital confronté à des conditions similaires.

2001, maternité pour les mères séropositives

Lors de l’inauguration de l’hôpital pour enfants Jayavarman VII à Siem Reap, Samdech Hun Sen, Premier ministre du Royaume du Cambodge, annonce en présence du roi Norodom Sihanouk que le gouvernement donnera des terrains supplémentaires pour l’hôpital.

Grâce au don personnel d’une famille cambodgienne, Beat Richner est en mesure de construire et achever une maternité pour les mères séropositives à côté de l’hôpital Jayavarman VII à Siem Reap, Angkor. Un programme spécial est élaboré pour éviter que les nouveau-nés ne soient infectés par le VIH par leur mère. L’inauguration a eu lieu le 9 octobre 2001. En mars 2005, une extension du Jayavarman VII a été ouverte, offrant 350 lits supplémentaires.

2003, Suisse de l’année

Le 5 janvier 2003, le Dr Beat Richner est récompensé par le tout premier « Swiss Award ». Il est plébiscité par 23 % des Suisses. Depuis, d’autres grands noms de la Suisse comme Roger Federer, Peter Sauber, Köbi Kuhn, Didier Cuche et Polo Hofer ont remporté ce prix. Les noms des lauréats sont gravés sur une plaque sur l’Älggi-Alp, le centre géographique de la Suisse.

2004, Kantha Bopha IV, le quatrième hôpital

En 2004, l’hôpital Kantha Bopha I de Phnom Penh était devenu trop petit et deux de ses trois bâtiments étaient dans un état très mauvais et dangereux. Sans un nouveau bâtiment, Kantha Bopha I ne pouvait plus fonctionner. La construction d’un nouvel hôpital a commencé le 3 août 2004 après l’achat d’un terrain adjacent au Wat Phnom. Le nouvel hôpital pour enfants Kantha Bopha IV a été inauguré le 29 décembre 2005 par le roi Sihamoni et le Premier ministre Hun Sen.

L’un des trois bâtiments de Kantha Bopha I est toujours utilisé, les autres ont été évacués puis restaurés. Kantha Bopha IV est relié à l’ancien Kantha Bopha I.

L’hôpital dispose de 555 lits, de 4 salles d’opération chirurgicale, de deux unités de soins intensifs, d’un laboratoire entièrement équipé avec une banque de sang, d’un service d’imagerie (une radiographie, 4 ultrasons et un scanner), d’une grande pharmacie, d’une station ambulatoire et d’un centre de prévention.

Le coût total de la construction de cet hôpital s’est élevé à 15 millions USD. Beat Richner a demandé à la population suisse de contribuer en donnant un billet de vingt francs chacun (Aktion Zwänzger Nötli 2004). Cette campagne a permis de récolter suffisamment d’argent pour finaliser cette entreprise. La campagne a été soutenue par des écoliers et des donateurs de toute la Suisse.

2007, Kantha Bopha V, le dernier né des hôpitaux de Phnom Penh

Peu après l’inauguration de Kantha Bopha IV, l’hôpital devient trop petit et en 2006, le nombre de patients hospitalisés à Phnom Penh augmente de 50 %. Il est décidé de construire Kantha Bopha V, qui sera inauguré le 28 décembre 2007 en présence de Sa Majesté le roi Norodom Sihamoni, de Samdech Hun Sen et de membres du gouvernement royal du Cambodge.

Kantha Bopha sera inauguré le 28 décembre 2007
Kantha Bopha sera inauguré le 28 décembre 2007

Kantha Bopha V dispose d’une station de prévention, de radiographie, de fluoroscopie, d’échographie, de laboratoires et de 9 unités de 34 lits chacune (environ 300 lits au total). En outre, il accueille une salle de conférence et une bibliothèque médicale. L’hôpital aura coûté neuf millions de dollars.

2012, collecte de fonds avec le violoncelle

Afin d’informer les gens sur la situation de ses hôpitaux, le Dr Beat Richner donne un concert à l’hôpital Jayavarman 7 de Siem Reap tous les samedis. Il se rend également en Suisse trois fois par an pour donner des concerts et collecter des fonds avec son violoncelle.

L’un de ses événements les plus célèbres était le traditionnel Knie Gala, qui a eu lieu plus de 26 fois. Les amis de la fondation y ont profité d’un programme passionnant et ont fait des dons aux hôpitaux pour enfants de Kantha Bopha. En 2012, le roi du Cambodge Sihamoni a honoré l’événement de sa présence.

En 2012, le roi du Cambodge Sihamoni a honoré l’événement de sa présence.
En 2012, le roi du Cambodge Sihamoni a honoré l’événement de sa présence.

Kantha Bopha est devenu un modèle très respecté dans toute l’Asie du Sud-Est. Il a démontré l’efficacité de l’aide médicale et humanitaire directe - c’est-à-dire une médication correcte et non corrompue, combinée à une formation ciblée à long terme - en matière de médecine curative et préventive ainsi que de recherche.

La majeure partie du financement provient de particuliers en Suisse qui ont fait des dons spontanés pour Kantha Bopha, très souvent juste après l’un des spectacles de BEATOCELLO.

2018, la fin d’une époque

Le 9 septembre 2018, Beat Richner est décédé des suites d’une grave maladie. Il laisse derrière lui l’héritage d’une vie extraordinaire, inégalée, couronnée de succès et qui mérite la plus grande admiration.

Pendant les 25 années de son activité, ses hôpitaux auront traité 15,4 millions de patients et 1,7 million d’enfants gravement malades.

 

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page