Cambodge & 2021 : Retour sur une année sombre et un optimisme prudent dans le Royaume

Flambée communautaire, campagnes de vaccination, nouvelle normalité…l’année 2021 est résolument marquée par la pandémie de Covid-19 contre laquelle le Royaume devra prendre des mesures drastiques. L’année passée est aussi celle du Cambodge patron de l’ASEAN, de l’inauguration d’infrastructures sportives et de prévisions politiques à propos de la relève à la tête du pays. 2021, année sombre pour un pays qui a toutefois su faire preuve de résilience et conserver un certain optimisme dans le cadre de cette « nouvelle normalité »…

Deux livreurs passent devant une zone rouge pendant le confinement dans la commune de Stung Mean Chey I du district de Meanchey à Phnom Penh, le 13 mai 2021. Photo Heng Chivoan
Deux livreurs passent devant une zone rouge pendant le confinement dans la commune de Stung Mean Chey I du district de Meanchey à Phnom Penh, le 13 mai 2021. Photo Heng Chivoan

La pandémie de Covid-19 a dominé l’actualité mondiale et locale en 2021, mais d’autres événements notables ont eu lieu, même si chacun était trop occupé par les thermomètres, les masques et les désinfectants pour y accorder une grande attention à ce moment-là. Voici quelques-uns des faits marquants de l’année 2021 au Cambodge, en commençant par un récapitulatif de la pandémie.

Flambée communautaire du 20 février

Dans un contexte de mondialisation et d’interconnexion, le coronavirus a continué à se propager au sein des communautés du royaume, la troisième vague débutant le 20 février 2021, malgré les restrictions, les tests et les quarantaines imposés aux personnes venant de l’étranger.

Baptisé « événement communautaire du 20 février », il a été attribué à la boîte de nuit N8 près du stade olympique dans le centre de Phnom Penh, où 32 personnes ont été testées positives au Covid-19 en un peu plus de 10 heures.

Le Premier ministre Hun Sen prononce un discours ce jour-là pour annoncer la mauvaise nouvelle.

C’est ainsi que débute en 2021 une série de fermetures d’entreprises, d’interdictions de rassemblements de groupes et de ventes d’alcool, de fermetures à clé, de couvre-feux et d’autres mesures de protection visant à minimiser le nombre de victimes du virus pendant que le travail de vaccination de tout le monde était en cours.

Des pouvoirs d’urgence inscrits dans la loi

Ces restrictions, jugées nécessaires pour sauver des vies, sont rendues possibles lorsque le président du Sénat, Say Chhum, agissant en tant que chef de l’État pendant que le roi Norodom Sihamoni se trouve à l’étranger signe la loi sur les mesures de contrôle de la propagation du Covid-19 et d’autres maladies graves, dangereuses et contagieuses et l’a promulguée le 11 mars 2021.

Composée de six chapitres et de 18 articles, la loi confère au gouvernement les pouvoirs nécessaires pour mettre en place les mesures sanitaires et administratives préventives qui permettront de protéger la vie et la santé publique, de maintenir l’ordre public et de réduire l’impact socio-économique de la pandémie au Cambodge, selon le ministre de la Justice, Koeut Rith.

La loi prévoit des sanctions pour les personnes qui ne respectent pas ces mesures, avec des amendes allant d’un million à 20 millions de riels (250 à 5 000 dollars) et des peines de prison allant de six mois à 20 ans.

La nouvelle normalité

Outre la loi Covid-19, le gouvernement publie, le 21 mars, un nouveau sous-décret sur les mesures sanitaires et, le 31 mars, un autre sous-décret sur les mesures administratives comprenant des normes juridiques pour contenir la pandémie.

Le sous-décret sur les mesures sanitaires impose des contrôles de température, le port de masques, l’éloignement social, le prélèvement d’échantillons pour des tests, des contrôles médicaux, des quarantaines, des traitements, des vaccinations, la prise en charge des corps des patients décédés du Covid-19 et des amendes pour les contrevenants aux mesures requises.

Les frontières sont fermées ou restreintes à l’entrée et à la sortie, et de longues quarantaines sont imposées à toute personne arrivant de l’étranger.

Le sous-décret sur les mesures administratives stipule les restrictions ou les interdictions de voyager, de participer à des rassemblements de masse, de travailler ou d’exercer des activités professionnelles considérées comme présentant un risque élevé de propagation du virus, d’entrer dans des zones où des foyers de Covid-19 sont connus ou d’en sortir, ainsi que les couvre-feux et les fermetures.

Les sous-décrets établissent des centres de quarantaine et de traitement, des sites de vaccination, des crématoriums et des sites d’inhumation dans la capitale et dans les provinces.

D’abord dans la capitale, puis dans les autres zones urbaines du Royaume, le système de découpage en zones rouge, orange et jaune a été mis en place, indiquant si une commune présentait un risque élevé, modéré ou faible de transmission du Covid-19. Les zones désignées comme zones rouges ont été placées en confinement, seules les activités les plus essentielles étant autorisées à l’extérieur des habitations, et les déplacements à destination et en provenance de ces zones ont été temporairement restreints jusqu’à ce que les épidémies y soient contenues.

Le gouvernement impose également des restrictions aux déplacements dans la capitale et dans chaque province, avec des couvre-feux et la fermeture des marchés et des écoles. Les célébrations habituelles du Nouvel An khmer et du festival de Pchum Ben, ainsi que d’autres grandes fêtes, notamment les mariages, ont toutes dû être interdites pour préserver la santé et la sécurité publiques.

Heureusement, les politiques mises en place par le ministère de la Santé et le gouvernement se sont avérées suffisantes et le Cambodge a pu limiter ses pertes humaines dues à la pandémie. Avec 120 507 cas officiellement enregistrés, le Cambodge n’a connu que 3 012 décès dus au Covid-19 au niveau national jusqu’à la fin de l’année 2021, alors que l’on estime à près de 5,5 millions le nombre de décès dus au Covid-19 dans le monde.

Des vaccins, des vaccins et encore des vaccins

Image du contenu — Phnom Penh Post

Le Cambodge reçoit ses premières 600 000 doses de vaccins Sinopharm Covid-19 le 7 février de la part du gouvernement chinois, puis le 3 mars, la Facilité Covax — une initiative mondiale visant à garantir un accès équitable aux vaccins Covid-19 — envoie 320 000 doses d’AstraZeneca. Le rythme des envois ne fait qu’augmenter à partir de là, le Cambodge recevant plus de 41 millions de doses par le biais de dons, d’achats et d’accords bilatéraux en 2021.

La première cargaison de vaccins de la société chinoise Sinopharm arrive à l’aéroport international de Phnom Penh le 7 février 2021. Photo Heng Chivoan
La première cargaison de vaccins de la société chinoise Sinopharm arrive à l’aéroport international de Phnom Penh le 7 février 2021. Photo Heng Chivoan

La majorité des vaccins ont été achetés par Sinopharm et Sinovac en Chine ou donnés par le gouvernement chinois, mais d’autres pays ont également apporté leur aide par le biais d’accords bilatéraux.

Le Japon a donné plus d’un million de doses de vaccins AstraZeneca, les États-Unis plus d’un million de vaccins Johnson & Johnson, le Royaume-Uni plus de 400 000 doses d’AstraZeneca et l’Australie plus de 2,3 millions de doses de Pfizer, tout récemment en décembre.

Campagne de vaccination

Le Cambodge commence ses vaccinations le 10 février 2021, dans quatre hôpitaux de Phnom Penh, avant de lancer sa campagne nationale de vaccination par le Covid-19 début avril, en commençant par la capitale et quelques autres centres de population, puis en s’étendant à partir de là grâce à la stratégie dite de déploiement du gouvernement.

Bien que le Premier ministre Hun Sen n’ait pas été initialement vacciné en raison de son âge et qu’il ait attendu jusqu’au 4 mars pour recevoir le vaccin AstraZeneca approuvé pour les personnes âgées, son fils Hun Manet est devenu la première personne vaccinée dans le pays avec le vaccin Sinopharm le 10 février à l’hôpital Calmette dans la capitale.

La campagne de vaccination est organisée par le comité national de vaccination Covid-19, dirigé par Or Vandine, porte-parole du ministère de la Santé, en coordination avec les équipes médicales du ministère de la Défense nationale.

Un moine reçoit le vaccin Sinovac à l'école primaire Wat Mohamantrey dans la commune olympique du district de Boeung Keng Kang à Phnom Penh en mai. Heng Chivoan
Un moine reçoit le vaccin Sinovac à l'école primaire Wat Mohamantrey dans la commune olympique du district de Boeung Keng Kang à Phnom Penh en mai. Photo Heng Chivoan

En décembre 2021, le Cambodge a largement atteint tous ses objectifs en matière de vaccination, ce qui lui a permis de vacciner au moins une dose à 89,14 % de sa population totale d’environ 16 millions d’habitants, et plusieurs millions de personnes ont reçu leur troisième dose, ou rappel.

Bien que les classements mondiaux en matière de vaccination varient quelque peu en fonction des critères utilisés, le Cambodge se place facilement dans les dix premiers pays du monde pour la couverture vaccinale Covid-19, tous classements confondus, et il se place dans les cinq premiers pays au niveau mondial si l’on se fie aux statistiques nationales.

Il s’agit d’une réussite impressionnante pour un pays en développement, dans un contexte de pandémie mondiale et de ralentissement économique, alors que le nombre de personnes dans les pays à faible revenu qui ont reçu ne serait-ce qu’une dose de vaccin est toujours inférieur à 10 % en ce début d’année 2022 (OMS).

Réouverture totale du royaume

Le Premier ministre Hun Sen déclare la réouverture du pays le 1er novembre, après que le nombre d’infections et de décès dus au virus Covid-19 ait diminué grâce aux mesures sanitaires et administratives suivies du déploiement des vaccinations dans tout le pays.

Le 1er décembre, toutes les entreprises cambodgiennes sont à nouveau opérationnelles, sans autre restriction que les mesures sanitaires habituelles dans le contexte du Covid-19.

La fin officielle de l’événement du 20 février a eu lieu le 20 décembre — 10 mois après son début — avec l’annonce de S.E. Hun Sen dans une allocution audio spéciale à la nation après que le ministère de la Santé eut confirmé n’avoir constaté aucun nouveau décès et aucune nouvelle infection pour la première fois depuis le début de la troisième vague.

Toutefois, le Premier ministre précise que ce n’est que la fin de l’événement du 20 février et que la lutte contre le Covid-19 se poursuit.

« Je peux annoncer la fin de l’événement du 20 février. Mais je ne parle pas de la fin de la lutte contre le Covid-19. La lutte contre le Covid-19 est toujours en cours et ne peut être ignorée », dira-t-il.

La loi sur la citoyenneté cambodgienne

À la suite d’un article de presse « erroné » publié à l’étranger, selon lequel Hun Sen posséderait un passeport chypriote — qui a été immédiatement rétracté et accompagné d’excuses de l’éditeur lorsque sa véracité a été contestée — le Premier ministre a décidé d’aborder la controverse directement par le biais de la loi cambodgienne afin d’effacer tous les doutes possibles sur la question une fois pour toutes.

Le 3 novembre, le roi Sihamoni promulgue des amendements à plusieurs articles de la Constitution qui prévoient l’octroi de la seule citoyenneté cambodgienne aux titulaires des quatre principaux postes de direction — le Premier ministre et les présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil constitutionnel.

Le Cambodge préside l’ASEP 11 et l’ASEM13

Le Cambodge accueille la 11e réunion du partenariat parlementaire Asie-Europe (ASEP11) le 16 novembre et la 13e réunion Asie-Europe (ASEM13) les 25 et 26 novembre.

Le Royaume a les honneurs de l’accueil en prévision de sa présidence de l’ASEAN pour 2022, comme c’est le cas pour ces deux sommets et les nombreux autres forums diplomatiques de moindre envergure qui y sont rattachés.

Le secrétaire d'État du ministère des Affaires étrangères et chef du Secrétariat national de l'ASEM13, Luy David. Facebook
Le secrétaire d'État du ministère des Affaires étrangères et chef du Secrétariat national de l'ASEM13, Luy David. Facebook

L’ASEP11 s’est tenu virtuellement et a été coprésidé par le président de l’Assemblée nationale, Heng Samrin, et le président du Sénat, Say Chhum. Ont également participé à la réunion des députés ou des législateurs de 31 pays d’Europe et d’Asie et des représentants de deux organisations partenaires — le Parlement européen et le secrétariat de l’ANASE.

Puis, les 25 et 26 novembre, le Cambodge accueille la réunion plus large de l’ASEM13 en ligne sous le thème « Renforcer le multilatéralisme pour une croissance partagée ».

La réunion est placée sous la présidence de S.E. Hun Sen, avec la participation des chefs d’État et des diplomates de 51 pays des continents asiatique et européen, ainsi que des présidents de l’UE et du Conseil européen et du secrétaire général de l’ANASE.

À la fin de la réunion, les dirigeants de l’ASEM adoptent trois documents importants, à savoir la déclaration du président de l’ASEM13, la déclaration de Phnom Penh sur le redressement socio-économique de l’après-Covid-19 et la voie à suivre pour la connectivité de l’ASEM.

Hun Sen a décrit l’ASEM13 comme un signe de la volonté de l’Asie et de l’Europe de travailler ensemble et a appelé les dirigeants des deux continents à coopérer plus étroitement dans le cadre de leurs engagements communs à protéger la paix, la sécurité, le développement durable et la croissance inclusive fondée sur le respect du droit international.

Le Prince Norodom Ranariddh décède à 77 ans

Le prince Norodom Ranariddh, président du Conseil consultatif suprême du roi et chef du parti FUNCINPEC, décède des suites d’une longue maladie le 28 novembre à l’âge de 77 ans en France, où il suivait un traitement médical.

Après l’arrivée de son corps sur un vol charter le 5 décembre, le prince Ranariddh est incinéré trois jours plus tard devant la pagode Botumvatey à Phnom Penh, après une importante procession funéraire.

Prince Norodom Ranariddh, le deuxième fils de feu le Roi Père Norodom Sihanouk et ancien Premier Ministre du Cambodge. Heng Chivoan
Prince Norodom Ranariddh, le deuxième fils de feu le Roi Père Norodom Sihanouk et ancien Premier Ministre du Cambodge. Photo Heng Chivoan

Né le 2 janvier 1944, le prince Ranariddh était le deuxième fils du roi père Norodom Sihanouk et le demi-frère du roi Sihamoni. Au début de sa carrière politique, le prince Ranariddh a été le premier Premier ministre après les élections de 1993 organisées par l’Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC), puis le président de l’Assemblée nationale après les élections de 1998. Avant d’entrer en politique, le prince a vécu en France où il a mené une carrière de professeur de droit et de chercheur universitaire.

Le roi Sihamoni, la reine mère Norodom Monineath Sihanouk, le Premier ministre Hun Sen ainsi que de nombreux autres diplomates, dignitaires et amis assistent à ses funérailles. Les drapeaux sont mis en berne et les chaînes de télévision locales diffusent des programmes adaptés à l’humeur sombre de la nation en hommage au prince disparu.

Stade national Morodok Techo

Le nouveau complexe sportif et stade national Morodok Techo est inauguré par le Premier ministre Hun Sen — qui le décrit comme une « réalisation nationale » — le 18 décembre.

Le stade national Morodok Techo est inauguré le 18 décembre 2021. Photo Hong Menea
Le stade national Morodok Techo est inauguré le 18 décembre 2021. Photo Hong Menea

Le 12 septembre, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi avait assisté à une cérémonie préalable marquant l’achèvement de sa construction. Il aura fallu huit ans pour achever le complexe, dont la construction a débuté en avril 2013 pour un coût de près de 160 millions de dollars, financé avec l’aide de la Chine.

Le nouveau stade se situe dans les communes de Prek Ta Sek et Prek Leap, dans le district de Chroy Changvar à Phnom Penh, et devrait accueillir les Jeux d’Asie du Sud-Est de 2023 et d’autres événements. Il est construit pour répondre aux normes internationales de compétition et peut accueillir 60 000 personnes.

En présence de l’ambassadeur de Chine au Cambodge, Wang Wentian, lors de l’inauguration le 18 décembre, S.E. Hun Sen remercie le gouvernement et le peuple chinois pour le soutien et l’assistance généreux qu’ils apportent au Cambodge, le stade n’étant que l’un des derniers des nombreux avantages résultant des liens d’amitié « indéfectibles » entre les deux nations.

Le PPC approuve la candidature d’Hun Manet au poste de Premier ministre

Le fils du Premier ministre Hun Sen, le lieutenant-général Hun Manet, est officiellement élu par le Parti du peuple cambodgien (PPC), le parti au pouvoir, comme candidat à la fonction suprême du pays, après la retraite de son père.

Cette décision est prise lors de la 43e réunion du Comité central du PPC, qui se tient au siège du parti, dans le district de Chamkarmon, à Phnom Penh, dans la matinée du 24 décembre.

le lieutenant-général Hun Manet
Le lieutenant-général Hun Manet