Cambodge & Énergie : L’avenir des projets d’énergie éolienne dans le pays demeure dans l’incertitude

L’avenir du projet pilote de 80 MW de la société d’énergie éolienne The Blue Circles, situé dans la province de Kampot, reste incertain en raison de l’impasse dans laquelle se trouve l’accord d’achat d’électricité (AAE) avec l’Électricité du Cambodge (EDC).

L’avenir des projets d’énergie éolienne dans le pays demeure dans l’incertitude

Un accord devait être signé entre l’entreprise française et la compagnie d’électricité publique au cours du second semestre de l’année dernière, mais les différends sur les prix et l’incertitude quant à la consommation d’électricité attribuée à l’impact du COVID 19 sur l’industrie semblent avoir mis le projet en suspens.

The Blue Circle prévoyait de construire au moins 10 éoliennes d’une capacité totale de 80 MW au sommet du mont Bokor, dans la commune de Koh Touch du district de Teuk Chhou.

Le coût de l’investissement dans l’énergie éolienne était estimé entre 1,5 et 2 millions de dollars par mégawatt, ce qui signifie que le projet pilote devait rapporter un investissement d’environ 140 millions de dollars.

The Blue Circle a proposé un prix d’AAE de 0,688 $ par kWh, une offre qui a été rejetée jusqu’à présent par EDC.

Amaury Brucker, porte-parole de The Blue Circle, a déclaré à Cambodia Investment Review que la société reste en discussion pour les termes de l’accord d’achat d’électricité (AAE) qu’elle propose.

« La situation actuelle de crise sanitaire rend la visibilité sur la demande d’énergie assez faible, ce qui a allongé le processus de négociation avec EDC. Nous maintenons que notre proposition de 0,688 $ par kWh est déjà le prix le plus bas pour l’énergie éolienne en Asie du Sud-Est », a déclaré Brucker.

« Il est également conforme au dernier prix du PPA solaire signé par EdC, à 0,76 $ par kWh, et inférieur au prix du PPA le moins cher signé pour une centrale au charbon au Cambodge, à 0,743 $ par kWh », a-t-il ajouté.

Bridget McIntosh, directrice nationale d’EnergyLab, a déclaré à Cambodia Investment Review que le prix actuel offert était très compétitif, ajoutant que le projet est excellent pour EDC, car il se trouve beaucoup plus proche des lignes de transmission, en comparaison avec les lignes de transmission des nouvelles importations d’électricité au charbon du Laos.

« Il est certainement inférieur au dernier accord d’EDC de 0,079 $ par kWh pour l’énergie hydroélectrique de Tatay supérieur, et nettement inférieur aux projets éoliens actuels au Vietnam à 0,085 $ par kWh », a déclaré Mme McIntosh.

« Mais ce n’est pas qu’une question de prix — les avantages de l’énergie éolienne en termes d’économie, de sécurité énergétique et de complémentarité avec le réseau électrique sont autant d’atouts pour le Cambodge », a-t-elle ajouté.

Les initiés du secteur ont émis des doutes supplémentaires sur le projet, affirmant qu’il est très difficile à vendre pour le moment, car EDC préfère actuellement l’énergie solaire à l’énergie éolienne en raison de l’offre excédentaire d’électricité la nuit et pendant la saison des pluies.

Les contrats d’électricité au charbon comportent des clauses d’achat ferme à 80 %, ce qui signifie qu’EDC doit payer même si elle n’utilise pas l’électricité. Les projets éoliens produisent environ 50 % d’électricité le jour et la nuit, 50 % pendant la saison humide et 50 % pendant la saison sèche, ce qui permet d’intégrer davantage d’énergie solaire.

Keo Rattanak, directeur général d’EDC, est d’accord pour dire que techniquement et financièrement, le ministère penche pour plus de solaire. Il ajoute toutefois qu’il ne s’agit pas d’une simple décision d’EDC, les ministères des Finances et de l’Énergie demeurent les principaux décideurs en la matière.

« Ce sera la décision collective du MEF, du MME, de l’EAC et de l’EDC », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Énergie, Suy Sem, a précédemment déclaré que la priorité numéro un du ministère demeurait le développement des sources d’électricité afin d’améliorer la capacité de production, la transmission, la distribution et la connexion.

Il a ajouté que le ministère s’est efforcé de faire en sorte que l’approvisionnement en électricité du Royaume reste stable et réponde à la demande croissante.

Le Cambodge a inclus dans son plan directeur pour l’électricité de 2030 1 800 MW d’énergie solaire, et seulement 80 MW d’énergie éolienne d’ici 2024.

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

65 vues0 commentaire