Cambodge & Économie : Une « légère » hausse des tarifs logistiques due au conflit en Ukraine

Les entreprises de logistique et de transport cambodgiennes envisagent une « légère » augmentation en raison de la hausse du coût du carburant déclenchée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Les prix de vente au détail par litre de l’essence ordinaire EA92 et du diesel ont été respectivement fixés à 4 800 riels (1,18 $) et 4 500 riels pour la période du 1er au 15 mars.
Les prix de vente au détail par litre de l’essence ordinaire EA92 et du diesel ont été respectivement fixés à 4 800 riels (1,18 $) et 4 500 riels pour la période du 1er au 15 mars.

Le président de l’Association cambodgienne de logistique (CLA), Sin Chanthy, a déclaré au Post que le secteur logistique cambodgien, qui a été sévèrement touché par la crise du Covid-19, est maintenant confronté au problème de la montée en flèche des prix du carburant, ce qui signifie que les répercussions sur l’industrie seront inévitables. En outre, le secteur logistique du Royaume est confronté depuis la fin de l’année 2020 à des coûts d’expédition exorbitants vers des lieux transcontinentaux tels que l’UE et les États-Unis.

Le secteur est également confronté à une pénurie de conteneurs de 20 pieds destinés au transport de marchandises, en raison des retards constants dans l’envoi de conteneurs vides dans le monde entier, en particulier dans les pays où les ports sont encombrés, notamment au Cambodge et en Asie. Aujourd’hui, la hausse des prix du carburant causée par les tensions entre la Russie et l’Ukraine a conduit les opérateurs de logistique et de transport au Cambodge à envisager une « légère » augmentation des prix pour compenser cette hausse, a déclaré Chanthy.

« Nous avons toujours favorisé les consommateurs et les hommes d’affaires, mais le prix de l’essence n’a pas du tout baissé.

« Nous ne savons pas quand, dans un avenir proche, nous pourrions augmenter un peu plus les frais d’expédition pour faire face à nos dépenses et compenser les coûts, mais cela devra se faire, car sinon, les transporteurs seront perdants en raison de l’augmentation du prix de l’essence », dit-il.

Men Sopheak, PDG du producteur et exportateur de caoutchouc Sopheak Nika Investment Agro-Industrial Plants Co ltd, note qu’il n’y a pas encore eu d’augmentation du coût des exportations malgré la flambée des prix mondiaux du pétrole.

« Nous utilisons nos propres camions pour transporter nos produits jusqu’à la frontière, et avec l’augmentation du prix du carburant, cela nous a coûté cher. Mais, dans l’ensemble, les coûts logistiques restent stables », dit-il.

Ky Sereyvath, chercheur en économie à l’Académie royale du Cambodge, estime que le secteur des transports du Royaume ne devrait pas augmenter ses prix, étant donné que le coût du transport au Cambodge est déjà plus élevé que celui des pays voisins et des autres États de l’ASEAN. Il ajoute que les entreprises de transport et les compagnies pétrolières cambodgiennes devraient réduire leurs marges bénéficiaires afin d’éviter que les tarifs des carburants n’augmentent trop rapidement, en répercutant ces rabais sur les citoyens ordinaires qui « souffrent » de la hausse des prix.

« Dans cette crise, personne ne profite. Pourtant, les groupes pétroliers profitent encore beaucoup de l’importation de pétrole. Ces entreprises bénéficient de faibles taxes et ont des taux d’évasion fiscale élevés qui les conduisent à être encore plus rentables », déclare-t-il, ajoutant que cela est également vrai pour les entreprises de transport.

Les prix du carburant dans toutes les stations de détail ont été fixés à 4 800 riels (1,18 $) par litre pour l’essence ordinaire EA92 et à 4 500 riels par litre pour le diesel, indique un communiqué publié par le ministère du Commerce.

Nov Sivutha avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône