top of page

Cambodge & Économie : Les affaires fleurissent pour l’apicultrice de Kampong Cham

Outre sa popularité due à son goût sucré, le miel est également utilisé localement comme médicament traditionnel pour soigner diverses maladies. Une exploitation apicole de la province de Kampong Cham applique des techniques modernes au processus de pollinisation.

Sotheara entretient 200 ruches avec 20 000 à 30 000 abeilles, produisant jusqu’à trois tonnes de miel par saison. Photo fournie
Sotheara entretient 200 ruches avec 20 000 à 30 000 abeilles, produisant jusqu’à trois tonnes de miel par saison. Photo fournie

Tith Sotheara, l’apicultrice en question, affirme que le Royaume dispose désormais de suffisamment de technicité pour élever des abeilles, et que la qualité de leur miel est l’égale de n’importe quel produit importé.

« Grâce à mon activité apicole, j’aide la société cambodgienne de plusieurs façons. Tout d’abord, je soutiens les agriculteurs pauvres en leur fournissant des emplois et en louant des emplacements sur leurs propriétés. Comme de plus en plus de Cambodgiens apprécient mon miel, nous contribuons à renforcer la réputation des produits du Royaume. Enfin, j’ai aidé l’hôpital pour enfants Kantha Bopha, tant par des contributions financières que par des dons de miel »,explique-t-elle..

La décision de créer son exploitation de production de miel dans le village de Koh Touch, province de Kampong Cham, a été prise parce qu’elle avait observé une abondance de plantes qui fournissent du pollen aux abeilles.

« La production globale du Royaume reste faible, car elle est surtout récoltée à l’état sauvage et de manière traditionnelle. Je peux élever des abeilles mellifères en utilisant uniquement des ressources naturelles. Cela signifie que je peux fournir du miel à la population locale à un prix raisonnable », précise-t-elle.

Sotheara entretient actuellement environ 200 ruches sur sa propriété, ce qui lui permet de récolter environ trois tonnes de miel par saison. Une saison peut durer de deux à quatre mois. Chacune de ses 200 ruches contient 20 000 à 30 000 abeilles, qui sont toutes des espèces cambodgiennes.

Les ruches de Sotheara sont déplacées d’un endroit à l’autre pour permettre à ses abeilles d’accéder aux fleurs lorsqu’elles sont en saison et en fleurs. Photo fournie
Les ruches de Sotheara sont déplacées d’un endroit à l’autre pour permettre à ses abeilles d’accéder aux fleurs lorsqu’elles sont en saison et en fleurs. Photo fournie

Ses abeilles récoltent le miel de trois types de fleurs — la fleur de kapok, la fleur de longan et la fleur d’hévéa pará, qui produisent chacune un miel au goût légèrement différent. Elle explique que la nature de son élevage varie selon les saisons, en fonction de la fleur que ses abeilles pollinisent. Ses ruches sont déplacées d’un endroit à l’autre, pour que ses abeilles aient le meilleur accès aux fleurs choisies.

Les kapoks étant actuellement en fleur, elle a déplacé ses ruches dans une ferme sur la petite île de Koh Thmey, dans le village de Koh Touch. Les kapoks fleurissent pendant environ deux mois, et elle espère pouvoir en récolter deux fois.

« J’ai étudié la fleur de kapok et j’ai découvert qu’elle avait un parfum agréable. Elle fleurit pendant la saison sèche, ce qui nous convient, et nous pouvons donc obtenir de bons rendements à cette époque de l’année. Le miel de ce type de fleur est très parfumé, et il est efficace contre la toux et les rhumes, peut-être parce qu’il a un goût légèrement moins sucré. C’est aussi un miel très épais », dit-elle ajoutant :

« Avant de récolter le miel, j’examine les ruches individuellement et je vérifie si elles sont assez vieilles pour être récoltées. Je fais appel à des experts agricoles pour me conseiller en cas de doute. En général, il peut être récolté après un mois. »

Grâce à un calendrier de récolte clair, la qualité de son miel d’élevage est supérieure à celle du miel sauvage. Comme elle peut le récolter au bon moment, ses qualités médicinales sont améliorées.

« L’un des avantages de la consommation régulière de miel est qu’il protège notre système immunitaire, de sorte que nous ne tombons pas facilement malades », explique-t-elle.

Elle élève des abeilles depuis trois ans. Pendant les deux premières années d’activité, l’entreprise était gérée de façon artisanale, mais grâce à des ventes très fructueuses, elle a demandé une licence pour la gérer comme une entreprise standard. Elle se dit très heureuse de coopérer avec d’autres apiculteurs et espère que le succès de sa marque entraînera une augmentation de la demande de miel produit au Cambodge.

« Si la demande dépasse ce que je peux fournir, je proposerai des formations à un plus grand nombre d’agriculteurs locaux, ce qui leur procurera une autre source de revenus », dit-elle.

Actuellement, environ 80 % de son miel aboutit dans les cafés et restaurants locaux. Selon Sotheara, son miel n’est actuellement vendu qu’à l’intérieur du Royaume.

« Un grossiste vietnamien a été en pourparlers avec nous, mais les prix proposés restent trop bas pour être acceptés.  À l’avenir, j’aimerais exporter mon miel vers des pays comme les États-Unis ou la Chine, où la demande est élevée, souvent pour approvisionner les producteurs de boissons et de médicaments », conclut-elle.

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page