top of page
Ancre 1

Cambodge & Économie : La baisse des taux directeurs stimule les perspectives économiques

Le resserrement du crédit dans le secteur bancaire l’année dernière a incité de nombreuses institutions financières (IF) à réduire leurs taux d’intérêt en 2024 afin de stimuler les activités macroéconomiques dans un contexte de demande de prêts toujours soutenue.

La répartition des prêts entre les différents secteurs a connu une croissance variable : le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a connu une augmentation marginale de 0,6 %, les prêts du secteur du commerce de gros ont augmenté de 4,8 %, ceux pour l’achat d’un logement ont augmenté de 6,4 %, les prêts immobiliers ont fait un bond de 16,9 % et ceux à la construction ont augmenté de 13,9 %.

La banque centrale relève également que le taux de prêts non performants dans les secteurs de la banque et de la microfinance est respectivement de 5,4 % et de 6,7 %. L’encours des dépôts a augmenté de 13,1 % pour atteindre 47,9 milliards de dollars l’année dernière, et les actifs du système bancaire ont atteint 84,3 milliards, ce qui représente une croissance de 8,6 % d’une année sur l’autre.

Certaines institutions financières réduisent leurs taux d’intérêt

Toch Chaochek, PDG de la Cambodia Post Bank Plc (CPBank), fait état d’une croissance significative des performances de sa banque, l’encours des prêts ayant augmenté de plus de 8 % et les dépôts de 15 % l’année dernière.

Il souligne que de nombreuses institutions financières ont réduit leurs taux d’intérêt d’environ 0,5 point, une stratégie visant à améliorer le décaissement des prêts sur le marché, d’autant plus que de nombreuses institutions n’ont pas accordé beaucoup de prêts l’année dernière.

« Je constate que certaines IF ont commencé à réduire leurs taux d’intérêt parce qu’elles n’ont pas obtenu de bons résultats l’année dernière en raison du ralentissement économique mondial et de l’inflation. Dans le même temps, l’augmentation des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine (Fed) l’année dernière a également influencé certaines IF à augmenter leurs taux d’intérêt, ce qui a contribué à leur très faible croissance », explique-t-il.

M.Chaochek précise que les projections de croissance économique du Royaume établies par les institutions financières internationales, telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), ainsi que par le gouvernement cambodgien, indiquent une augmentation de plus de 6 % cette année.

Il évoque également les projets de la Fed de réduire les taux d’intérêt pour stimuler l’économie, suggérant qu’il s’agit là d’un facteur clé dans la décision de réduire les taux au niveau national.

« Nous verrons plus de décaissements de prêts cette année par rapport à l’année dernière, car de nombreuses institutions financières continuent de réduire les taux d’intérêt et d’approuver plus de prêts pour améliorer leurs performances », ajoute-t-il.

Il souligne également que le commerce de détail représente environ 38 % des prêts, le logement 24 %, le transport 11 %, l’usage personnel 8 %, la construction et l’immobilier 5 % et l’agriculture 5 % également.

Le Directeur général de First Finance Plc, Say Sony, déclare que son institution s’est bien comportée l’année dernière, en maintenant un taux de prêts non performants gérable.

Il souligne que le ralentissement de la croissance du secteur des prêts de l’industrie financière l’année dernière n’est pas seulement dû à l’augmentation des taux d’intérêt par certains IF, mais aussi au ralentissement macroéconomique qui a eu un impact sur les activités commerciales.

« Nous sommes la première IF spécialisée dans le financement de logements abordables au Cambodge. Nous travaillons avec des propriétaires individuels et des petites familles, sans être fortement impliqués dans les grands projets de développement », explique-t-il.

« Cela signifie que les clients individuels et les familles peuvent toujours accéder aux prêts de First Finance pour améliorer leur logement ou en construire un nouveau. Nous nous efforçons de réduire nos taux d’intérêt autant que possible », ajoute-t-il.

Le FMI prévoit une croissance économique de 6,1 % en 2024, avec une inflation de 3 %, tandis que la BNC prévoit une croissance légèrement plus élevée de 6,4 %, avec un taux d’inflation plus faible de 2,5 %, tous deux soutenus par la reprise des secteurs du tourisme et de l’industrie manufacturière.

Point de vue d’expert

Anthony Galliano, PDG du groupe Cambodian Investment Management Holding, a déclaré au Post que les consommateurs réduisaient sans aucun doute leurs dépenses en raison de la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt qui en découlent.

« Ceci est évident dans la diminution des dépenses pour les achats importants et à long terme tels que les propriétés, les voitures et les principaux biens durables. Les investissements des entreprises sont également en baisse en raison du resserrement et du renchérissement du crédit », dit-il.

Il souligne qu’en 2023, le marché de l’immobilier a connu un déclin sans précédent, les prix chutant de 20 à 30 %, voire plus. Selon lui, le ralentissement s’est accompagné d’une réduction significative des importations de voitures neuves et d’une contraction des ventes au détail.

« La baisse des taux d’intérêt diminuera les coûts d’emprunt, ce qui soulagera les emprunteurs en difficulté et contribuera à réduire les prêts non productifs. La politique de crédit des institutions financières devrait s’assouplir, ce qui stimulera l’investissement et les dépenses », explique M. Galliano.

« Le problème actuel des prêts non productifs est sous contrôle et la BNC et le secteur bancaire le gèrent bien pendant le pic du cycle de hausse des taux d’intérêt aux États-Unis. Cette gestion prudente portera ses fruits puisque des réductions de taux d’intérêt sont prévues pour le milieu de l’année, sauf en cas de crise géopolitique ».

« Il s’agit d’une année électorale aux États-Unis, et bien qu’au cours des 17 dernières années électorales, les taux aient baissé dans moins de 30 % des cas (5 sur 17), on s’attend à ce qu’ils baissent cette fois-ci », conclut-il.

Avec notre partenaire The Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page