top of page
Ancre 1

Cambodge & Économie : L’inflation devrait connaître une forte baisse en 2024

Le Cambodge a connu une baisse significative de l’inflation en 2023, avec un taux légèrement supérieur à 2 %, contre près de 5,5 % en 2022. Cette baisse est largement attribuée à la forte diminution des prix des principaux produits liés au pétrole et au gaz.

Tuktuks et motos à Phnom Penh. Photo CG
Tuktuks et motos à Phnom Penh. Photo CG

Malgré l’incertitude économique mondiale de 2023, due à la guerre entre la Russie et l’Ukraine et à la concurrence entre les superpuissances, les prix des produits liés aux combustibles et les prix du pétrole brut ont largement baissé, entraînant une forte diminution des prix des denrées alimentaires.

Selon le rapport annuel de la Banque Nationale du Cambodge (BNC) pour 2023, l’inflation dans le Royaume atteignait 2,1 %, contre 5,4 % l’année précédente. La banque centrale rapporte que les produits et services liés au carburant ont baissé de 2,7 %, après une hausse de 11,1 % en 2022, alors que les prix du pétrole brut mondial ont diminué de 28,1 %, passant d’une moyenne de 100,8 dollars le baril en 2022 à 77,7 dollars le baril en 2023.

Au Cambodge, les prix de l’essence ont baissé de 5,6 % en 2023 après avoir augmenté de 24,4 % en 2022 ; les prix du gaz naturel ont baissé de 4,7 % en 2023 par rapport à la hausse de 5,4 % enregistrée en 2022.

« L’inflation alimentaire a diminué à 3,2 %, contre 5 % en 2022, en raison de la réduction des pressions sur les coûts tels que les engrais, le carburant et le transport, l’offre de produits agricoles nationaux ayant continué à augmenter », souligne la BNC, précisant :

« La baisse de l’inflation comprend des réductions du prix du riz de 2,4 % à 1,5 %, de la viande de 4,3 % à 2,5 %, du poisson de 5 % à 4,2 %, des légumes de 7,9 % à 5,1 % et des fruits de 7,7 % à 4,2 % »

L’inflation de base a ralenti à 2 %, contre 4,4 % en 2022, sous l’influence de la baisse des prix des biens et services liés aux carburants et de la réduction des coûts alimentaires.

L’inflation des produits et services clés, tels que les restaurants, a diminué de 6,6 % à 2,1 % en 2023 ; le coût des vêtements et des chaussures de 7,4 % à 3,1 % ; les frais de divertissement et d’activités culturelles de 5,6 % à 3,1 % ; et les frais de transport, à l’exclusion des biens et services liés au carburant, de 2,1 % à 1,1 %.

La gouverneure de la BNC, S.E. Chea Serey, précise que le pays s’efforce de maintenir la stabilité du riel par rapport au dollar américain avec une marge de 2 %, ce qui contraste fortement avec les importantes fluctuations monétaires observées dans d’autres pays.

« La stabilité du taux de change joue un rôle important dans le renforcement de la confiance des investisseurs, l’atténuation des pressions inflationnistes et le maintien de la stabilité macroéconomique », affirme-t-elle.

La gouverneure souligne également que la stabilisation du taux de change du riel par rapport au dollar américain dépend principalement d’une politique monétaire prudente, d’une gestion appropriée de la circulation du riel et d’interventions visant à vendre le dollar américain sur le marché des changes, le cas échéant.

Elle relève que cet objectif peut être atteint en maintenant un niveau suffisamment élevé de réserves internationales, qui atteignent environ 20 milliards de dollars en 2023, en hausse de 12,3 % par rapport à 2022, et qui couvrent plus de sept mois d’importations de biens et de services.

Perspectives

Les perspectives de croissance ne sont pas sans risques, principalement en raison d’une croissance potentiellement plus faible aux États-Unis, qui représentent plus de 40 % des exportations du Cambodge.

Le rapport de la BNC indique également que la situation budgétaire du pays s’est améliorée depuis 2022, grâce à des recettes plus importantes que prévu. Le déficit des comptes courants s’est réduit, en grande partie grâce à la diminution des importations d’or.

« Le resserrement monétaire américain et les niveaux élevés de la dette privée au Cambodge pourraient avoir un impact sur la croissance. Les tensions géopolitiques et les incertitudes en matière de politique commerciale ajoutent un autre risque, tout comme les fluctuations des prix des matières premières et les événements climatiques », indique le rapport.

À l’horizon 2024, le FMI et la BNC prévoient respectivement une croissance économique du Royaume de 6,1 % et 6,4 % et de 3 % et 2,5 % pour l’inflation.

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

Merci pour votre envoi !

bottom of page