Cambodge & Économie : AmCham, « Le moment est venu d’investir dans le secteur agricole du Royaume »

Selon un panel d’experts commerciaux des secteurs privé et public qui ont débattu du potentiel d’augmentation des bénéfices agricoles dans le Royaume, le moment est venu d’investir dans l’agriculture cambodgienne.

Daniel Rothenburg, James Davenport, James Hershey et Anthony Galliano discutent de l’implication des États-Unis dans l’industrie agricole cambodgienne
Daniel Rothenburg, James Davenport, James Hershey et Anthony Galliano discutent de l’implication des États-Unis dans l’industrie agricole cambodgienne

L’événement intitulé « Agricultural Trade and Investment in the Kingdom of Cambodia » était organisé par Cambodia Investment Review, sous l’égide de la Chambre de commerce américaine et animé par son président Anthony Galliano

Le panel s’est penché sur les différentes pistes à suivre pour accroître la productivité de l’agriculture dans le Royaume. L’augmentation des investissements, l’accroissement du capital humain et l’amélioration de l’expertise technique ont été considérés comme les principaux vecteurs de la future croissance du secteur.

Benjamin Petlock, attaché agricole principal au bureau du Foreign Agricultural Service basé à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré que les exportations américaines vers le Cambodge devraient également continuer à augmenter.

Les exportations agricoles américaines vers le Cambodge ont atteint 72,7 millions de dollars en 2020, soit une légère baisse par rapport à 2020 probablement due à la situation de Covid-19. Rappelons qu’en 2014, les exportations totalisaient moins de 30 millions de dollars.

Petlock a déclaré que l’augmentation prévue des exportations était due à plusieurs facteurs, notamment une demande accrue d’aliments pour animaux, une priorisation de la sécurité et de la qualité des aliments, et une population jeune avec des préférences alimentaires variées.

En outre, le marché de la vente au détail est en train de changer, a-t-il ajouté, avec une augmentation du courant d’affaires passant des marchés publics aux détaillants traditionnels.

James Hershey, chef de partie du projet CAST (Commercialization of Aquaculture for Sustainable Trade-Cambodia) de l’American Soybean Association, a déclaré que son équipe travaillait d’arrache-pied pour réorganiser l’industrie de la pêche dans le Royaume, qui pourrait bénéficier d’une gestion plus attentive et de programmes de formation accrus.

Le projet CAST travaille actuellement avec 600 exploitations agricoles de taille commerciale pour former les agriculteurs aux meilleures pratiques et accroître leur efficacité. L’un des principaux objectifs est d’améliorer la qualité des aliments pour poissons dans le Royaume et de créer des pratiques plus durables au sein du secteur.

« Les agriculteurs cambodgiens pourraient faire mieux », a-t-il déclaré.

« Ils ne produisent pas assez efficacement ou n’augmentent pas leur propre rentabilité pour être compétitifs. Nous pouvons les aider à le faire »

Selon lui, il existe une demande régionale pour les produits halieutiques cambodgiens, mais le processus d’exportation doit être formalisé.

James Davenport évoque le potentiel d’expansion de la culture du riz au Cambodge
James Davenport évoque le potentiel d’expansion de la culture du riz au Cambodge

Patrick Davenport, directeur et cofondateur de BRM Agro, une entreprise de plantation et d’usinage de riz située dans la province de Kampong Thom, a déclaré que les agriculteurs cambodgiens avaient de nombreuses possibilités de tirer parti de leurs exportations de riz, mais qu’il fallait investir davantage dans des équipements d’usinage modernes et dans l’expertise technique.

Selon lui, la culture du riz pourrait augmenter avec un meilleur accès à une irrigation fiable — ce qui permettrait à davantage d’agriculteurs de planter une culture de riz de saison sèche — et un meilleur accès à des semences et des engrais de haute qualité, ce qui pourrait permettre au riz de pousser sur des terres auparavant non cultivées.

Actuellement, les bénéfices sont répartis entre les pays voisins qui reçoivent le riz paddy du Cambodge et le transforment eux-mêmes, a-t-il ajouté.

« Les voisins bénéficient des produits de base. Ils achètent des produits au Cambodge et les transforment là-bas. Pendant ce temps, les agriculteurs cambodgiens sont payés 20 à 25 % de moins que les agriculteurs des pays voisins »

Selon lui, l’année dernière, seuls quelque 680 000 kilogrammes de riz blanchi ont été exportés du Cambodge, le reste étant exporté sous forme de paddy. Il rappelle que le Royaume produit environ 10 millions de tonnes de riz par an.

Dans son exploitation, il a expliqué qu’il se concentrait sur l’autonomisation des agriculteurs locaux et qu’il préparait le terrain pour fournir des produits à valeur ajoutée, notamment de la farine de riz, des biscuits et des nouilles.

Dans le cadre d’une approche innovante, Patrick Davenport a loué ses terres cultivables à des agriculteurs locaux et leur a offert des parts de l’entreprise, ce qui les a incités à augmenter leur production et, par conséquent, leurs bénéfices.

Daniel Rothenburg, PDG de Baby Bird Co, ltd, une exploitation de poivre de Kampot située à Kep, a déclaré que son activité consistait à exporter le célèbre poivre de Kampot, mais qu’il se concentrait actuellement sur la production de produits domestiques de qualité destinés à être vendus au Cambodge.

« Nous voulons créer des produits à forte valeur ajoutée pour les vendre sur le marché émergent de la classe moyenne et éventuellement les exporter », a-t-il déclaré.

Selon M. Petlock, l’un des grands défis à relever pour améliorer massivement le potentiel d’exportation agricole du Cambodge sera de s’adapter aux normes mondiales.

« La coordination avec l’Organisation mondiale du commerce concernant les normes et le respect de toutes les exigences phytosanitaires pour les destinations d’exportation potentielles devraient être des priorités absolues »

M. Galliano a cité des projets tels que CAST, Baby Bird et BRM Agro comme exemples du potentiel croissant de collaboration entre les investisseurs américains et le secteur agricole au Cambodge. Il a ajouté que les États-Unis représentaient un partenaire commercial idéal pour le Cambodge alors qu’ils continuent à étendre leur empreinte commerciale mondiale.

« Je suis encouragé par les investissements récents qui ne sont pas seulement une activité agricole avec une qualité de récolte améliorée et des techniques agricoles plus avancées, mais qui sont aussi des enjeux commerciaux », a déclaré M. Galliano.

« Avec l’investissement américain dans le secteur, j’espère que des liens commerciaux plus forts se développeront et que le Cambodge pourra stimuler davantage une relation commerciale bilatérale en pleine expansion avec les États-Unis, avec une augmentation des exportations agricoles, étant donné que les États-Unis sont le deuxième plus grand importateur de produits agricoles au monde », a-t-il conclu.

Brian Badzmierowski

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

62 vues0 commentaire