Brèves éco Cambodge & ASEAN : Croissance, eau potable, restructuration et emprunts

Rappel des principaux événements économiques concernant le royaume et l’ASEAN durant la semaine du 1er au 7 février 2021 avec : une croissance prévue à 4 % dans le royaume en 2021, les travaux de construction de la plus grande station de traitement d’eau potable du Cambodge, la restructuration des crédits et l’élargissement des partenaires de développement pour les emprunts.

Cérémonie d'inauguration de l'usine de traitement des eaux de Chamkar Mon à Khan Chroy Changva

Cambodge

  • L’économie du Cambodge devrait enregistrer une croissance de 4,0 % en 2021 après une contraction de 3,1 % l’année dernière, selon le ministère de l’Économie et des Finances. L’hôtellerie-restauration devrait progresser de 0,3 %, l’industrie textile de 4,5 %, la construction de 2,9 %, l’immobilier de 2,7 %, l’agriculture de 1,3 % et l’industrie hors textile de 12,5 % en glissement annuel. La reprise serait soutenue par des mesures nationales (réformes, augmentation de la compétitivité et renforcement de la résilience, nouvelle loi sur l’investissement et sur les partenariats public-privé…) et internationales (accord de libre-échange avec la Chine, octroi de préférences commerciales par le Royaume-Uni, reprise américaine…).

  • Les travaux de construction de la plus grande station de traitement d’eau potable du Cambodge, située dans le nord-est de la capitale, ont été lancés le 1er février 2021 par le Premier ministre cambodgien. Construit par VINCI Construction Grands Projets, ce projet de 200 M USD, cofinancé par des prêts de l’AFD et de la BEI et une subvention de l’Union européenne, est mis en œuvre par la Régie des eaux de Phnom Penh (PPWSA). Il lui permettra d’augmenter sa capacité de production de 600 000 à 1 M m3/jour en 2025.

  • Les institutions financières cambodgiennes ont restructuré 4,2 Mds USD de crédits répartis sur 285 074 débiteurs au 31 décembre 2020, selon la Banque Nationale du Cambodge (NBC). Elle avait publié en mars 2020 une circulaire sur la restructuration des prêts pendant la crise sanitaire. Selon le Credit Bureau Cambodia (CBC), les demandes de crédit à la consommation ont augmenté de 17 % au T4 de 2020, celles de crédits hypothécaires de 33 %, de crédits à la consommation de 16 % et de cartes de crédit de 2 %.

  • Compte tenu de la décision de la Banque mondiale d’augmenter ses taux d’intérêt de 0,7 % à 2,8 %, le gouvernement cambodgien privilégie désormais les prêts auprès d’autres partenaires de développement tels le Japon, la Corée du Sud, la Banque asiatique de développement (BAsD) et l’Union européenne. Le Royaume envisage également, pour la première fois, de solliciter un prêt auprès de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB).

Région

  • Le PIB de l’ASEAN-6 devrait progresser de 5,3 % en 2021. D’après le dernier rapport d’Oxford Economics, les principales économies d’Asie du Sud-Est devraient retrouver leurs niveaux de richesse précovid durant la seconde moitié de 2021. Cette reprise serait toutefois conditionnée à la réussite des campagnes vaccinales dans la région. Les prévisions de croissance pour le Vietnam et les Philippines sont de +7,7 % sur 2021, suivis de la Malaisie et de Singapour (+5,0 %), de l’Indonésie (+4,7 %) et de la Thaïlande (+4,3 %). La reprise des activités manufacturières associée à un rebond du commerce mondial, attendu à +8,1 % cette année, devrait être les moteurs de la reprise économique dans la zone.

  • La Banque asiatique de développement (BAsD) et le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie du Japon (METI) ont signé un mémorandum de coopération pour promouvoir le développement des énergies renouvelables en Asie du Sud-Est. Ce partenariat permettra de renforcer la coopération entre les deux organisations dans le cadre de la Cleaner Energy Future Initiative for ASEAN (CEFIA) qui œuvre pour le développement des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le développement de technologies bas carbone. Créé en 2019, le CEFIA facilite la collaboration des secteurs public et privé pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables et bas carbone. La BAsD et le METI vont conduire une série de consultations et développer des activités de recherches sur les politiques énergétiques de la région. Pour rappel, la BAsD a déjà investi plus de 25 Mds USD dans les énergies renouvelables dans l’ASEAN depuis 2008, dont 440 M USD en 2020, et compte, dans le cadre de sa stratégie 2030, consacrer 80 Mds USD au financement de l’action climatique dans la région.

Source : Service économique régional de Singapour

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône