Battambang : Les rêves de cinéma de Poy Chhunly

L'artiste de Battambang, Poy Chhunly, attend depuis longtemps de réaliser son rêve de réaliser ses propres films à plein temps après être revenu du Royaume diplômé d'une école de cinéma en 2014.

Poy Chhunly souhaite vivement créer une école de cinéma dans sa ville natale de Battambang. Photo fournie
Poy Chhunly souhaite vivement créer une école de cinéma dans sa ville natale de Battambang. Photo fournie

Son premier court métrage d’animation Revive a remporté le premier prix du festival du film Cambofest 2007 et a été projeté dans plusieurs festivals de films nationaux et internationaux dans des pays tels que les États-Unis, la France et le Laos.

Au fil des années, il a travaillé comme professeur de dessin et d’animation à l’école d’art Phare Ponleu Selpak (PPS) et s’est engagé dans divers autres projets créatifs de cinéma et de vidéo, mais ses aspirations à réaliser ses propres films ont dû être mises en veilleuse, d’abord en raison de difficultés financières, puis à cause de la pandémie.

Chhunly a commencé à travailler sur ses techniques d’animation en 2002, après avoir obtenu un diplôme de peinture à PPS, où il a étudié pendant quatre ans.

De 2007 à 2011, Chhunly a été le directeur du studio d’animation 1000 Hands de PPS. Il s’est ensuite rendu à l’École Pivaut de Nantes (France) de 2011 à 2014 pour perfectionner ses compétences en animation et en cinéma.

À son retour, il a travaillé comme professeur d’animation à PPS de 2014 à 2017, tout en occupant le poste de directeur de la production cinématographique du studio, jusqu’à ce que finalement, en 2018, il lance Poy Studio à son compte.

Chhunly est plus concentré que jamais ces jours-ci sur l’achèvement de son premier long métrage - et éventuellement, espère-t-il - l’ouverture d’une école de cinéma dans sa ville natale de Battambang.

« Du lundi au vendredi, je vais filmer sur place, puis je travaille au montage des séquences le soir dans mon petit studio. Le week-end, j’enseigne les techniques de composition au Wat Po Veal aux moines et aux jeunes, un travail que j’adore. »

« Travailler sept jours sur sept, 18 heures par jour, c’est un peu fatigant, mais c’est amusant parce que j’utilise mon temps à bon escient, j’aide la jeune génération et je construis un pays plus fort pour que nous puissions tous y vivre », explique Chhunly, 41 ans.

Chhunly — souvent appelé « Khmer Pacquiao » par ses amis en raison de sa forte ressemblance avec le champion de boxe philippin Manny Pacquiao — raconte qu’il a économisé de l’argent depuis environ dix ans maintenant afin de terminer son film.

« J’ai commencé à économiser pour acheter du matériel cinématographique en 2008 et cette année, j’ai acheté une installation à prix modéré, mais qui m’a quand même coûté plus de 4 000 dollars. Cependant, maintenant que je l’ai, j’ai pu travailler sur toutes sortes de projets, des documentaires, des séries télévisées, des films et des courts métrages », dit-il.

Chhunly confie qu’il travaille actuellement sur deux projets dans son studio de cinéma. L’un est lié à l’agriculture et nécessite qu’il filme dans les zones rurales des provinces de Battambang et d’Oddar Meanchey, ce qui lui prendra environ six mois. Le second projet est encore en suspens et en cours de négociation.

« Le week-end, je tourne également des séquences pour mon propre film sur lequel je travaille depuis longtemps et je le monte le soir dans mon propre studio Poy. Je me prépare à le présenter à des concours à l’étranger une fois qu’il sera terminé. Quant à la production de ce film, je ne sais pas encore quand elle sera terminée, mais j’ai écrit le scénario il y a longtemps », dit-il.

Bien que Chhunly’s ait été motivé pour lancer son studio en 2018 afin de réaliser son rêve de créer sa propre œuvre indépendante, il souhaite également s’associer à des entreprises locales ou étrangères dans le but de développer l’industrie de la production cinématographique au Cambodge et d’améliorer le niveau de qualité pour atteindre son plein potentiel.

« S’il y a des entreprises partenaires dans ce domaine qui sont intéressées, je serai ravi d’ouvrir une école de cinéma à Battambang. Une fois que nous aurons une école de cinéma, nous deviendrons riches en termes de ressources humaines dans ce secteur. Il y aura davantage de concurrence ce qui permettra de faire travailler les candidats les plus qualifiés », conclut-il.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône