Banque mondiale : L’économie cambodgienne se rétablit, mais des incertitudes demeurent

L’économie du Cambodge se redresse progressivement et devrait connaître une croissance de 4 % en 2021 après une contraction de 3,1 % en 2020. Toutefois, cette reprise reste inégale et volatile, en raison notamment de la réintroduction d’un verrouillage domestique pour contrôler la propagation du COVID-19.

L’économie cambodgienne se rétablit, mais des incertitudes demeurent

Certains secteurs

Selon la dernière mise à jour économique de la Banque mondiale pour le Cambodge, si certains secteurs ont enregistré des progrès économiques, d’autres demeurent frappés par la pandémie en cours. L’agriculture a relativement bien résisté, grâce à une forte demande stimulée en partie par l’accord de libre-échange Cambodge-Chine récemment signé. Le secteur manufacturier s’est progressivement redressé en s’adaptant à l’évolution des conditions extérieures et les commerces de gros et de détail ont également connu une lente reprise, soutenue par un regain progressif de l’activité économique intérieure. En revanche, certaines parties du secteur des services — comme l’hébergement, la restauration et les transports — continuent d’être durement touchées par le ralentissement du tourisme national et international.

« Les entrées d’investissements directs étrangers restent résilientes et contribuent à soutenir le secteur extérieur. »

Croissance

Les perspectives de croissance du Cambodge restent très incertaines, la forme et le rythme de la reprise dépendant largement de l’évolution du virus et de la vitesse à laquelle les vaccins peuvent être déployés. Le rapport propose également un scénario à la baisse, dans lequel le risque d’un programme de vaccination lent s’accompagne de blocages fréquents, prolongés et à l’échelle nationale. Dans ce scénario, l’économie ne devrait croître que de 1 % en 2021.

Mesures à prendre

Le rapport préconise que le pays prenne des mesures immédiates pour rétablir la confiance du marché en accélérant de toute urgence son programme de vaccination, tout en continuant simultanément à prendre des mesures pour contenir les infections. Compte tenu de la marge de manœuvre budgétaire relativement importante du pays, le gouvernement peut soutenir l’aide, la reprise et la croissance en améliorant le climat des affaires et des investissements, en proposant des programmes d’aide sociale et en stimulant l’investissement public et la croissance en faveur des pauvres. Pour maintenir la stabilité du secteur financier, il est également important que les autorités surveillent de près les vulnérabilités qui peuvent découler d’un boom immobilier prolongé et de l’augmentation des crédits accordés au secteur de la construction.

« Comme de nombreux pays de la région, le Cambodge a été durement touché par le choc de la demande mondiale provoqué par le COVID-19. Mais la bonne nouvelle est que le pays a désormais vacciné plus de trois millions de personnes, soit l’un des taux les plus élevés de la région », a déclaré Mme Inguna Dobraja, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Cambodge.

« La Banque mondiale collabore avec le Cambodge pour apporter un soutien supplémentaire à la lutte contre la pandémie et aider le pays à se redresser économiquement et socialement de manière résiliente. »

Le rapport comprend un numéro spécial qui examine les leçons tirées de l’introduction, de l’expansion et de l’approfondissement relativement rapides des programmes d’assistance sociale au Cambodge — en particulier son programme de transfert d’espèces. Le programme de transfert d’argent a été introduit en juin 2020 et, en février 2021, plus de 688 000 familles pauvres avaient reçu un transfert d’argent du gouvernement — ce qui représente 19,5 % de la totalité des ménages.


0 commentaire