top of page
Ancre 1

Arts & Phnom Penh : Pisaot Experimental Arts, pour donner toute liberté aux artistes

Pisaot est un programme de résidence d’art expérimental destiné aux artistes cambodgiens, ainsi qu’à des invités étrangers triés sur le volet. Durant une période de 6 à 8 semaines, ces derniers vivent et travaillent dans l’espace Sa Sa Art Projects à Phnom Penh.

Chandy est une architecte diplômée et une artiste dont le travail s'articule autour de l'identité urbaine
Chandy est une architecte diplômée et une artiste dont le travail s'articule autour de l'identité urbaine. Photo fournie

Liberté

Au cours de chaque résidence, les artistes sont encouragés à expérimenter leurs techniques. Pisaot ne demande pas aux artistes de réaliser des œuvres pour une exposition ; le programme donne aux résidents sélectionnés une liberté totale et ces derniers sont encouragés à expérimenter de nouvelles façons d’utiliser différents médias et/ou à explorer de nouvelles idées susceptibles de remettre en question une certaine vision de l’art.

Identité urbaine avec Chandy

Chandy est une architecte diplômée et une artiste dont le travail s’articule autour de l’identité urbaine, de l’environnement et des reflets de la culture, et de la préservation. Ses pratiques visuelles rappellent souvent les anciennes architectures patrimoniales qui permettent au public de se reconnecter avec ses souvenirs et de réfléchir au présent et à l’avenir.

Dans le cadre de la résidence Pisaot Experimental Arts d’une durée d’environ deux mois à Sa Sa Art Projects, elle a créé des sculptures et des images « contradictoires » qui s’appuient sur son projet « The Asymmetry » cherchant à approfondir l’impact culturel et environnemental de l’adoption du métropolisme néolibéral et du consumérisme croissant du développement moderne.

Pour elle, il est évident que la ville a été détournée du développement centré sur l’homme en ignorant la coexistence écologique des humains, des plantes, des animaux et des bâtiments.

« La frustration et la détresse sont inévitables », dit-elle.

L’artiste a combiné ses connaissances en architecture et son imagination pour produire des blocs structurels constitués de béton, de grillage et de corde pour symboliser les vieux bâtiments, le paysage urbain et les humains.

L'artiste a combiné ses connaissances en architecture et son imagination pour produire des blocs structurels
L'artiste a combiné ses connaissances en architecture et son imagination pour produire des blocs structurels. Photo fournie

L’une des œuvres représente un bâtiment vieillissant rempli de mousse et d’organismes, tandis que l’autre dépeint les Quatre Faces où les trois rivières — Tonlé Sap, Tonlé Bassac et Tonlé Mékong — se croisent et où l’atmosphère de développement prévaut.

Une autre pièce se présente sous la forme d’un pilier creux vertical représentant la forme abstraite d’un humain qui provoque quotidiennement la construction et la destruction de bâtiments. Son intérieur est rempli de verre brisé, ce qui donne un sentiment de danger, mais ressemble aussi à une grotte minérale qui représente bien quelque chose de précieux comme l’identité, les valeurs culturelles et historiques, tandis que l’extérieur montre les coquilles vieillissantes et brisées des bâtiments.

« Un signe manifeste d’abandon et d’oubli de l’identité, qui vise à déclencher nos réflexions sur notre identité urbaine et nos responsabilités envers ces structures qui portent tant de valeur culturelle et historique ».

Parcours

Chandy est née à Battambang, mais travaille et vit à Phnom Penh. Elle a obtenu une licence en architecture de l’Université internationale Paragon en 2020. Elle a ensuite suivi le programme de photographie et de documentaire contemporain en 2020 et le programme d’anglais pour les artistes en 2021 à Sa Sa Art Projects.

En tant qu’artiste émergente, elle a participé à des expositions collectives telles que celle des diplômés de la classe d’art contemporain « The Asymmetry », Sa Sa Art Projects (2021), l’exposition Penhart « The Simultaneous » (2021) et la Galerie Quynh (2021). Elle a également été stagiaire et bénévole dans le cadre des projets de recherche sur la nouvelle architecture khmère, au cours desquels elle a interrogé des anciens sur les bâtiments du patrimoine, a étudié les anciens bâtiments et s’est renseignée sur la transformation de l’architecture et du développement urbain de la ville de Phnom Penh. Ces projets étaient le projet Vann Molyvann, le projet Roung Kon et l’hôtel de ville de Phnom Penh (2018-2020).

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page