top of page
Ancre 1

Arts : Le petit Hanuman, âgé de cinq ans, danse pour conquérir le cœur du Royaume

Un jeune talent cambodgien a émergé, captivant le monde en ligne avec ses performances hypnotiques de la danse traditionnelle cambodgienne du singe. Roeun Kakada est un jeune prodige de cinq ans qui a pris d’assaut la sphère des médias sociaux grâce à ses talents de danseur exceptionnels.

Roeun Kakada et ses camarades de classe. Photo KATAC
Roeun Kakada et ses camarades de classe. Photo KATAC

Les jolies chorégraphies de Kakada ont conquis le cœur de personnes de tous horizons, ses vidéos et ses photos se répandant comme une traînée de poudre sur les plateformes de médias sociaux. De ses mouvements agiles à son enthousiasme contagieux, les spectateurs ne peuvent que s’émerveiller de son talent et de sa passion pour les arts traditionnels.

« Je suis heureux ! J’étudie avec les professeurs Tong, Nam et Bormey. La danse du singe est celle que j’aime le plus, en raison de sa forme de saut. J’aime le nom Asva », déclare Kakada dans les coulisses, alors qu’il s’apprête à livrer l’une de ses performances emblématiques.

Chhon Sreynet, première dauphine de Miss Univers Cambodge 2021, a récemment organisé un événement caritatif à Run Ta Ek, où elle a eu l’occasion de voir de ses propres yeux les remarquables compétences de Kakada. Impressionnée par son talent, Sreynet a filmé et capturé sa performance, la partageant sur son compte Facebook pour que ses abonnés puissent en profiter.

L’impact de la danse de Kakada a été encore plus retentissant lorsqu’une photo de lui, habilement photoshopée avec la robe traditionnelle d’Hanuman, est devenue virale sur les médias sociaux. L’image s’est rapidement répandue sur diverses plateformes, captivant les téléspectateurs et suscitant une grande attention.

« Vous connaissez le petit singe ? Je l’ai rencontré en personne et il est absolument adorable », a déclaré Sreynet en exprimant son admiration pour le jeune artiste.

Les mouvements de la danse traditionnelle cambodgienne Hanuman sont dynamiques, gracieux et très stylisés. Les danseurs utilisent une combinaison de jeux de jambes complexes, de gestes fluides et d’éléments acrobatiques pour donner vie au personnage d’Hanuman. Hanuman est traditionnellement vêtu d’un costume blanc, conçu pour mettre en valeur l’or étincelant des cheveux du singe.

Né et élevé dans la région d’Apsara, et maintenant installé à Run Ta Ek à Siem Reap, le voyage de Kakada dans le monde des arts traditionnels a commencé à l’âge de quatre ans, lorsqu’il a commencé à apprendre la danse classique khmère.

Sa mère, Yuk Sopheak, 37 ans, a pris la décision de louer une maison près d’une école de danse pour soutenir les efforts artistiques de son fils.

Elle estime que la proximité de l’école d’art est cruciale, en particulier les soirs d’entraînement tardifs.

« Je préférais vivre plus loin des écoles publiques, mais plus près de l’école des arts du spectacle, car certains jours, ils s’entraînent tard le soir et il est difficile de se déplacer. Trois de mes enfants se sont plongés dans les arts : deux de mes fils apprennent la danse traditionnelle et ma fille étudie la musique », explique-t-elle.

Mme Sopheak est fière de constater l’amour profond de son fils pour l’art classique, ainsi que sa capacité impressionnante à mémoriser des formes de danse complexes.

Elle apprécie que ses trois enfants passent leur temps immergés dans les arts, au lieu d’être accaparés par des activités oisives ou l’utilisation excessive de leur téléphone.

« Je suis plus qu’heureuse, c’est difficile à exprimer. Si mes enfants choisissent de faire carrière dans les arts, je les soutiendrai de tout cœur », dit-elle.

« Toutefois, je leur rappelle souvent de ne jamais oublier la source qui leur a fourni les connaissances de base », ajoute-t-elle.

Kakada étudie la danse classique khmère depuis le milieu de l’année 2022 et s’est récemment passionné pour la danse du singe, en particulier la forme de saut.

Il passe ses soirées de 17 h à 20 h 30, du lundi au samedi, à s’entraîner au Khmer Angkor Training Art Club. Le dimanche, il consacre toute la journée à la pratique de la danse et prend ses repas chez Nam Tuonsokea, fondateur du club.

Nam Tuonsokea a créé le club en 2019. Sa passion pour les arts traditionnels l’a conduit à investir ses fonds personnels.

« L’objectif de la création de ce club était d’inciter les enfants à apprécier et à préserver la culture khmère », explique-t-il.

Selon lui, le club a dû faire face à des difficultés, le nombre d’enseignants étant passé de plus de 20 à seulement six, et le nombre d’élèves ayant chuté de 111 à 55.

« Bien que de nombreux enseignants aient initialement soutenu la création du club, la plupart d’entre eux ont ensuite déclaré être trop occupés pour y participer », précise-t-il.

La diminution du nombre d’élèves peut être attribuée au déménagement du club, qui a coïncidé avec la nécessité pour les parents des élèves de s’installer dans un nouveau quartier de Run Ta Ek.

Malgré ces obstacles, Tounsokea reste attaché à sa mission de préservation et de transmission des traditions artistiques khmères aux générations futures. Bien qu’il ait perdu son emploi en raison des effets de la pandémie de Covid-19, il continue de faire appel à des philanthropes proches et lointains pour obtenir un soutien, car il est convaincu de l’importance de poursuivre le travail du club avec les enfants.

Le fondateur, âgé de 42 ans, souligne également l’importance des contributions des parents et des tuteurs, en plus des fonds philanthropiques.

« Les parents et les tuteurs des étudiants les aident à payer les loyers et l’électricité en fonction de leurs moyens, ce qui constitue un élément essentiel de la stabilité financière du club », explique-t-il.

Kakada, 5 ans, exécute la danse d’Hanuman qui a émerveillé le public cambodgien. Photo KATAC
Kakada, 5 ans, exécute la danse d’Hanuman qui a émerveillé le public cambodgien. Photo KATAC

La troupe du club a été invitée à de nombreux programmes, y compris les célébrations d’Angkor Sangkran au cours des années précédentes. Cependant, pour 2023, ils n’ont reçu aucune invitation, et la raison exacte reste inconnue. Le club applique une politique d’inscription stricte, n’acceptant que les enfants qui étudient actuellement dans l’enseignement général ou dans des écoles anglaises. Ceux qui abandonnent l’école pour se consacrer à l’art ne sont pas acceptés, car le club donne la priorité à une éducation complète et à l’amour de la connaissance en plus de la formation artistique.

Originaire du district de Sotr Nikum à Siem Reap, Tuonsokea, qui est devenu orphelin à un jeune âge, a consacré ses efforts à la collecte de fonds pour les jeunes et les enfants démunis. Bien qu’on lui ait conseillé de donner la priorité à la fondation d’une famille et de se concentrer moins sur le club, Tuonsokea reste attaché à sa mission.

« J’ai cessé d’envisager l’idée du mariage, et mon rêve ultime est de mettre en place des installations encore meilleures pour les enfants », dit-il.

« À l’avenir, même si je ne suis plus là, j’espère que quelqu’un se présentera pour poursuivre le travail ». Il reconnaît que Kakada est l’un des élèves les plus jeunes et les plus doués du club.

« Malgré son âge, Kakada fait preuve d’excellence dans tous les aspects de l’art classique khmer », déclare-t-il.

Deux des frères et sœurs de Kakada participent également à la formation, mais Tounsokea nourrit de grands espoirs pour l’avenir de Kakada, estimant qu’il pourrait être en mesure de subvenir aux besoins de sa famille plus tard.

« J’ai dit à sa mère dès le début que Kakada pourrait devenir une star et qu’il avait le potentiel ».

Bien qu’initialement hésitant, l’intérêt de Kakada pour la danse classique a été encouragé par ses parents. Malgré quelques échecs initiaux et quelques velléités d’abandon, Kakada a fini par s’adresser personnellement à Tounsokea, faisant preuve d’une forte détermination à ne pas abandonner sa formation.

Selon Tounsokea, Kakada possède des compétences impressionnantes et est un élève relativement facile à entraîner. Cependant, il souligne que tous les enfants qui s’entraînent au club font preuve d’un grand potentiel et sont capables de perpétuer les traditions de leurs ancêtres.

Il mentionne également les résultats positifs de la participation des enfants, notamment la réduction de l’utilisation du téléphone, le respect des règles et l’amélioration des habitudes de lecture. Il salue également les effets des performances virales de Kakada.

« Alors que son talent s’épanouit et que ses vidéos continuent de capter l’attention de millions de personnes, il sert d’exemple à la beauté et à l’importance des arts traditionnels cambodgiens, suscitant un regain d’intérêt pour le riche patrimoine culturel du pays. »

Sopheak mentionne avoir observé comment Tounsokea s’est consacré à l’entraînement des enfants au club.

« Au départ, il avait très peu de moyens pour subvenir à ses besoins. Il est même allé jusqu’à vendre sa moto pour subvenir aux besoins du club, notamment en veillant à ce que les enfants aient suffisamment de nourriture pendant les séances d’entraînement qui durent toute la journée ».

Plusieurs parents ont apporté leur aide à Tounsokea, en particulier ceux qui sont aisés.

« Tounsokea ne se verse pas de salaire. Il partage tout, y compris les dépenses pour le lieu et les services publics comme l’eau, l’électricité et le gaz, ainsi que les salaires des enseignants et les repas des enfants », conclut-elle.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post


댓글

별점 5점 중 0점을 주었습니다.
등록된 평점 없음

평점 추가

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page