Archive & Superstition : Quand vampires et démons terrorisaient Kampong Cham

C’est une histoire qui date de quinze ans et qui mérite un peu d’actualité alors que l’on découvre que l’affaire récente concernant un ressortissant chinois qui aurait été régulièrement vidé de son sang par des malfaisants, n’était en réalité qu’une « fake news » apparemment orchestrée pour de simples histoires de visa.

Retour sur des superstitions bien réelles cette fois-ci qui avaient même conduit à l'instauration d'un couvre-feu...

Capture d'écran : Fil d'horreur cambodgien : រឿង ខ្ទមមរណៈ (Ktum Moronark)
Capture d'écran - Film d'horreur cambodgien : រឿង ខ្ទមមរណៈ (Ktum Moronark)

Kampong Cham, il y a 15 ans…

Aux petites heures de la nuit, un crescendo de hurlements de chiens déchire le silence profond. Pour les habitants du district de Thbong Khmum, à Kampong Cham, ces hurlements révèlent que les chiens ont repéré des esprits maléfiques errant dans les environs.

Si les chiens agités dans la campagne ne semblent pas en général constituer une source d’inquiétude, les habitants de Kampong Cham et des régions avoisinantes en frissonnent. Ils ont été saisis par la peur des vampires et ont commencé à prendre des mesures préventives.

« Mélanger de la teinture rouge avec de l’eau ressemble au sang d’une jeune vierge », explique Chheang Lay, un habitant de Thbong Khmum âgé de 37 ans.

« Tout ménage qui ne suspend pas des bouteilles ou des sacs en plastique d’eau teintée en rouge devant sa maison risque de voir les mauvais esprits arriver et sucer le sang de leurs filles ou d’un membre de leur famille ».

Lay, 15 ans, raconte qu’il y a deux semaines, il a rempli une bouteille d’eau en plastique avec du faux sang et l’a accrochée devant sa maison pour étancher la soif des vampires errants.

Le long des rues de son village, des centaines de bouteilles et de sacs d’eau rouge vif sont accrochés aux portails.

« Ce n’est que cette année que les habitants ont commencé à utiliser de la teinture rouge diluée qui ressemble à du sang », déclare Sim Sithov, chef du district de Thbong Khmum, ajoutant que la plupart des familles de son district font de même.

Bastion de la superstition

La zone agricole du district de Thbong Khmum a longtemps été un bastion de la superstition. Les habitants insistent pour que tous les nouveaux chefs de district honorent un puissant neak ta, ou esprit des ancêtres, avant de prendre leurs fonctions, et ces derniers placent généralement des épouvantails devant leurs maisons pour protéger leurs familles des esprits errants.

« On ne sait pas exactement ce qui a déclenché cette variation colorée de la tradition cette année, mais les histoires qui circulent sont pleines d’imagination et souvent sanglantes. »

Duch Pic, 74 ans, du village de Thlak, confie qu’il y a eu beaucoup de décès sur les routes ces derniers temps et ceux qui sont morts sont devenus des vampires. Pic pense qu’ils aiment errer la nuit pour trouver leur friandise préférée : le sang.

Parmi quelques rumeurs — histoires d’horreur : Huy La, 13 ans, raconte l’histoire d’une femme enceinte qui vivait dans une partie reculée de Thbong Khmum. Elle a attendu si longtemps que son mari revienne du marché avec du porc qu’elle s’est ouvert le ventre et a dévoré son enfant à naître.

Une autre histoire d’horreur est celle d’une famille qui vérifiait l’état de son étable, pour ensuite trouver du sang jaillissant sur le sol — le résultat, disent les locaux, d’un vampire vomissant après s’être gavé de sang de vache.

Alors que Seng Hour, le chef des moines du Wat Ang Naram Srei Siem, affirme que la peur des esprits malveillants est enracinée dans le brahmanisme et non dans le bouddhisme, la popularité des films d’horreur dans le Royaume pourrait également jouer un rôle.

L’une des autres histoires de La — celle d’une femme morte en donnant naissance à des jumeaux, qui ensuite qui se promènent ensuite en suçant le sang avec colère — est un thème commun aux films d’horreur de série B du pays.

Film d'horreur cambodgien : រឿង ខ្ទមមរណៈ (Ktum Moronark)

Parmi les sceptiques, on trouve le père de La, Seak Ou, 46 ans, qui affirme que le climat de peur a été entretenu par les voleurs. Ces derniers ayant intérêt à ce que les habitants demeurent cloîtrés pour pouvoir voler tranquillement.

Si La affirme qu’elle n’a pas peur des vampires, elle admet avoir demandé à son père de suspendre une bouteille d’eau teintée en rouge au premier étage de sa maison, à l’abri des regards, juste au cas où…

Du film d'horreur cambodgien : Supernatural
Du film d'horreur cambodgien : Supernatural

Au-delà

Quelles que soient les raisons qui expliquent cette frayeur bien réelle, il semble que la peur du vampire se propage au-delà de Thbong Khmum.

Sun Sokly, chef du district de Ponhea Krek à Kampong Cham, raconte que sa région est également parsemée de bouteilles d’eau colorée en rouge, tandis que Chheang Lay confie que cette pratique s’est répandue au district de Chhlong à Kratié et à celui de Svay Chrum à Svay Rieng.

Uy Than, chef de Svay Chrum, confirme que les habitants de son district ont commencé à suspendre des paquets de faux sang il y a environ un mois, affirmant qu’ils considéraient que les adolescentes étaient particulièrement exposées à la soif des vampires.

Le résultat pour Than est qu’un couvre-feu nocturne informel pour les jeunes femmes permet de mieux les protéger.

« Maintenant, la plupart des filles de ma communauté se voient interdire par leurs parents de sortir le soir et doivent rester à la maison », déclare Than, précisant toutefois que les garçons se promenaient toujours à la nuit tombée.

De retour dans le district de Thbong Khmum, les habitants se dépêchent également de rentrer chez eux à l’approche du crépuscule, cherchant la sécurité des maisons et disposant leurs offrandes protectrices de faux sang à la porte.

Côté obscur et petit guide des fantômes et goules khmers

  • Arb – Un élément essentiel des films d’horreur cambodgiens, un arb est considéré comme une personne vivante, généralement une femme, ayant la capacité magique de détacher sa tête et ses organes vitaux et de s’envoler dans la nuit pour consommer des choses peu recommandables comme des plaies infectées, des placentas, les grenouilles et des ordures.

  • Bei sarch chunh chuk chheam – Un « esprit maléfique qui suce le sang », ou vampire.

  • Khmoach - Terme générique pour tout fantôme, mais désignant généralement les âmes…

  • Khmoach anatha — Ce « fantôme vagabond » n’a pas reçu les rites d’enterrement corrects et continue à errer sur terre.

  • Khmoach tai hoang — les « fantômes qui sont décédés d’une mort non naturelle », meurtre, suicide ou attaque par un animal…

  • Khmoach chhao — cet authentique fantôme serait le résultat du saut d’un chat sur un cadavre. Ces créatures ressemblant à des zombies sont souvent vues dans les films d’horreur chinois doublés en khmer, apparaissant les bras tendus ou sautant pour sucer le sang des humains.

  • Yumabal — le « gardien de l’enfer » agit comme un inquisiteur pour le jugement des âmes.

  • Yumareach — le « roi des démons » prend la décision finale vers laquelle des neuf portes de l’enfer une âme sera envoyée. Un séjour à la première porte est généralement court et suivi d’une réincarnation. La porte 9 mène à une éternité de torture en enfer.

  • Yumatout — un diable ou un démon. Employé comme tortionnaire dans les niveaux inférieurs de l’enfer.

Sam Rith & CG — PPP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône