Angkor : Long Kosal, « créer une fusion harmonieuse entre les sites du patrimoine et la ville »

Long Kosal, porte-parole de l’Autorité nationale Apsara (ANA), fait le point sur les efforts effectués pour accueillir au mieux les touristes dans la province et au parc archéologique d'Angkor.

Long Kosal, porte-parole de l’Autorité nationale Apsara (ANA). MAI KUNMAKARA
Long Kosal, porte-parole de l’Autorité nationale Apsara (ANA). MAI KUNMAKARA

La population cambodgienne se rapprochant de l’immunité collective, grâce au succès des campagnes de primo-vaccination et de de rappel qui ont fait reculer le nombre de maladies graves et de décès, le Premier ministre Hun Sen a récemment annoncé la réouverture du Royaume dans tous les domaines.

Le tourisme intérieur a également connu une reprise progressive, particulièrement évidente lors du Festival de l’eau du mois dernier, où les vacanciers ont effectué plus de 1,2 million de voyages intérieurs à travers le Cambodge pendant quatre jours, apparemment sans provoquer de flambée de Covid-19.

En outre, le Cambodge a cessé d’exiger la quarantaine pour les arrivants entièrement vaccinés qui remplissent certaines conditions.

Cependant, les mutations du nouveau coronavirus menacent d’éroder ou d’inverser certains des progrès récents observés dans le secteur, et de nombreuses questions subsistent autour d’Omicron, la dernière variante préoccupante signalée pour la première fois le 24 novembre.

Angkor Wat. Image G.Vigerova
Angkor Wat. Image G.Vigerova

Néanmoins, le parc archéologique d’Angkor a été inhabituellement calme, avec seulement quelques visiteurs nationaux pendant la pandémie, ce qui contraste fortement avec une année normale où des millions de touristes nationaux et internationaux se pressent dans les différents temples de la destination touristique culturelle et historique par excellence du Royaume, qui s’étend sur quelque 40 000 hectares dans la province de Siem Reap.

Pendant la crise du Covid-19, l’Autorité Nationale Apsara (ANA) et les autorités provinciales ont profité de l’occasion pour rénover les infrastructures dans la zone d’Angkor et dans toute la province afin de se préparer à accueillir à nouveau les visiteurs lorsque la situation du Covid-19 s’améliorera. Le projet de 38 routes, d’une valeur de 150 millions de dollars, est le plus important de ces projets.

Hom Phanet, journaliste au Post, s’est entretenu avec Long Kosal, porte-parole de l’ANA, pour discuter des travaux de conservation et de développement en cours afin d’inciter les voyageurs à revenir, lorsque le monde sera débarrassé de la crise sanitaire et que les voyages retrouveront une « nouvelle normalité ».

Qu’a fait l’ANA pendant les presque deux années de Covid ?

Notre devise principale a été pendant longtemps « la conservation pour le développement et le développement pour la conservation », pour tout ce qui concerne l’entretien et le développement du parc. Si, à un moment donné, nous ne parvenons pas à maintenir un équilibre entre la conservation et le développement durable, nous serons confrontés à des problèmes.

« Cela signifie que ces deux processus doivent être maintenus en équilibre »

Pour comprendre pourquoi, il faut savoir que notre patrimoine est aujourd’hui l’une des principales considérations pour le développement du tourisme.

Le développement du tourisme apporte donc d’autres avantages que l’industrie — il s’inscrit dans le cadre des efforts visant à créer des emplois directs et indirects et à améliorer les moyens de subsistance des populations.

Comment l’ANA a-t-elle géré les zones autour des temples ?

Dans un souci d’embellissement et d’amélioration des infrastructures dans la zone du temple d’Angkor Wat, nous avons mis en place un système d’irrigation automatique de l’herbe, et nous accordons une attention particulière à celle qui se trouve à l’intérieur du complexe. L’herbe devient rouge pendant la saison sèche, ce qui peut être un peu dur pour les yeux. Nous espérons donc que les environs du temple seront agréables à regarder aussi bien pendant la saison humide que pendant la saison sèche.

En outre, la zone située en face d’Angkor Wat est boueuse pendant la saison humide et poussiéreuse pendant la saison sèche, mais nous avons planté des semis pour en faire un grand champ vert attrayant. Nous avons également réorganisé les étals de restauration en un ensemble plus esthétique.

Comment l’ANA réagit-elle à la nouvelle d’Omicron et à ses effets possibles sur le tourisme international ?

Nous sommes évidemment inquiets, mais nous devons chercher à y remédier. Nous comprenons que le gouvernement s’efforce de se procurer des vaccins par tous les canaux disponibles afin de vacciner la population.

Nous nous efforçons également d’éviter tout problème aux visiteurs du parc d’Angkor et nous avons pris l’initiative de nous conformer strictement aux directives recommandées par le ministère de la Santé, en particulier aux mesures « trois choses à faire et à ne pas faire », sachant pertinemment que le virus évolue rapidement et peut se transmettre très facilement.

L’organisation de circuits de visite dans le parc est essentielle.

« Nous avons établi des chemins d’accès d’un site à l’autre et nous interdirons aux touristes de circuler comme ils le faisaient auparavant, afin de faciliter notre travail de gestion »

Armée de la procédure opérationnelle standard (POS) du ministère du Tourisme, l’ANA formera les guides de voyage à la gestion des personnes qui comprennent mal les mesures préventives.

Comment l’ANA compte-t-elle attirer les touristes étrangers après deux années de fréquentation quasi exclusive de visiteurs locaux ?

Les touristes nationaux ont joué un rôle important dans la relance de l’économie nationale. Nous ne pouvons pas dépendre uniquement des touristes étrangers alors que nous entrons dans la « nouvelle normalité ». Nous avons constaté que les gens voyageaient à travers le Royaume pendant les grands festivals du pays, ce qui nous montre que la question du Covid-19 est sous notre contrôle et que la transition est en cours.

L’ANA s’associera au secteur privé pour mettre en place des stratégies de promotion, le dernier exemple en date étant l’événement « Angkor Thanksgiving », qui offre une occasion idéale d’attirer les voyageurs. La région est très attrayante, il suffit d’empêcher la propagation du Covid.

Nous collaborerons également avec le ministère du Tourisme pour relancer le secteur dans l’ère post-Covid.

Que pense l’ANA de la décision d’autoriser les touristes vaccinés à entrer dans le Royaume sans quarantaine ?

C’est une bonne stratégie, et nous sommes prêts. Lorsque la situation du Covid sera sous contrôle, nous pourrons prendre d’autres mesures positives. Dans le parc d’Angkor, nous sommes prêts, nous avons mis en place des équipements touristiques, des itinéraires de visite des temples, et nous avons mis nos fonctionnaires, nos guides de voyage et autres personnels au courant du Covid-19 — nous attendons simplement que les touristes reviennent.

Cependant, les choses ne seront pas comme avant dans l’immédiat, pour un certain nombre de raisons, l’une d’entre elles étant que les voyageurs qui se rendent dans le Royaume doivent d’abord passer par d’autres pays.

Que pensez-vous de la récente vague de projets d’infrastructure dans la province ?

« Une chose essentielle à laquelle nous devons veiller est la création d’une fusion harmonieuse entre les sites du patrimoine et la ville de Siem Reap »

Tout ce que nous organisons doit s’accorder avec cette harmonie, ce qui signifie tirer le meilleur des deux mondes.

L’infrastructure de la ville de Siem Reap doit soutenir l’économie nationale, et une localité agréable et propre avec des routes en béton asphalté sans poussière sera la plus propice à la satisfaction des touristes.

Au cœur du tourisme, il y a les souvenirs, et cela est essentiel pour renforcer la confiance des visiteurs étrangers au Cambodge.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône