Cambodge & Agriculture : La tentation de l’aquaculture dans les plaines de Prey Veng

Chhum Phirom a vécu toute sa vie dans le bassin fertile du Mékong. Le résident de Prey Veng, 26 ans, confie que la plupart des familles du district de Peam Ro comptaient sur la riziculture pour assurer leurs moyens de subsistance et leur subsistance.

Bassin aquacole au Cambodge. Photographie WorldFish
Bassin aquacole au Cambodge. Photographie WorldFish

Promouvoir le secteur agricole

Les plaines fertiles ont fait du district et de la province l’un des principaux producteurs de riz du Cambodge, avec des kilomètres de rizières couvrant le paysage. Mais, avec le changement climatique, les conditions de sécheresse et les prix du riz, certaines familles tournent le dos à l’occupation traditionnelle pour investir dans l’aquaculture.

Le district, qui abrite le Centre de recherche et de développement sur l’aquaculture en eau douce géré par le gouvernement, a vu une quantité croissante d’étangs fraîchement creusés à proximité des rizières.

« Nous ne pouvions pas produire de bons rendements avec du riz », déclare Chhum Phirom, allongé dans un hamac près de ses étangs.

« Alors, faute de rendement rizicole, nous sommes passés à la pisciculture »

Le passage à la pisciculture intervient au milieu du ralentissement économique induit par le coronavirus, qui a durement frappé les secteurs du tourisme, de la fabrication et de la construction au Cambodge.

Le gouvernement cambodgien cherche à promouvoir le secteur agricole en manque d’investissements comme stratégie de relance de l’économie. Le Premier ministre Hun Sen a récemment parcouru le pays pour rencontrer des agriculteurs, se promener dans des rizières et pousser les Cambodgiens ruraux à adopter à nouveau l’agriculture.

Le gouvernement a utilisé l’accord de libre-échange Cambodge-Chine (ALE) récemment rédigé pour convaincre les Cambodgiens d’aider à stimuler les exportations agricoles. Les responsables cambodgiens font de l’aquaculture une alternative viable à la riziculture, même s’il y a peu d’indications sur le fait que le poisson et les produits à base de poisson bénéficieront d’un statut en franchise de droits et de quotas dans l’ALE.

Au cours d’une conférence de presse début juillet 2020, le secrétaire d’État du ministère des Finances, Vongsey Vissoth, a déclaré que le poisson avait un « fort potentiel » en tant que produit d’exportation vers le marché chinois.

Incertitudes chinoises

Mais quelques semaines plus tard, le ministre de l’Agriculture Veng Sakhon a déclaré au journal local Phnom Penh Post que le Cambodge avait « demandé aux autorités chinoises l’autorisation d’exporter du poisson vers la Chine, mais que ces dernières n’avaient pas encore répondu ».

Eng Cheasan, un fonctionnaire du ministère des Pêches, a déclaré le 6 août 2020 qu’il y avait une demande immédiate de poisson-gobie marbré en Chine — appelé localement « trey domrey » — mais pas pour les variétés les plus courantes élevées au Cambodge.

Il a confirmé que le gouvernement cherchait toujours à négocier avec la Chine pour inscrire des espèces, telles que le poisson-chat à oreilles tachetées et le poisson-chat rayé, sur la liste des produits de l’ALE. Les deux variétés sont appelées respectivement « trey po » et « trey pra » en khmer.

une demande immédiate de poisson-gobie marbré en Chine
Une demande immédiate de poisson-gobie marbré en Chine

Le secrétaire d’État du ministère du Commerce, Sok Sopheak, a déclaré à VOA Khmer que l’exportation sans droits de douane de riz vers la Chine prendrait des années parce que les autorités chinoises tenaient à protéger la production locale et à l’équilibrer avec les importations du Cambodge. Le contingent actuel sans droits de douane pour le riz cambodgien vers la Chine est de 400 000 tonnes par an, a déclaré Sok Sopheak, et les exportations de riz seraient tarifées à 75 pour cent au-delà du quota.

Prey Veng, le pisciculteur local Khai Heang
Prey Veng, le pisciculteur local Khai Heang

De retour à Prey Veng, le pisciculteur local Khai Heang déclare qu’il est passé à l’aquaculture il y a plus de dix ans, après avoir perdu de l’argent dans la culture du riz. Le fermier de 60 ans a vendu sa rizière de huit hectares pour construire deux grands étangs piscicoles, où il a cultivé environ 30 000 poissons-chats rayés, ou « trey pra ».

Le changement a été rentable pour Khai Heang, qui a déclaré gagner environ 1000 dollars par mois en vendant sur les marchés locaux. Le potentiel d’exportation vers la Chine encourage Khai Heang.

« Je suis persuadé que les Chinois aimeront manger mon poisson, si l’exportation est possible, j’espère que nous pourrons avoir des prix plus stables »

Ouk Samnang, directeur du département provincial de l’Agriculture de Prey Veng, indique que les autorités ne poussent pas de manière agressive à passer du riz au poisson, mais offrent seulement une option aux agriculteurs pour diversifier leur production.

Il admet qu’il y a des problèmes avec les ventes de riz parce que les agriculteurs et les courtiers en riz ne sont pas souvent d’accord sur les prix du produit.

« Le gouvernement encourage toutes les formes d’agriculture — qu’il s’agisse des poissons ou du riz », déclare Ouk Samnang.

Il ajoute que le Département des pêches fournit une quantité croissante de larves et juvénile aux agriculteurs locaux, avec 30 millions en juillet seulement. Seulement, il y a encore un long chemin avant que le Cambodge puisse exporter de grandes quantités de poisson, dit-il, en raison des contraintes de capacité et d’infrastructure. Ouk Samnang ajoute :

« Il faudra du temps et des investissements supplémentaires pour améliorer la chaîne d’approvisionnement de la production de poisson pour l’exportation »

Le passage à la pisciculture a ses écueils. Voyant une tendance croissante à la pisciculture dans son village, Thaong Bopha a creusé un petit étang derrière sa maison pour élever du poisson. L’agricultrice, âgée de 30 ans n’avait pas l’expertise ni le savoir-faire technique ou l’accès au financement nécessaire pour réussir la transition. Compte tenu de ce manque de connaissances, l’étang qu’elle a construit était trop petit pour des espèces de poissons relativement grandes. Alors, elle a dû les vendre avant qu’ils ne deviennent adultes.

« J’ai essayé pour la première fois cette année en creusant un petit étang derrière ma maison pour élever de petits poissons que j’aurais pu vendre, mais je n’ai pas assez d’expertise », dit-elle.

Thaong Bopha est retournée à la riziculture et se déclare mécontente de devoir compter sur des intrants agricoles importés, ce qui fait grimper le coût de sa production de riz.

À la ferme de Chhum Phirom, le petit exploitant craint que sans l’infrastructure appropriée pour aider les agriculteurs individuels, telle que les installations de stockage et de transport, l’ALE ne profite qu’aux gros investisseurs et aux grandes exploitations piscicoles.

« Je m’inquiète de la capacité de ma propre ferme à être compétitive parce que les nouveaux investisseurs chinois ont une forte capacité technique et une stratégie de marché », déclare Chhum Phirom en riant.

« Nous ne sommes pas à la hauteur avec nos capitaux insuffisants. Les investisseurs étrangers ont beaucoup plus de moyens et peuvent faire ce qu’ils veulent. »

Avec Sun Narin, Aun Chhengpor et Hean Socheata — VOA Khmer

101 vues0 commentaire