Agriculture : Le piment du Cambodge, un produit d’exportation de choix pour les marchés régionaux

Les exportations de piment du Cambodge vers la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et l’Indonésie vont prochainement recevoir une aide après qu’une étude conjointe menée par la Direction générale de l’agriculture (GDA) et la coopération allemande eut révélé un potentiel inexploité sur le marché régional.

Frank Jattke, chef d’équipe pour les projets de la GIZ-ASEAN au Cambodge, s’exprime lors d’un atelier de validation pour partager les résultats d’une étude de la chaîne de valeur et du marché du piment la semaine dernière.
Frank Jattke, chef d’équipe pour les projets de la GIZ-ASEAN au Cambodge, s’exprime lors d’un atelier de validation pour partager les résultats d’une étude de la chaîne de valeur et du marché du piment la semaine dernière.

Le rapport établi à la demande de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) révèle que la mise en œuvre de normes de qualité et de sécurité strictes, la rationalisation de la production et la concentration sur des niches spécifiques telles que l’exportation de piments biologiques pourraient profiter aux agriculteurs, aux transformateurs et aux exportateurs du Royaume.

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) est une agence de développement allemande.

Sin Sokhomony, conseiller technique de la GIZ, estime que si de nombreux pays de l’ASEAN cultivaient des piments, ils dépendaient aussi fortement des importations en provenance d’Inde ou de Chine. La Malaisie, la Thaïlande et l’Indonésie se sont avérées les marchés régionaux idéaux pour les exportations cambodgiennes de piment.

Piment de Siem Reap
Piment de Siem Reap. Photo Paul Farla

« Les produits de piment potentiels pour l’exportation vers ces trois pays sont des produits semi-transformés, comme le piment séché, les flocons de piment, la poudre et l’huile de piment. Ces produits sont moins soumis au contexte ou aux préférences de ces pays, contrairement à la pâte, la sauce et au chili mariné, qui exigent tous que les fabricants comprennent les préférences gustatives des consommateurs sur les marchés d’exportation », explique-t-il.

« En outre, ces produits de piment semi-transformés peuvent servir directement aux consommateurs ou être utilisés comme matière première dans l’industrie de la transformation alimentaire. »

Sin affirme qu’une compréhension approfondie des nuances de ces marchés est cruciale pour accroître les exportations, notamment en recherchant les variétés préférées, les préférences en matière d’emballage et de design, et en répondant à la demande croissante de produits biologiques.

Des améliorations en matière de qualité et de sécurité sont nécessaires pour conquérir le marché des piments biologiques au Cambodge

Lors d’un atelier visant à recueillir le soutien du secteur privé et des parties prenantes, la GIZ a recommandé la mise en œuvre de systèmes de contrôle de la qualité et de la sécurité alimentaire pour les agriculteurs et les transformateurs afin de garantir que les produits à base de piment répondent aux normes internationales et attirent les importateurs sur les marchés cibles.

L’agence de développement a déclaré qu’elle s’associerait au ministère du Commerce pour travailler avec les exportateurs potentiels de piment afin de trouver des négociants possibles dans les pays cibles et d’établir des relations commerciales.

« Des chaînes d’approvisionnement fiables et des partenariats entre les agriculteurs, les transformateurs, les exportateurs et les agences gouvernementales devraient également être essentiels à la croissance de l’industrie », indique le rapport.

Selon M. Sin, le Cambodge pourrait tirer parti de la demande croissante de piments biologiques dans les pays cibles en cultivant des piments à faible teneur en résidus chimiques qui répondent aux exigences biologiques.

Séchage de piment au Cambodge
Séchage de piment au Cambodge. Photo Stephen McGrath

L’étude indique que la Thaïlande abrite un marché biologique haut de gamme d’une valeur de 20,2 millions de dollars avec un taux de croissance annuel de 8,5 %. Le marché biologique de Singapour représente 50,2 millions de dollars et connaît une croissance de 20 à 30 % par an.

Les petits exploitants de noix de cajou et de manioc du Cambodge recevront bientôt un coup de pouce indispensable pour moderniser leurs techniques agricoles et atteindre des marchés plus importants grâce à un nouveau projet de six millions d’euros (6,975 millions de dollars) mené par la GIZ.

Investissements nécessaires pour moderniser la chaîne de valeur du piment

La production de semences au niveau national est une autre priorité, car les producteurs de piment cambodgiens dépendent actuellement de semences importées — principalement de Thaïlande — qui peuvent ne pas être totalement compatibles avec le climat local.

Le rapport indique que les stations de sélection du GDA et l’Institut cambodgien de recherche et de développement agricoles ont la capacité de mettre en œuvre des projets de sélection de piments, mais que des financements sont nécessaires.

Sin précise :

« Les investissements pour développer la chaîne de valeur du piment sont absolument nécessaires. Les acteurs du secteur privé, tel que les producteurs et les transformateurs, doivent augmenter leur capital pour stimuler la production et la capacité de transformation. Les banques privées et publiques, à savoir la SME Bank et la Rural and Agricultural Development Bank, jouent un rôle important en soutenant le capital de ces acteurs clés. »


Parmi les autres recommandations, citons la relocalisation des plantations de piment à des altitudes plus élevées pour compenser la faible production pendant la saison des pluies et l’enseignement aux agriculteurs des techniques de rotation des cultures pour réduire le risque de maladie.

Les techniques de transformation doivent également être révisées pour tirer parti de la demande accrue de piments rouges de Cayenne séchés. La combinaison des méthodes traditionnelles de séchage au soleil et de l’utilisation de machines à déshydrater permettraient de réduire les coûts d’électricité tout en permettant aux transformateurs d’augmenter leur production.

La formation et les investissements sont également indispensables pour accroître la capacité des transformateurs de poivre. Actuellement, les normes d’hygiène adéquates ne sont pas suivies de manière uniforme dans le secteur et les méthodes de stockage inadéquates conduisent à des produits de moindre qualité, précise le rapport.

Un délai de trois ans pour mettre en œuvre chacune de ses recommandations

L’étude a également analysé quatre grandes entreprises privées de production de poivre afin d’évaluer leur aptitude à l’exportation internationale et a constaté qu’une seule —La Plantation — était actuellement qualifiée. Les trois autres présentaient des lacunes dans des domaines tels que la capacité de traitement, le conditionnement adapté à l’exportation et la motivation à servir le marché d’exportation.

En outre, la GIZ soutiendra les petits exploitants de noix de cajou et de manioc du Cambodge, qui recevront bientôt un coup de pouce indispensable pour moderniser leurs techniques agricoles et atteindre des marchés plus vastes grâce à un nouveau financement de six millions d’euros (6,975 millions de dollars).

Les piments ont été choisis comme objet principal de l’étude après qu’un projet de recherche commandé par la GIZ et achevé en octobre 2020 eut révélé que le secteur des piments bénéficiait d’un soutien moindre de la part du développement et du secteur privé que les filières de la mangue et de la noix de cajou.

Malgré ce manque de soutien, les exportations de piment sont en hausse. Le Cambodge a exporté 67 547,34 tonnes de piments de janvier à juillet 2021, soit une augmentation de près de 50 % par rapport à l’année précédente.

Brian Badzmierowski avec notre partenaire Cambodia Investment Review