Agriculture : La Chine s’apprête à ouvrir les portes aux exportations de poisson « pra » cambodgien

La Chine importera du poisson « pra » du Cambodge dans un avenir proche, une fois que les experts auront évalué les risques sanitaires et donné le feu vert, a affirmé l’ambassadeur chinois au Cambodge, Wang Wentian.

Le poisson-chat Pangasius, la variété la plus communément désignée par le terme khmer « pra ».
Le poisson-chat Pangasius, la variété la plus communément désignée par le terme khmer « pra ».

« Pra » en langue khmère désigne généralement Pangasius djambal, mais pourrait décrire plus largement les poissons-chats tels que Helicophagus, Pangasianodon et Pangasius. Il n’était pas encore clair quelles espèces spécifiques pourraient être exportées.

S’exprimant lors de la cérémonie d’inauguration de la route nationale 11, M. Wang a déclaré que cette décision était motivée par une précédente rencontre virtuelle entre le Premier ministre Hun Sen et son homologue chinois Li Keqiang.

L’ambassadeur a déclaré que lorsque l’accord de libre-échange Chine-Cambodge (CCFTA) et le partenariat économique global régional (RCEP) entreront en vigueur, les efforts de Pékin et de Phnom Penh pour construire une communauté de destin entre les deux pays prendront un nouvel élan.

À cette occasion, Hun Sen a également mentionné qu’il avait demandé à la Chine d’acheter davantage de produits agricoles au Cambodge, en donnant la priorité au longane, et a suggéré le traitement de l’autorisation phytosanitaire de plusieurs produits à la fois.

« Étant donné que nous, Cambodgiens, sommes riches en “pra”, l’entrée sur l’énorme marché chinois encouragera l’élevage de ce poisson dans le Royaume… générant des revenus pour les agriculteurs cambodgiens », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre s’est dit confiant dans une reprise de la pisciculture, affirmant que la demande de marchés tels que celui de la Chine soutiendrait les espoirs des agriculteurs cambodgiens.

Les associations d’aquaculture et les pisciculteurs se sont félicités de la perspective d’expédier du poisson « pra » vers la Chine, l’un des principaux marchés pour les produits agricoles cambodgiens, mais ils ont exprimé des inquiétudes quant à une série de questions telles que la qualité, la sécurité et les exigences en matière de quantité et les prix.

Le président de l’Association cambodgienne d’aquaculture (CAA), Sok Raden, a déclaré au Post qu’un début précoce des exportations de poisson « pra » vers la Chine serait une aubaine pour le Royaume, en particulier pour les agriculteurs, mais que les défis concernant le coût de l’élevage du poisson-chat demeurent.

Il a noté qu’une part importante des poissons juvéniles et de la nourriture est importée, ce qui augmente les coûts de production et nuit à la compétitivité du produit.

« Mais je crois que le gouvernement réfléchit déjà à la manière d’attirer des investisseurs pour créer des usines d’aliments pour poissons au Cambodge, ce qui donnerait aux agriculteurs une plus grande marge de manœuvre pour augmenter la production et atteindre la rentabilité », a déclaré M. Raden.

De même, le vice-président de la Cambodia Safe Fish, Meat and Vegetables Association, Sok Yorn, a qualifié cette décision de victoire pour les agriculteurs, mais a fait remarquer que la plupart d’entre eux restaient un peu à la traîne en ce qui concerne les techniques nécessaires pour élever des poissons « pra » selon les normes souhaitées.

« Les exportations exigent qualité, sécurité et hygiène. Mais dans notre pays aujourd’hui, les techniques d’élevage sont encore assez primitives et une formation supplémentaire serait nécessaire pour que le projet d’expédition vers la Chine se déroule sans heurts », a-t-il déclaré.

Sovann, propriétaire d’un élevage familial de poissons « pra » dans le district de Santuk, dans le sud-est de Kampong Thom, a souligné que, compte tenu des coûts de production élevés, des programmes spéciaux seraient nécessaires pour aider les agriculteurs à exporter à des taux économiquement viables et compétitifs :

« En ce qui concerne l’élevage de poissons “pra” aujourd’hui, nous sommes confrontés à de nombreuses difficultés lorsqu’il s’agit d’exporter, car la plupart des agriculteurs cambodgiens dépensent beaucoup d’argent pour les élever, étant donné que presque 100 % des aliments et des poissons juvéniles sont importés du Vietnam. »

Selon M. Sovann, le prix du poisson « pra » élevé localement est passé de 5 000 riels (1,23 dollar) à un peu plus de 4 000 riels le kilogramme pendant le Covid.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône