Actualité : Le gouvernement royal consterné par la résolution du Parlement européen

Jeudi dernier, le Parlement européen a adopté trois résolutions sur le respect des droits humains en Turquie, en Chine et au Cambodge. Et, le Royaume n’a pas tardé à protester contre une menace directe de demander la suppression intégrale du régime privilégié « Tout Sauf les Armes ».

L'Assemblée nationale du Royaume du Cambodge
L'Assemblée nationale du Royaume du Cambodge

Position

Dans son communiqué, le parlement européen déclare :

« La répression continue contre l’opposition politique au Cambodge. Les députés ont condamné les actes de répression continus contre les politiques de l’opposition, les syndicalistes, les défenseurs des droits humains, les journalistes, les militants pour l’environnement ou encore les étudiants au Cambodge.

Ils ont souligné la manière dont le Premier ministre Hun Sen et son Parti du peuple cambodgien orchestrent cette répression massive, et ont exhorté le gouvernement à mettre un terme immédiat à toutes les formes d’intimidation et de harcèlement. De plus, ils ont invité les forces de l’ordre à cesser sans attendre de recourir à la force de façon inutile et excessive contre les personnes participant à des manifestations pacifiques. »

« La résolution condamne la dissolution par la Cour suprême cambodgienne du plus grand parti d’opposition du pays — le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC) — en novembre 2017. Elle appelle aussi à l’abandon immédiat des chefs d’accusation contre Kem Sokha, Sam Rainsy, Mu Sochua et d’autres politiques de l’opposition de haut rang. »

Exprimant leur vive inquiétude concernant le recul des droits humains au Cambodge en amont des élections municipales de juin 2022 et des élections nationales en 2023, les députés souhaitent que l’UE et la communauté internationale apportent leur soutien aux militants cambodgiens, aux défenseurs des droits humains et aux partis politiques empêtrés dans leur lutte pour récupérer un certain espace politique et civique dans le pays.

D’après eux, la Commission européenne devrait être prête à utiliser tous les instruments à disposition, y compris la suspension totale du régime « Tout sauf les armes » du Cambodge et d’autres sanctions, si les observateurs électoraux trouvent des éléments prouvant la tenue d’élections inéquitables.

Le texte a été adopté par 526 voix pour, 5 contre et 63 abstentions. Parmi les députés non favorables à cette prise de position se trouve Thierry Mariani qui a vivement réagi.

Mise au point de L’Assemblée nationale du Royaume du Cambodge

L’Assemblée nationale du Royaume du Cambodge a « pris note avec une profonde consternation de la résolution du Parlement européen sur la répression continue de l’opposition politique au Cambodge et rejette catégoriquement la résolution pour les raisons suivantes » :

En vertu de la Charte des Nations unies, tous les États, quels que soient leur taille et leur système politique, ont une souveraineté et un droit à l’autodétermination égaux, qui ne doivent pas être violés. En outre, le Traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est (TAC) de 1976 interdit l’ingérence dans les affaires intérieures des États membres de l’ASEAN. Le Cambodge, en tant qu’État indépendant et souverain, a pleinement le droit de gérer ses affaires publiques afin de protéger ses intérêts nationaux fondamentaux, conformément aux lois nationales et internationales.

La résolution du Parlement européen du 5 mai 2022 est trompeuse, partiale, politisée, unilatérale et totalement irrespectueuse d’un État souverain.

« Cette résolution ainsi que celles émises dans le passé sur le Cambodge ont délibérément ignoré les progrès des droits de l’homme et des réformes démocratiques dans le pays. Elles se sont appuyées uniquement sur des sources d’information douteuses provenant de politiciens de gauche et populistes, de militants politiques extrémistes et d’organisations de défense des droits de l’homme anti-gouvernementales, dont la plupart n’ont jamais visité le Cambodge ni échangé la moindre communication avec le gouvernement cambodgien. »

Vue restrictive

La résolution définit de manière restrictive la démocratie et les droits de l’homme comme acceptables uniquement lorsqu’il y a la participation de quelques anciens dirigeants de partis de gauche et populistes ou lorsqu’un parti politique dissous par décision de justice est restauré. Elle ignore totalement le droit national et les principes démocratiques du Cambodge qui n’accordent aucun privilège spécial à un individu ou à un parti politique qui a enfreint les lois cambodgiennes.

Le grief du Parlement européen concernant la règle du parti unique est également injustifié. Le Parti du peuple cambodgien (PPC) a été élu démocratiquement et constitutionnellement par le peuple cambodgien. Malgré l’appel au boycott électoral lancé par certains groupes lors des élections nationales de 2018, le taux de participation a été de 83,02 %, et 77 % d’entre eux ont voté pour le PPC en raison de leur confiance dans la capacité du parti à renforcer la paix, la stabilité politique et le développement socio-économique.

Améliorer l’environnement électoral

De nombreuses mesures ont été introduites pour garantir une élection communale libre, équitable, ordonnée, pacifique et transparente en juin, et le Comité national des élections, avec le soutien technique de nombreux partenaires de développement et d’organisations de la société civile, s’efforce de garantir la mise en place d’un environnement électoral propice et d’offrir des conditions de concurrence équitables à tous les partis politiques enregistrés, conformément aux principes de la démocratie électorale et du pluralisme politique. Comme le garantit la loi cambodgienne sur les partis politiques, la sélection et la nomination de tout membre d’un parti politique enregistré pour participer aux élections relèvent des droits légitimes et souverains, de la liberté totale et de l’entière discrétion du parti. Essentiellement, la nomination de S.E. Hun Manet en tant que futur candidat au poste de Premier ministre pour les élections nationales a été faite à l’unanimité lors d’un vote démocratique au sein du parti, conformément aux lois en vigueur dans le pays.

Retours autorisés

La loi cambodgienne sur les partis politiques a été modifiée pour permettre aux politiciens bannis par la justice de revenir en politique. En conséquence, au moins 32 d’entre eux ont été rétablis dans leurs droits politiques, et certains ont formé six nouveaux partis politiques pour participer aux élections. D’autres anciens responsables du parti de gauche et du parti populiste ont malheureusement hésité à demander leur réintégration, car ils ont été qualifiés de « traîtres » par l’ancienne direction de leur parti.

Dans le cas de M. Kem Sokha, son procès a toujours été transparent et participatif. Suite à l’amélioration de la situation de la pandémie de COVID-19 au Cambodge, les audiences ont repris le 19 janvier 2022. La rapidité des audiences sur les accusations de conspiration visant à renverser le gouvernement est laissée à la discrétion du tribunal. Nous souhaitons souligner que la question de la conspiration avec des pays étrangers pour renverser un gouvernement légitime n’est tolérée par la loi d’aucun pays, y compris dans les pays de l’Union européenne.

Rester ferme

Le Cambodge est pleinement déterminé à protéger et à promouvoir les droits de l’homme et la démocratie en vertu de la Constitution, dans le cadre de l’État de droit, et conformément au contexte social, historique et culturel du pays. Le Cambodge reste ferme dans son engagement à renforcer la démocratie et le pluralisme politique afin de garantir une paix, une sécurité et une stabilité durables pour le pays.

Liberté d’expression

L’exercice des libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique s’accompagne de responsabilités et de limitations prévues par les lois nationales et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et l’UE devrait s’abstenir d’appliquer deux poids, deux mesures en matière de transparence et de responsabilité. L’UE devrait s’abstenir d’appliquer deux poids, deux mesures en matière de transparence et de responsabilité. Blâmer la loi cambodgienne sur les associations et les organisations non gouvernementales pour avoir introduit les principes de transparence et de responsabilité en matière de financement et d’activités des ONG financées par l’étranger est un bon exemple de deux poids, deux mesures et d’hypocrisie. En tant que petit pays, le Cambodge abrite plus de 2 000 médias numériques et traditionnels, y compris ceux qui critiquent le gouvernement cambodgien, ainsi que près de 6 000 syndicats et quelque 6 000 ONG enregistrées.

« Le Parlement européen devrait plutôt s’attacher à traiter les problèmes souvent déguisés en une forme de liberté d’expression de la part de certains groupes politiques de gauche et populistes, qui peuvent déclencher l’instabilité et la division sociales, et inciter les gens à la violence, comme les fake news, les discours de haine, la diffamation et le racisme. », souligne L’Assemblée nationale.

L’Assemblée nationale du Royaume du Cambodge exhorte le Parlement européen à considérer les droits de l’homme et la démocratie au Cambodge de manière objective, en tenant compte de nos contextes nationaux et historiques, et à s’abstenir de sa pratique habituelle de deux poids, deux mesures.

Coopération sans agenda

Nous appelons à une véritable coopération sans agenda caché de la part du Parlement européen pour travailler avec le Cambodge au renforcement du multilatéralisme afin de relever les défis communs auxquels le monde est confronté, tel que le changement climatique, les pandémies, les crimes transfrontaliers et l’insécurité alimentaire, ainsi que pour promouvoir les liens entre les peuples, la croissance inclusive et verte et le développement durable.

Le Cambodge est prêt à travailler avec le Parlement européen pour améliorer les relations et pour renforcer le partenariat stratégique ASEAN-UE selon les principes de souveraineté et d’indépendance égales et sur la base du respect mutuel, de la confiance mutuelle, de la compréhension mutuelle et de l’intérêt mutuel pour la paix et la prospérité de l’humanité. »

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône