Actualité & Cambodge : Le Père François Ponchaud quitte définitivement le Royaume

Auteur du livre « Cambodge : Année zéro » et témoin de la prise de Phnom Penh en 1975, le Père François Ponchaud, 83 ans, a annoncé qu’il rentrerait définitivement en France à la mi-décembre pour prendre sa retraite dans l’un des centres des Missions Étrangères de Paris.

Le Père François Ponchaud
Le Père François Ponchaud. Photographie Yann Defond (CC)

Arrivé au Cambodge le 8 octobre 1965, François Ponchaud fut l’un des derniers étrangers à quitter le Cambodge après la prise de pouvoir par les Khmers rouges le 17 avril 1975. Après avoir passé des semaines dans l’enceinte de l’ambassade de France à Phnom Penh, M. Ponchaud sera déporté par le régime de Pol Pot.

Il aura été l’un des rares Occidentaux à élever la voix contre les exactions des Khmers rouges dès la prise de la capitale. Il sera l’invité de nombreuses émissions et intervenant dans plusieurs documentaires pour relater son expérience de l’évacuation forcée de Phnom Penh.

François Ponchaud sera également entendu comme témoin lors du procès plutôt controversé des dirigeants khmers rouges. Il est l’auteur de « Cambodge : Année zéro » un livre essentiellement constitué d’extraits du journal personnel qu’il tenait depuis la chute de Phnom Penh, le prêtre catholique livrera alors l’un des premiers témoignages détaillés de ce qui se passait réellement sous le régime de terreur des Khmers rouges.

La journaliste Dane Cuypers publiera ses entretiens avec le prêtre dans un ouvrage intitulé « L’impertinent du Cambodge » et dans lequel celui qu’on surnomme « l’ami du Cambodge » exprime quelque amertume quant à sa mission :

« Nous avons importé un modèle d’Église clé en main, à l’occidentale, nous avons perdu l’occasion de construire une Église véritablement khmère »

M. Ponchaud confie avoir travaillé dur pour intégrer les traditions et la pensée bouddhistes afin de rendre le message chrétien pertinent et compréhensible pour les Cambodgiens.

Mais, selon lui peu d’autres missionnaires partagent son effort. Pour lui, le catholicisme au Cambodge s’appuie aujourd’hui trop sur son vaste réseau caritatif bien financé.

« Nous achetons les pauvres. Si on enlevait la générosité financière de l’Église du Cambodge, le nombre de chrétiens fondrait comme neige au soleil », confiait-il.

Dans une lettre récente adressée à ses amis, M.Ponchaud invoque de sérieux problèmes de santé pour expliquer son départ du Royaume et indique qu’il devrait arriver en France le 17 décembre prochain pour des examens médicaux.

Bien que son témoignage de 1975 fût parfois controversé, le Père Francois Ponchaud demeurera à jamais un témoin « privilégié » de l’histoire du pays et un homme profondément et généreusement attaché à son pays d’accueil.

0 commentaire