Actualité & Économie : La Banque Nationale du Cambodge exhorte le public à se passer du dollar US

Le gouverneur adjoint de la Banque Nationale du Cambodge exhorte les entreprises, les institutions financières et le grand public à favoriser l’utilisation de la monnaie locale et à moins dépendre du dollar américain.

Le sous-gouverneur de la Banque Nationale du Cambodge (BNC), Sum Sannisith, a fait ces commentaires à l’occasion du 42e jour du riel, célébré le 20 mars pour commémorer la réintroduction du riel au Cambodge.

Au cours des 42 dernières années, la présence du riel a « contribué de manière significative » à la « restauration et à la construction de la souveraineté économique et sociale » grâce à son rôle d’échelle de valeur, de moyen de paiement et d’épargne, a déclaré M. Sannisith, ajoutant que « le riel a traversé de nombreux obstacles avant de devenir la monnaie de confiance qu’il est aujourd’hui ».

Parmi ces obstacles, citons la perte totale de confiance dans le riel après l’ère de Pol Pot et l’instabilité politique qui a suivi et qui a frappé le royaume jusqu’à la fin de 1998. La crise économique, qui s’est produite parallèlement dans les années 1980, a également entraîné une forte inflation et une dépréciation du riel, donnant lieu à l’utilisation généralisée du dollar américain dans l’économie cambodgienne à partir du début des années 1990, qui s’est poursuivie jusqu’à ce jour, a-t-il ajouté.

M. Sannisith note également que l’utilisation continue du dollar américain au sein de la population cambodgienne signifie que « davantage d’implication sera nécessaire pour promouvoir l’utilisation du riel par toutes les parties prenantes, y compris les ministères, les institutions publiques et privées, les sociétés, les entreprises et le grand public.

Le gouvernement et la BNC ont défini une politique visant à promouvoir l’utilisation du riel depuis le début des années 2000, après que la « situation macroéconomique » du Royaume soit devenue plus stable, a-t-il précisé.

« La mise en œuvre de ces politiques, combinée à la participation de toutes les parties prenantes, a conduit à une augmentation régulière du volume du riel en circulation, tandis que la valeur du riel s’est stabilisée, ce qui reflète la demande croissante pour cette monnaie », a-t-il ajouté.

M. Sannisith souligne également qu’étant donné que le Cambodge et d’autres pays continuent de faire face à l’incertitude due à la crise actuelle de Covid-19, l’utilisation du riel par le secteur bancaire est devenue plus importante pour renforcer la résilience de l’économie par l’assouplissement des taux d’intérêt, « pour encourager l’investissement et la consommation, ainsi que pour fournir des liquidités supplémentaires à l’économie ».

Le secrétaire général de l’Association cambodgienne de microfinance (CMA), Phal Vandy, a rappelé que l’association imposait à tous ses membres d’accorder des prêts aux clients en riel dans la mesure du possible. Il a ajouté qu’à l’heure actuelle, 20 % des membres de l’association accordaient des prêts en riel, dépassant la limite fixée par la BNC (10%) — ce qui reflète leur participation active à la promotion du riel comme monnaie nationale.

« La vision de l’association est que nous voulons augmenter la part en riel du prêt à un niveau compris entre 30 et 50 pour cent », a déclaré M. Vandy.

« Mais cela nécessite la participation du public, qui est un facteur important en dehors des efforts des institutions membres de la CNB pour promouvoir l’utilisation régulière du riel. »

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône