Énergie & PNUD : « Le Cambodge est le pays s'électrifiant le plus rapidement au monde

Il reste moins de huit ans pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable (ODD). Constatant qu’une grande partie du monde prenait du retard, les dirigeants du monde entier ont appelé à une « Décennie d’action », s’engageant à mobiliser des financements, à améliorer la mise en œuvre nationale et à renforcer les institutions pour atteindre les objectifs à la date butoir de 2030.

Selon l'Autorité de l'électricité du Cambodge, 350 villages restent privés d'électricité au début de l'année 2022. Pour éclairer le dernier kilomètre (qui désigne la dernière étape d'un processus), le gouvernement prévoit dans l'immédiat de connecter environ 170 villages au réseau électrique national au cours des cinq à sept prochaines années.
Selon l'Autorité de l'électricité du Cambodge, 350 villages restent privés d'électricité au début de l'année 2022. Pour éclairer le dernier kilomètre (qui désigne la dernière étape d'un processus), le gouvernement prévoit dans l'immédiat de connecter environ 170 villages au réseau électrique national au cours des cinq à sept prochaines années.

L’accès à l’énergie est l’un de ces avantages faciles à atteindre qui procurent de nombreux bénéfices : réduction de la pauvreté, élargissement des opportunités et amélioration de la santé, de la productivité et du niveau de vie. C’est pourquoi l’ODD7 vise à garantir l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous et partout.

L’année dernière, pour aborder cet objectif mondial en particulier, plus de 130 dirigeants mondiaux, dont des chefs d’État et de gouvernement, des ministres, des chefs de secrétariat d’entités des Nations unies et d’organisations internationales, des PDG et d’autres représentants de parties prenantes multiples, ont participé au dialogue de haut niveau sur l’énergie à l’Assemblée générale des Nations unies. À la fin de la réunion, les délégués ont dévoilé une feuille de route mondiale pour accélérer l’action de l’ODD7 et ont annoncé de nouveaux objectifs ambitieux, ainsi que plus de 400 milliards de dollars de nouveaux financements et investissements visant à réaliser l’accès universel à l’énergie et des émissions nettes nulles.

La feuille de route appelle également à la coopération internationale pour hiérarchiser et mobiliser les financements publics et privés afin d’accélérer la transition énergétique. Elle reconnaît que la connectivité du dernier kilomètre est un défi, mais qu’elle est réalisable grâce à des investissements publics et à la réaffectation des subventions aux combustibles fossiles. Un soutien public plus important devrait permettre de débloquer et d’atténuer les risques liés aux investissements du secteur privé.

La rapidité du Cambodge

Le Cambodge connaît bien la valeur de l’accès à l’énergie et a fait des progrès considérables au cours des deux dernières décennies, au point que la Banque mondiale l’a qualifié de « pays s’électrifiant le plus rapidement au monde ». Pour mériter cette distinction, le Royaume a étendu l’accès à l’énergie, qui est passé de 6,6 % en l’an 2000 à un étonnant 97,5 % à la fin de 2021.

Selon l’Autorité de l’électricité du Cambodge, 350 villages restent privés d’électricité au début de 2022. Pour apporter la lumière au dernier kilomètre (qui fait référence à la dernière étape d’un processus), le gouvernement a des plans immédiats pour connecter environ 170 villages au réseau électrique national au cours des cinq à sept prochaines années.

il reste encore 180 villages hors réseau, dont beaucoup abritent les populations les plus vulnérables du Cambodge
Il reste encore 180 villages hors réseau, dont beaucoup abritent les populations les plus vulnérables du Cambodge

Mais il reste encore 180 villages hors réseau, dont beaucoup abritent les populations les plus vulnérables du Cambodge — peuples autochtones et minorités ethniques, femmes, filles, enfants, jeunes, personnes handicapées, personnes âgées et populations déplacées.

Il ne sera pas facile de les atteindre, car ces communautés sont dispersées et éloignées, sans accès routier, et souvent dans des zones flottantes. En outre, il ne suffit généralement pas de raccorder une communauté au réseau national, car l’accès à l’électricité, sa fiabilité et son caractère abordable restent problématiques.

Près des deux tiers des ménages raccordés au réseau connaissent de fréquentes coupures de courant. Ainsi, dans sa politique d’électrification rurale, le gouvernement a demandé un soutien pour fournir de l’électricité aux villages restants et accroître la fiabilité de l’énergie pour ceux qui sont déjà connectés au réseau.

Des éléments clés qui font partie de la solution

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) répond à cet appel. Son plan stratégique 2022-25 comprend un engagement audacieux visant à aider 500 millions de personnes dans le monde à accéder à une énergie propre d’ici 2025, « sans laisser personne de côté ». Il faut davantage de donateurs et de partenaires de développement pour soutenir cet élan et promouvoir une approche garantissant un accès à l’énergie abordable et fiable : Transfert de solutions nouvelles et viables pour l’accès à l’énergie qui répondent aux divers besoins et à la demande d’électricité.

L’Électricité du Cambodge (EDC), par le biais de son Fonds d’électrification rurale, a soutenu les systèmes solaires domestiques pour l’accès à l’électricité dans les communautés hors réseau.

Le PNUD complète ces efforts par l’installation de mini-réseaux solaires qui offrent une solution viable pour étendre la disponibilité de l’énergie et réduire les défis techniques des systèmes solaires domestiques traditionnels avec une courte durée de vie des batteries, tout en répondant à des demandes d’énergie variées — électricité pour la cuisine, le chauffage, le broyage, etc. Les mini-réseaux sont également plus faciles à entretenir et à maintenir, grâce aux progrès technologiques et aux économies d’échelle.

Selon le PNUD :

« Travailler en étroite collaboration avec les ONG et les institutions locales qui connaissent bien les communautés hors réseau pour les aider à gagner la confiance des communautés et à comprendre le paysage socio-économique s’avère indispensable. »

Les ONG et institutions locales jouent un rôle important dans les applications productives de l’énergie et l’amélioration des moyens de subsistance. Le PNUD s’est associé à International Cooperation Cambodia (ICC), une ONG locale de la province de Ratanakkiri, ce qui a permis de gagner la confiance des communautés et d’accélérer la mise en œuvre du projet.

Impliquer la communauté dès le début pour renforcer sa capacité à exploiter et à entretenir le système hors réseau, car il n’est pas facile d’accéder à certaines de ces communautés en cas de problèmes techniques. Étant donné les impacts directs de l’accès à l’énergie sur la santé, le bien-être et les opportunités des femmes, celles-ci sont impliquées dans toutes les étapes et dans la prise de décision. Les décisions comprennent la mise en place d’un mécanisme de gestion et la fixation d’un prix de l’électricité abordable, qui couvre le coût de la maintenance et garantit le raccordement de tous les ménages d’un village à l’alimentation électrique, selon le principe de l’inclusion et de l’absence de retard.

S’engager avec des entités du secteur privé telles que les entreprises d’électrification rurale (EER). Ces entreprises fournissent de l’électricité à 39 % des foyers cambodgiens. Elles ont également joué un rôle important dans l’extension des réseaux de distribution d’électricité aux zones reculées. Les EER intègrent l’électrification des villages hors réseau dans leur modèle économique en utilisant des mini-réseaux. Il est nécessaire de réexaminer le Fonds d’électrification rurale afin d’étendre son champ d’action au financement de l’électrification hors réseau, car il a été créé à l’origine pour accroître l’électrification, ce qui a été largement réalisé.

Répondre à l’appel

Le gouvernement japonais a déjà répondu à la demande du Cambodge en annonçant un soutien financier pour une nouvelle initiative intitulée « Accès inclusif aux énergies renouvelables dans les zones rurales », qui prévoit l’installation de mini-réseaux solaires et la formation des communautés locales à leur maintenance. Le projet, mis en œuvre par le PNUD et le ministère des Mines et de l’Énergie, bénéficiera à 1 300 ménages, améliorant ainsi la qualité de vie d’environ 6 000 personnes, grâce à un accès direct à une énergie propre fiable et abordable. Il s’agit également d’étendre les modèles commerciaux durables actuels, notamment les mini-réseaux appartenant à la communauté et exploités par les EER.

Une source d’électricité fiable, durable et abordable est un facteur de progrès et de réduction de la pauvreté. Les systèmes énergétiques soutiennent tous les secteurs, de la médecine à l’éducation en passant par l’agriculture, la fabrication, les infrastructures, les communications et la technologie, entre autres. Par conséquent, les sociétés modernes dépendent fortement de services énergétiques fiables et abordables pour fonctionner harmonieusement et se développer équitablement. À ce titre, le PNUD est prêt et s’engage à étendre ses efforts et ses partenariats avec les partenaires de développement nationaux et internationaux afin de mettre à l’échelle des modèles éprouvés qui garantissent l’accès à l’énergie pour tous les Cambodgiens.

 

Par S.E. Suy Sem, ministre des Mines et de l’Énergie. Mikami Masahiro, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon auprès du Royaume du Cambodge et Alissar Chaker représentante résidente du PNUD au Cambodge. Photos : Christophe Gargiulo

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône