Économie & Société : La voix des jeunes Cambodgiens à propos du monde des affaires dans le Royaume

Parmi les nombreux domaines d’études au Cambodge, le monde des affaires a toujours le vent en poupe et figure parmi les filières de premier cycle les plus populaires auprès des étudiants cambodgiens. Cependant, à mesure que la société évolue, l’étude du commerce peut produire des résultats différents pour les prochaines générations.

Lim Presana est actuellement étudiante en troisième année à l’Université américaine de Phnom Penh (AUPP). Photo fournie.
Lim Presana est actuellement étudiante en troisième année à l’Université américaine de Phnom Penh. Photo fournie

Lors d’une interview avec Cambodianess, Lim Presana, étudiante en troisième année à l’Université américaine de Phnom Penh (AUPP), fait part de ses réflexions et de ses idées sur les études de commerce.

Ky Chamna : Les études de commerce atteignant un point de saturation sur le marché cambodgien, qu’est-ce qui vous a poussé à suivre cette filière ?

Lim Presana : Il y a certainement plus d’étudiants qui se spécialisent dans le commerce, mais il y a encore plus d’opportunités dans l’économie à forte croissance du Cambodge. Personnellement, je n’ai pas l’impression qu’un diplôme de commerce possède moins de valeur qu’un autre diplôme de premier cycle, et je n’adhère tout simplement pas à l’idée qu’il y a moins de possibilités pour les diplômés en commerce de décrocher des emplois bien rémunérés ou qu’il n’y a pas d’avenir au-delà de l’entrepreneuriat.

« Je pense que le fait d’être diplômé en commerce me permet d’avoir une vision plus large et de comprendre le fonctionnement de différents départements tels que le marketing, les finances, les ressources humaines et les services administratifs »

En outre, je suis également en mesure de développer des compétences essentielles telles que la communication commerciale, l’esprit critique et la flexibilité. Cela étant dit, j’aime le fait qu’après avoir obtenu mon diplôme, je ne serai pas enchaînée à un parcours professionnel spécifique, que je pourrai poursuivre ma véritable passion dans n’importe quel domaine, car les étudiants en commerce sont formés pour être polyvalents !

Ky Chamna : La façon dont les gens géraient leurs affaires au début des années 2000 et 2010 n’est plus la même qu’aujourd’hui. D’après ce que vous avez appris, l’étude du commerce aidera-t-elle les étudiants à mieux gérer leur propre entreprise par rapport à leurs homologues des décennies précédentes ?

Lim Presana : La réponse est un grand OUI. Dans le passé, les entreprises pouvaient survivre en raison d’une demande élevée et d’une offre moindre, ainsi que d’une concurrence faible ou inexistante, quelle que soit la qualité de leurs produits et services. Plus important encore, les anciennes générations gèrent encore leurs entreprises de manière traditionnelle.

Aujourd’hui, notre économie et notre société sont devenues extrêmement dynamiques. Le niveau de vie, les connaissances des consommateurs, la concurrence, sans oublier les progrès technologiques, se sont considérablement améliorés.

« Vous ne pouvez pas gérer une entreprise avec succès comme vous le faisiez il y a dix ans »

La nouvelle génération d’étudiants en commerce apportera un large éventail de connaissances et de normes qui aideront les entreprises à fonctionner de manière plus efficace et efficiente. Nous sommes en mesure de comprendre et d’utiliser la technologie à notre avantage pour changer d’échelle, mieux comprendre les clients et le marché. Enfin, les étudiants en commerce d’aujourd’hui sont mieux préparés et peuvent s’adapter au changement beaucoup plus rapidement.

Ky Chamna : Le secteur des affaires n’est pas facile. Il faut beaucoup d’efforts et de temps pour créer et maintenir des opérations. D’un autre côté, les connaissances théoriques et pratiques sont plus ou moins aussi importantes pour les étudiants universitaires. Envisagez-vous de diriger votre propre entreprise ou de travailler pour une entreprise existante ?

Lim Presana : Heureusement, à l’AUPP, nous sommes tenus de suivre un programme de stage dans le cadre de notre cursus. Cette opportunité nous permet de nous familiariser avec le monde de l’entreprise et d’acquérir une véritable expérience professionnelle. Au cours de ce stage, nous avons tous l’occasion de réfléchir à la question de savoir si nous voulons suivre cette voie ou si nous voulons changer d’orientation. Pour ma part, je n’ai pas encore effectué mon stage, mais j’ai décidé de me laisser le champ libre si une « carrière de 8 à 17 heures » me convient.

En parlant d’options, ma priorité numéro un après l’obtention du diplôme est de m’impliquer dans l’entreprise familiale. Je pense que travailler avec et pour mes parents n’est pas différent de travailler pour quelqu’un d’autre. En fait, ce sera plus gratifiant. Parmi les avantages, il y a le fait de pouvoir faire l’expérience de la gestion d’une entreprise, d’être plus résistant parce que les échecs sont effrayants quand il s’agit de l’entreprise familiale et enfin, de pouvoir gérer les hauts et les bas avec ses parents.

Ky Chamna : Certains aspects des affaires au Cambodge sont encore assez confus. Certains prétendent que, pour être bon en affaires, il faut charger comme un soldat et s’occuper concrètement des affaires. D’autres affirment que les connaissances théoriques sont également cruciales avant de gérer une entreprise. Quel est votre avis sur la question ?

Lim Presana : Ce que j’ai appris en regardant mon père diriger l’entreprise familiale et ce qu’on m’a enseigné à l’université, c’est que les connaissances théoriques et pratiques sont aussi importantes les unes que les autres. Vous ne pouvez pas avoir l’un ou l’autre, vous avez besoin des deux. Les connaissances théoriques nous permettent de découvrir directement comment certaines procédures sont effectuées dans une entreprise. Elles illustrent ce qui pourrait mal se passer si vous prenez certaines décisions. Elles nous apprennent comment mitiger les décisions qui sont potentiellement néfastes, et surtout comment se remettre des mauvaises décisions qui ont été prises.

« En d’autres termes, il n’existe pas de formule « 1 % de connaissances, 99 % de courage » qui vous assure une victoire dans le monde de l’entrepreneuriat »

Oui, je suis d’accord pour dire que certaines erreurs font partie de la courbe d’apprentissage. Cependant, dans une entreprise, les erreurs coûtent de l’argent. Par conséquent, vous ne voulez pas commettre des erreurs qui pourraient être évitées si vous aviez acquis les connaissances nécessaires au préalable.

En ce qui concerne les connaissances pratiques, même si vous êtes propriétaire d’un hôtel et que vous n’êtes pas tenu d’effectuer vous-même tous les travaux à forte intensité de main-d’œuvre et les travaux d’entretien, vous devez quand même savoir comment ces tâches sont effectuées à un certain niveau. Ces connaissances pratiques s’avèrent vraiment utiles en cas de mécontentement : les nettoyeurs gaspillent trop de produits de désinfection, ou les agents d’entretien surfacturent leurs services parce qu’ils supposent que vous ne connaissez pas la différence entre le nettoyage de la climatisation et la réparation de son tuyau. Vous pouvez alors facilement faire part du problème et aussi de la solution aux nettoyeurs et éviter des dépenses inutiles dans votre entreprise.

Ky Chamna : Lorsqu’il s’agit d’affaires, croyez-vous personnellement à la chance, pensez-vous que celle-ci joue toujours un rôle crucial dans la conduite du destin d’une entreprise ?

Lim Presana : Je crois à la chance et au destin dans une certaine mesure, principalement parce que ma famille est un peu religieuse. Il y a cette expression « bonne occasion, mauvais moment » ou « bon moment, mauvaise occasion » dans la vie comme dans les affaires, et c’est pourquoi certaines personnes passent à côté d’opportunités d’affaires et parfois elles se préservent des pertes. Néanmoins, chacun ne doit pas s’attarder éternellement sur les chances gâchées ou les mauvais investissements et doit trouver un moyen d’aller continuellement de l’avant. Sinon, vous ne réussirez jamais.

Ky Chamna : Pensez-vous que vos professeurs à l’Université américaine de Phnom Penh vous offrent une quantité appropriée de connaissances dans le secteur du commerce ?

Lim Presana : Oui, les professeurs de l’AUPP ont apporté une grande quantité de connaissances. Ils ont également apporté des perspectives et des expériences différentes dans chaque cours. En outre, nous suivons le système éducatif et le programme d’études américains. Le système éducatif américain encourage les étudiants à participer activement aux cours, à rester toujours curieux et à exercer une pensée critique. Par conséquent, il n’est pas étrange que les professeurs ne parlent et n’enseignent qu’environ 40 % du programme en classe, les 60 % restants étant laissés aux étudiants pour qu’ils explorent et posent des questions lorsqu’ils en ont besoin, ce qu’ils doivent faire et font généralement. En ce qui concerne le programme, les étudiants en commerce de l’AUPP sont soumis à un large éventail de disciplines englobant non seulement l’économie, la finance et la comptabilité, le marketing et la gestion des ressources humaines, mais aussi des connaissances générales cruciales telles que la communication orale, le droit des affaires, l’histoire, les technologies de l’information et les arts. En outre, l’AUPP présente et accueille de nombreuses possibilités de bénévolat et d’activités extrascolaires pour que les étudiants puissent élargir leurs connaissances et leur expérience.

Ky Chamna avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône