Économie : Obligations souveraines pour que le pays sorte de la catégorie des pays les moins avancés

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Cambodge devrait sortir de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) en 2027 ou 2028. L’organisation internationale de développement a recommandé l’expansion des instruments de prêt nationaux, notamment l’émission d’obligations souveraines en riels khmers.

Billet de 100 000 Riels
Billet de 100 000 Riels

Malgré son statut de pays à revenu moyen inférieur, le Cambodge continuera probablement à être classé parmi les PMA jusqu’en 2027-2028. Cela pourrait se traduire par une baisse de l’aide publique au développement (APD), mais le pays restera une ressource à moyen terme et un catalyseur pour d’autres sources de financement du développement, indique le rapport d’évaluation du financement du développement au Cambodge.

Le statut de PMA offre des privilèges commerciaux préférentiels et très avantageux. L’accès continu au financement à des conditions de faveur peut aider à consolider les avancées récentes et à relever les défis et les opportunités de développement actuels et émergents.

Selon le PNUD, le Cambodge peut espérer sortir du statut de pays moins avancé vers la fin des années 2020. Le moment est venu de préparer de nouvelles sources de financement, comme le dit clairement ce rapport.

« Par exemple, la possibilité d’émettre des obligations en riels khmers est une option envisagée et fortement soutenue par le PNUD »

Les obligations souveraines, associées à la dédollarisation de l’économie cambodgienne, sont un objectif déclaré de la Banque Nationale et du gouvernement cambodgien. En septembre de l’année dernière, un projet de loi a été publié pour permettre aux obligations d’État d’être cotées pour la première fois sur le Cambodia Securities Exchange (CSX).

Cependant, les investisseurs se sont opposés aux plans de dédollarisation, affirmant que l’économie fortement dollarisée du Cambodge est un argument majeur pour promouvoir l’investissement direct étranger (IDE). En outre, il s’agit d’une protection contre une crise monétaire potentielle telle qu’une dévaluation drastique de la monnaie, accompagnée d’une volatilité des marchés et d’un manque de confiance dans l’économie du pays.

En réponse, le PNUD a remis en question ce sentiment, arguant qu’une économie fortement dollarisée pouvait être bénéfique pour certains investisseurs, mais que c’était toujours une bonne chose pour le peuple cambodgien :

« La dollarisation a un prix à payer pour le Cambodge en termes de souveraineté et de politique monétaire, le gouvernement ne peut pas mener librement des politiques monétaires »

« L’augmentation et la diminution de la masse monétaire sont presque égales aux entrées et sorties de devises étrangères. Dans cette situation, la banque centrale du Cambodge ne peut pas faire grand-chose pour contrôler l’offre de monnaie. Par le biais des politiques monétaires, la banque centrale pourrait s’efforcer de stabiliser le niveau des prix, le niveau des taux d’intérêt ainsi que d’aider à gérer les fluctuations économiques. »

Selon le rapport du PNUD, le financement total disponible pour soutenir le développement du Cambodge devrait doubler pour atteindre 23,4 milliards de dollars en 2025, contre 10,5 milliards de dollars en 2015. Les flux d’aide publique au développement (APD), qui comprennent à la fois les dons et les prêts, sont restés importants, représentant 7,9 % du PIB en 2020, mais devraient tomber à 7,4 % en 2025. Dans le même temps, leur composition s’est de plus en plus déplacée des dons vers les prêts, et souvent avec des conditions moins avantageuses.

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Article en anglais ici

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône