Économie: les grands exportateurs de riz pourraient perdre des parts de marché au profit du Cambodge

Les exportateurs de riz cambodgiens devraient bénéficier de la baisse des parts de marché des principaux exportateurs que sont l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam, le Pakistan et les États-Unis au cours des dix prochaines années.

Récolte de riz au Cambodge. Illustration EIF
Récolte de riz au Cambodge. Illustration EIF

Cette projection figure dans les perspectives agricoles annuelles de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) — un club de pays riches — et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Publiées lundi à Paris et à Rome, les perspectives décennales prévoient que le commerce mondial des céréales — y compris le blé, le maïs et le riz — augmentera de 21 % pour atteindre 542 millions de tonnes en 2030.

« L’Inde, le Vietnam et la Thaïlande continueront de dominer le commerce mondial du riz, mais le Cambodge et le Myanmar devraient jouer un rôle de plus en plus important dans les exportations mondiales de riz », indique le rapport.

Au cours des dix dernières années, le commerce international du riz a progressé à un taux moyen de 1,5 % par an. La croissance du commerce du riz devrait s’accélérer pour atteindre environ 2,6 % par an au cours de la prochaine décennie, les exportations augmentant de 16 millions de tonnes pour atteindre 62 millions de tonnes en 2030.

« La part des exportations des cinq principaux exportateurs de riz — l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam, le Pakistan et les États-Unis — devrait passer de 74 % à 70 % », indique le rapport.

Les changements de variétés et l’accent mis sur la culture de souches de meilleure qualité « aideront certainement le Vietnam à réduire sa dépendance à l’égard de la Chine », ajoute le rapport.

Dans le même temps, « la Thaïlande devrait continuer à jouer un rôle important dans les exportations, mais devrait être confrontée à une concurrence accrue ».

« Le groupe des cinq plus grands exportateurs perdra des parts de marché au profit des pays des pays moins développés (PMA) d’Asie, notamment le Cambodge et le Myanmar, car ces pays deviennent plus compétitifs au niveau international. »

Selon les perspectives, les expéditions de riz des pays asiatiques moins développés devraient plus que doubler, passant de 4 millions de tonnes à 10 millions de tonnes d’ici 2030.

« Les importantes réserves exportables permettront à ces pays de s’emparer d’une plus grande part des marchés asiatiques et africains. »

Les perspectives notent que la variété de riz Indica représentait historiquement la majorité du riz échangé au niveau international.

« Toutefois, la demande d’autres variétés devrait continuer à croître au cours des dix prochaines années », indique le document.

L’autre principale variété de riz faisant l’objet d’échanges internationaux est la variété Japonica.

« Malgré leurs structures de marché différentes en termes de zones de production, de préférences des consommateurs et de politiques, la plupart des modèles agricoles ne font pas de distinction entre les deux variétés », souligne le document.

À moyen et long terme, cependant, le changement climatique devrait affecter la production des deux variétés.

Les projections réalisées à l’aide d’un nouveau modèle Rice Economy Climate Change ont montré que les prix internationaux du riz Japonica seraient « plus instables » que ceux du riz Indica.

La modélisation a également examiné l’impact des investissements agricoles sur les marchés du riz Indica et Japonica, y compris la stabilité des prix, sur la base de six scénarios de changement climatique à moyen et long terme.

Dans le cadre de deux scénarios, la modélisation a démontré que les systèmes de connaissances et d’innovation au Vietnam et en Chine « joueront un rôle important dans la stabilisation des prix internationaux du riz Indica et Japonica… à moyen et long terme, étant donné que la production de riz est de plus en plus affectée par le changement climatique ».

Le modèle inclut les marchés de l’Indica et du Japonica en Thaïlande, au Vietnam, en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, au Cambodge, au Laos, au Myanmar, en Chine, au Japon, en Corée, en Inde, aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Royaume-Uni, au Bangladesh, au Sri Lanka, au Népal, au Pakistan, au Brésil, en Côte d’Ivoire, en Égypte, à Madagascar et au Nigeria.

Sources : OCDE & FAO

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône