Économie : Les exportations de tabac cambodgien se portent bien cette année

Selon le ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, le Cambodge a exporté 4 789,68 tonnes de feuilles de tabac sec de janvier à juillet, soit une augmentation de 100 % par rapport à la période correspondante de l'année dernière.

Des agriculteurs préparent des feuilles de tabac à sécher dans le district de Kroch Chhmar, province de Tbong Khmum. Photo The Post
Des agriculteurs préparent des feuilles de tabac à sécher dans le district de Kroch Chhmar, province de Tbong Khmum. Photo The Post

Le Vietnam reste le premier marché de destination, avec 4 687,7 tonnes, soit une part de 97,87 %, suivi de Taiwan (47,25 tonnes), de la Hongrie (39,60 tonnes), des Philippines (15,11 tonnes) et de l'Afrique du Sud (0,02 tonne).

Le tabac est principalement cultivé dans les provinces de Tbong Khmum, Kampong Cham et Kratie, et en moindre quantité à Kandal. Les semis sont généralement plantés en septembre-octobre et les plantes sont récoltées entre mars et mai de l'année suivante.

Heng Nath, cultivateur de tabac dans le district de Kroch Chhmar de Tbong Khmum, confie que la récolte s'est achevée en mai avec des rendements similaires à ceux de l'année dernière, et que la quasi-totalité de la récolte avait été achetée par des négociants de toutes les régions du pays ou du Vietnam.

« Bien que la culture du tabac et les superficies dans ma région n'aient pas augmenté ces dernières années, il n'y a pas de problème de marché - au moment de la récolte, les commerçants viennent acheter », dit-il en précisant que le tabac est généralement cultivé le long du Mékong et en rotation avec d'autres cultures telles que le maïs et les haricots mungo.

Selon Nath, le prix de vente des feuilles de tabac sec par les producteurs est globalement similaire à celui de l'année dernière, le « thnam Khmer » au goût plus piquant - également appelé « thnam bay » - étant vendu entre 9 000 et 10 000 riels (2,25 à 2,50 dollars) le kilogramme, tandis que le « thnam katab » au goût et à l'arôme moins prononcés est vendu entre 3 000 et 4 000 riels. Le premier est très probablement le Nicotiana rustica connu sous le nom de « tabac fort », et le second le Nicotiana tabacum plus commun.

En 2016, le Cambodge et le Vietnam ont signé un accord accord accordant un traitement tarifaire préférentiel aux produits agricoles traversant leur frontière commune. Le Royaume est autorisé à exporter 3 000 tonnes de tabac séché au Vietnam en franchise de droits pendant un an dans le cadre de cet accord, qui a été renouvelé chaque année suivante.

Selon le directeur du département provincial de l'agriculture, des forêts et de la pêche de Tbong Khmum, Heng Piseth, la culture du tabac est principalement pratiquée par les petits exploitants le long du Mékong et les superficies et les rendements dans la province n'ont que légèrement augmenté d'une année sur l'autre, après plusieurs années de stagnation, en raison d'un manque de demande intérieure.

En 2021, la superficie de Tbong Khmum consacrée à la culture du tabac était de 680 hectares, avec un rendement moyen de 1,70 tonne par hectare.

L'année dernière, le Cambodge a exporté 4 590,85 tonnes de feuilles de tabac sec - en baisse de 21,13 % par rapport à 2020 - vers le Vietnam (4 489,80 tonnes), la Belgique (59,42 tonnes), la Hongrie (39,60 tonnes), la Bosnie-Herzégovine (1,90 tonne), la Chine continentale (0,10 tonne), l'Indonésie (0,02 tonne), Singapour (0,01 tonne) et l'Allemagne (0,001 tonne).

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône