Économie : Keo Mom, « les agricultrices locales ont besoin de soutien institutionnel »

Selon la présidente de l’Association des femmes entrepreneures du Cambodge (CWEA), Keo Mom, une série d’accords de libre-échange (ALE) bilatéraux, multilatéraux et régionaux devraient ouvrir de nouveaux horizons aux entrepreneures du Royaume, mais leurs capacités pourraient être limitées par quelques obstacles, tels que le financement, les connaissances et les contraintes du marché.

Les produits fabriqués par les entreprises locales appartenant à des femmes ont historiquement ciblé des segments relativement étroits de consommateurs locaux. Photo Heng Chivoan
Les produits fabriqués par les entreprises locales appartenant à des femmes ont historiquement ciblé des segments relativement étroits de consommateurs locaux. Photo Heng Chivoan

Mom, qui est également PDG de Ly Ly Food Industry Co Ltd, l’une des plus grandes usines de transformation alimentaire du Royaume, a fait cette remarque lors d’une réunion récente avec de hauts fonctionnaires du ministère du Commerce.

Elle a déclaré au Post qu’elle avait soulevé un grand nombre des problèmes évoqués par les membres de la CWEA pour que le ministère s’y attaque, les plus urgents étant, selon elle, l’accès au marché, les options de financement et la formation aux compétences numériques.

« Nos exploitantes locales produisent suffisamment, mais les ventes ne sont pas généralisées. Nous avons besoin de l’aide du ministère du Commerce pour la promotion et la recherche de marchés. Sinon, si les coûts deviennent trop élevés et que les produits perdent en qualité marchande, il sera plus difficile pour les entrepreneures d’être compétitives », a-t-elle déclaré.

Les produits fabriqués par les entreprises locales détenues par des femmes ont toujours ciblé des segments relativement étroits de consommateurs nationaux, a-t-elle ajouté, confiante dans le fait que le ministère continuera de promouvoir entrepreneures, de les aider à trouver des marchés, de leur fournir une formation aux compétences numériques et de leur faciliter l’accès à des sources de financement diversifiées.

La secrétaire d’État au commerce, Tek Reth Kamrong, a déclaré que le ministère avait élaboré une série de nouvelles lois et réglementations pour soutenir les micros, petites et moyennes entreprises (MPME), qu’il considère comme un moteur de la croissance économique du Cambodge.

Le Cambodge a également conclu un certain nombre d’accords de libre-échange bilatéraux, multilatéraux et régionaux pour améliorer l’accès au marché, a-t-elle souligné. Elle a ajouté que le ministère avait intensifié la formation et le renforcement des compétences des entrepreneures, et qu’il s’efforçait d’encourager le commerce électronique.

Parallèlement, la présidente de la CWEA a laissé entendre qu’il était prévu de créer un marché pour présenter les produits fabriqués localement et les aider à atteindre un public plus large, en particulier ceux fabriqués par des entreprises dirigées par des femmes.

Toutefois, le lieu et le budget de ce projet sont actuellement à l’étude, a précisé Mme Mom.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône