Économie & Finance : Investir dans un but précis au Cambodge : Sevea et Boost Capital

L’investissement d’impact peut prendre différentes formes et au Cambodge, les conditions semblent être parfaites pour que ce type d’investissement puisse décoller dans le Royaume.

Cécile Dahomé est la coordinatrice nationale du PFAN avec le soutien de Sevea.
Cécile Dahomé est la coordinatrice nationale du PFAN avec le soutien de Sevea. Photo CG

Tout d’abord, il existe de nombreuses opportunités dans plusieurs secteurs pour promouvoir le bien-être social et environnemental. Dans le secteur de l’agriculture, des investissements sont nécessaires pour moderniser les équipements et fournir des solutions durables qui peuvent améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs. Dans le secteur financier, les investissements d’impact peuvent contribuer à fournir des prêts à ceux qui en ont le plus besoin.

Un exemple récent de réussite est celui d’Okra Solar, qui a pu utiliser ses technologies matérielles et logicielles exclusives en matière d’énergie solaire pour connecter au réseau des villages isolés du Cambodge. L’entreprise d’énergie verte a pu se développer grâce au financement du Réseau consultatif pour le financement privé (PFAN).

Le PFAN a été lancé par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la Climate Technology Initiative (CTI) en 2006. Il vise à mettre en relation les investisseurs avec des projets à fort impact sur le climat et l’énergie verte dans les marchés en développement.

En 2021, le ministère des Mines et de l’Énergie s’est associé au PNUD et à Électricité du Cambodge pour utiliser le matériel et le logiciel de Okra afin de connecter au réseau les villages de Steung Chrov, Ta Daok et Prek Spean, dans la province de Kampong Chhnang.

Depuis que Cécile Dahomé est devenue la coordinatrice nationale de PFAN en 2015, elle a contribué à lever 3,9 millions de dollars et à soutenir 15 projets au Cambodge. Les fonds proviennent généralement d’investisseurs d’impact, de spécialistes du capital-risque, d’investisseurs traditionnels et de banques.

Après une année 2021 lente en raison de la pandémie, Sevea et PFAN espèrent rétablir son réseau et trouver davantage de projets à financer. Guillaume Requin, responsable du département PME et finance chez Sevea, déclare :

« La première caractéristique est qu’il doit s’agir d’un projet contribuant au développement durable. Nos domaines en ce moment sont l’accès à l’énergie, l’accès à l’eau, l’amélioration de la qualité de l’eau et l’agriculture durable. »

Cécile Dahomé la cofondatrice et directrice exécutive de Sevea, précise que les entreprises dirigées par des femmes seront prioritaires pour aider à promouvoir le rôle des femmes dans l’énergie, l’ingénierie et l’agriculture.

Fournir des prêts à faible coût aux PME et aux entrepreneurs cambodgiens

En plus de servir d’intermédiaire entre les investisseurs et les jeunes entreprises, Sevea fournit une expertise cruciale pour préparer ces entreprises à approcher les investisseurs. Dahomé explique :

« Un avantage direct est que nous les rendons prêtes à investir. Au début, la plupart d’entre elles sont orientées vers les stratégies de marketing et tout le reste, elles ne sont pas prêtes à présenter des données financières aux investisseurs. Cela ne veut pas dire qu’elles ne peuvent pas être financées. »

Avec le soutien de PFAN, Mme Dahome et l’équipe de Sevea aident les entreprises à compiler des rapports financiers et à élaborer des plans d’affaires à présenter aux investisseurs potentiels identifiés par le réseau PFAN.

PFAN sollicite actuellement des candidatures pour des projets demandant un million de dollars ou plus sur trois à cinq ans sur son site web.

Cécile Dahomé ajoute que les entreprises dirigées par des femmes seront prioritaires pour aider à promouvoir le rôle des femmes dans l’énergie, l’ingénierie et l’agriculture.

Prêts garantis et non garantis

Les investissements d’impact font également la différence à une échelle beaucoup plus petite. Boost Capital, par exemple, propose des prêts garantis et non garantis de 500 à 3 000 dollars aux petites entreprises et aux entrepreneurs.

Lucinda Revell, cofondatrice de Boost Capital, précise que l’entreprise est un fournisseur de technologie dans le secteur financier qui s’associe à des banques pour leur permettre d’intégrer numériquement des clients sans avoir besoin d’une consultation en personne.

Lucinda Revell, cofondatrice de Boost Capital
Lucinda Revell, cofondatrice de Boost Capital

Ces prêts non garantis sont un élément clé du programme, car la plupart des IMF du pays ne proposent pas de prêts non garantis aux petites entreprises ou aux entrepreneurs.

« Le fait que les petites entreprises ne soient pas tenues de fournir des garanties change la donne pour le secteur », dit-elle.

Au lieu de s’appuyer sur des dossiers financiers, Boost mène des entretiens à distance avec ses clients pour obtenir une image complète de leurs finances et traite électroniquement tous les documents d’identification.

Boost se concentre également sur la diffusion de l’éducation financière, en utilisant des partenariats avec Pact et SHE Investments, ainsi que des techniques innovantes pour autonomiser les femmes et améliorer leur éducation financière.

La pop star et experte en médias sociaux Sophia Kao a récemment pris le contrôle de la page Facebook de Boost pour la Journée internationale de la femme et a offert des astuces et des conseils pour le marketing des entreprises par le biais des médias sociaux.

Un cours gratuit donné par Mme Kao est proposé sur la page et les participants reçoivent un certificat une fois qu’ils l’ont achevé.
Un cours gratuit donné par Mme Kao est proposé sur la page et les participants reçoivent un certificat une fois qu’ils l’ont achevé.

Le prêt aux entrepreneures est une stratégie clé pour la société, et 75 % de ses prêts ont été accordés à des entreprises dirigées par des femmes. En outre, 30 % des clients empruntent pour la première fois, tandis que 45 % ont un historique de crédit limité.

Selon Mme Revell, pendant la pandémie, les ouvriers d’usine ont été contraints de trouver d’autres sources de revenus, ce qui a entraîné une explosion des entreprises en ligne. L’accès au financement est l’un des principaux problèmes pour nombre de ces nouveaux entrepreneurs.

Une épicière du nom de Pheakdey a récemment bénéficié de l’un de ces prêts, qu’elle a utilisé pour augmenter son stock.

Elle déclare dans son témoignage : « J’ai utilisé ce prêt pour acheter plus de stock et beaucoup de nouveaux produits pour mon épicerie. Par exemple, je n’avais pas de riz à vendre avant, mais maintenant je me suis associée à un bon distributeur de riz. »

Le taux d’intérêt des prêts accordés par Boost loans est de 1,4 % par mois (le taux plafonné par le marché est de 1,5 % par mois, fixé par la banque centrale). Cela est possible grâce à l’argent économisé en évitant d’utiliser des ressources humaines pour traiter les demandes de prêt et examiner les candidats, explique Mme Revell.

À l’avenir, Mme Revell déclare vouloir pousser le modèle encore plus loin. Par exemple, si un vendeur ambulant qui n’a pas de dossier financier ou de plan d’affaires veut améliorer son équipement ou acheter plus de stock, elle aimerait que Boost puisse lui accorder un prêt.

Boost s’intéresserait à des éléments tels que l’endroit où il vend ses marchandises, le volume approximatif de son stock et son plan de financement de base. Cela permettrait à un large secteur de la population, historiquement mal desservi, d’avoir accès au financement formel.

Selon Mme Revell, l’ensemble du secteur devrait passer plus rapidement aux prêts numériques et les banques qui n’effectuent pas la transition risquent de se retrouver sur la touche.

« Nous aidons les banques traditionnelles à passer à l’ère numérique. Les banques qui ne le font pas seront éliminées du système », dit-elle. « Les clients iront vers les banques qui proposent des prêts numériques. »

Boost est soutenu par des investisseurs tels que Insitor Impact Asia Fund, un fonds d’investissement à impact qui reçoit des fonds d’institutions telles que le CDC Group, l’institution de financement du développement du Royaume-Uni.

Un autre groupe d’investissement soutenant Boost est Genuine Interest, un groupe d’investissement à impact basé à Singapour qui vise à fournir des financements aux entrepreneurs des pays en développement.

Le président du groupe, Greg Blackwood, estime que l’investissement à impact engendre des « affaires prospères » où tout le monde en profite, de l’entrepreneur aux investisseurs de Genuine Interest.

Son objectif, dit-il, est de promouvoir les pratiques de prêt circulaire. Contrairement à la charité, où les dons disparaissent une fois versés, l’investissement d’impact lui permet de réinvestir ses profits, offrant ainsi une forme d’aide plus durable.

« Tout le monde y gagne. Personne ne fait rien gratuitement. Ce ne sont que des affaires, mais des affaires positives, et lorsque vous avez de telles activités bénéfiques, le PIB du pays avec lequel vous travaillez augmente. Les revenus de la région locale augmentent et lorsque l’entrepreneur dispose d’un revenu disponible plus important, il est prouvé par de nombreuses études qu’il dépensera ce revenu dans sa communauté locale », ajoute-t-il.

Les investissements à impact en hausse au Cambodge

Le Cambodge devrait continuer à attirer les investissements d’impact à l’avenir, car son économie dollarisée offre des investissements moins risqués que les pays en développement dont les taux de change peuvent être volatils. Selon M. Blackwood, l’environnement politique et commercial relativement stable fait également du Cambodge une destination attrayante.

Selon les dernières données du Global Impact Investing Network (GIIN), 11,3 milliards de dollars de capital d’impact ont été libérés en Asie du Sud-Est entre 2007 et 2016 via 449 transactions. De 2017 à 2019, 298 opérations d’investissement d’impact ont été enregistrées dans la région, pour un total de 6,7 milliards de dollars.

Comme en témoignent les initiatives « sexospécifiques » de Sevea et Boost Capital, l’investissement dans une optique de genre (GLI) a également fortement augmenté dans la région au cours des trois dernières années.

Selon le GIIN : « Par rapport aux 33 opérations GLI réalisées au cours des dix années 2007-2016 et représentant 43,3 millions de dollars, la région a enregistré 39 opérations GLI représentant 350 millions de dollars au cours des trois dernières années. »

Les principaux secteurs pour les investissements GLI étaient les services financiers et l’agriculture.

Brian Badzmierowski avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône