Économie & Cambodge : Le royaume face aux challenges de l’Industrie 4.0

À l’ère de la numérisation, tous les pays du monde et en particulier les pays en développement, font des efforts considérables pour s’adapter aux progrès technologiques.

Le rythme rapide du changement technologique au milieu de la quatrième révolution industrielle, connue sous le nom d’Industrie 4.0, transforme la façon dont les gens vivent, travaillent et se connectent. L’existence de l’Industrie 4.0, grâce à l’intégration technologique, joue un rôle central dans le développement industriel et économique des pays développés et en développement.

Connecter les mondes

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) (2020), l’Industrie 4.0 peut être définie au sens large comme l’adoption des technologies de l’information et de la communication (TIC) utilisées pour s’intégrer dans la fabrication industrielle. Les deux composants qui composent l’Industrie 4.o sont l’application numérique dérivée du système cyberphysique et de la connectivité dans l’industrie manufacturière (PNUD, 2020). Le système cyberphysique est le système utilisé pour connecter le monde physique au « cyber-monde ». Cela comprend l’Internet des objets (IoT), le Big Data, l’apprentissage automatique, l’intelligence artificielle (IA), l’impression 3D, les systèmes de production hybrides et le « cloud computing ». La connectivité concerne davantage le réseautage, la détection entre les mondes cyber et physique et le partage de l’analyse des données.

La transition de la fabrication traditionnelle à la fabrication automatisée facilitée par la haute technologie a fait disparaître certains emplois en les remplaçant par l’IA et l’apprentissage automatique. À cet égard, l’avenir de la main-d’œuvre exigera beaucoup de préparation en termes de compétences spécialisées. Cela obligera nécessairement le pays à investir et à se renforcer davantage dans le développement des ressources humaines.

« Au Cambodge, en raison du manque de main-d’œuvre professionnelle et qualifiée, la nécessité de répondre aux exigences en matière de compétences dans l’industrie 4.o devrait devenir prioritaire »

Les défis de l’industrie du travail au Cambodge

L’émergence de l’Industrie 4.0 a façonné le développement humain rapidement et totalement différemment des première, deuxième et troisième révolution industrielle. Le rôle de l’industrie 4.o dans un pays en développement comme le Cambodge est considéré comme une arme à double tranchant. D’un point de vue positif, il offre un large éventail d’opportunités pour le développement des ressources humaines et la croissance économique. Cependant, cela crée un authentique challenge pour ceux qui ne possèdent pas les compétences technologiques et informatiques nécessaires pour survivre sur les nouveaux marchés du travail qui sont tous liés à la numérisation.

Selon le Forum économique mondial (2018), le bilan montre clairement que le Cambodge est toujours en retard dans ses progrès en termes d’avenir de production avec intégration technologique et connectivité. En outre, les obstacles que le pays a récemment rencontrés pour s’adapter à la nouvelle économie numérique sont le manque d’infrastructures, l’inadéquation des compétences, un cadre réglementaire non progressif, des limitations financières et des compétences insuffisantes pour intégrer la technologie dans l’industrie du travail (PNUD, 2020).

Alors que la technologie agit comme un catalyseur pour façonner l’économie dans cette nouvelle révolution de l’Industrie 4.0, certains emplois au Cambodge tels que ceux des usines de confection et de l’agriculture seront bientôt remplacés par des machines. Compte tenu de la menace de chômage due à cette mutation, il faudra nécessairement plus de travailleurs qualifiés pour que le pays rattrape la nouvelle tendance de l’économie numérique et cette transformation du marché du travail.

Compétences requises dans l’industrie 4.0

Bien qu’il existe des opinions contrastées sur la manière dont l’industrie 4.0 affectera bientôt le marché du travail, la technologie donnera lieu à de nombreuses nouvelles opportunités d’emploi. Alors que le Cambodge aspire à transformer son statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure à un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d’ici 2030, il convient d’accorder plus d’attention à la nécessité d’introduire et de développer les nouvelles compétences nécessaires pour s’adapter aux changements rapides de ce marché du travail. Selon l’enquête « Future of Jobs » réalisée par le Forum économique mondial (2016), les exigences de nouvelles compétences dans l’industrie 4.0 sont liées aux compétences du système, aux compétences de contenu, aux capacités cognitives et aux compétences sociales.

En ce qui concerne les compétences numériques telles que l’analyse de données et la prise de décision basée sur les données, la plupart des entreprises et des industries manufacturières font passer leur système du travail manuel à une utilisation plus sophistiquée de l’IoT et du Big Data. Les compétences concernant l’analyse de données sont devenues stratégiques, car elles impactent la gestion d’effectifs importants et servent d’outil pour stocker et générer des informations numériques utiles. Ainsi, lorsque nous parlons de données, cela s’accompagne toujours de la compréhension de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage associé à l’intégration des TIC.

« Dans les entreprises, l’analyse des données et les connaissances de base en TIC des employés contribuent non seulement à conserver les informations de production, mais aussi à améliorer les produits et à stimuler des créations plus innovantes pour répondre aux demandes des clients »

Parmi toutes les compétences nécessaires, la créativité, le raisonnement logique, le raisonnement mathématique et les compétences de processus, également appelées pensée critique, jouent un rôle central pour que les travailleurs s’adaptent à cette nouvelle organisation. La créativité est l’une des compétences essentielles pour rivaliser avec l’essor de la robotique et de l’apprentissage automatique. Étant donné que la nouvelle technologie agira comme un outil pour améliorer la productivité de l’emploi et que certains des emplois existants seront bientôt remplacés par des machines automatisées, le besoin d’être plus innovant dans la création de nouveaux ensembles de compétences est largement encouragé.

« Bien que les exigences de nouvelles compétences dans le contexte de l’industrie 4.0 semblent être liées aux compétences technologiques et informatiques, les compétences sociales et non techniques jouent toujours un rôle important pour aider les travailleurs à être plus flexibles dans la transformation de l’emploi »

L’intelligence émotionnelle telle que la communication, la collaboration et le travail d’équipe jouent un rôle majeur dans l’interaction avec l’IA et la machine automatisée. Bien que, dans un sens, la robotique ait remplacé une partie du travail manuel, le besoin d’une intervention humaine est toujours important. L’utilisation croissante de l’IA implique que, sans les humains qui font fonctionner la machine, les machines et l’IA ne sont rien dans la production industrielle.

Aspect crucial de l’économie cambodgienne

Pour conclure, l’Industrie 4.0 est considérée comme l’aspect le plus crucial de l’économie cambodgienne et de son industrie manufacturière. Cependant, bien que cela reste une approche complexe elle crée une nouvelle opportunité pour le Cambodge de rattraper les autres pays et de stimuler la croissance économique grâce à l’intégration de la technologie et du système cyberphysique dans la main-d’œuvre. Cependant, elle constitue également une menace pour la population du pays au niveau des pertes d’emplois dues au remplacement du travail manuel par l’IA.

Par conséquent, la nécessité pour le pays d’investir davantage dans la mise à niveau des compétences des travailleurs afin de répondre aux exigences des futurs emplois dans l’industrie 4.0 doit être sérieusement envisagée. Pour ce faire, il devrait y avoir un effort conjoint de toutes les parties prenantes concernées telles que le gouvernement, les universités, les organisations non gouvernementales et les partenaires de développement. Pour être prêt, il est nécessaire d’encourager la promotion de la recherche innovante, de l’enseignement des STEM (science, technologie, éducation et mathématiques) et de la créativité dans les programmes d’apprentissage des étudiants et de fournir aux travailleurs davantage de possibilités de formation sur certaines compétences.

Par Kanika Nhil

L'auteure est stagiaire au Cambodian Education Forum (CEF). Elle est étudiante senior poursuivant un baccalauréat en éducation en anglais à l’Institut des langues étrangères de l’Université royale de Phnom Penh et étudiante senior avec une spécialisation en relations internationales à l’Université Paññāsāstra au Cambodge. Cet article a été initialement publié par le Cambodian Education Forum.

Avec Cambodianess. Version anglaise ici…

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône