Économie : Accord entre associations pour une meilleure inclusion financière des Cambodgiennes

Moins de 5 % des entreprises enregistrées au Cambodge sont détenues par des femmes, alors que plus de 60 % du total des entreprises cambodgiennes sont gérées par des femmes (Source : SHE Investments).

Accord entre associations promettant une meilleure inclusion financière pour les femmes
Illustration Pisit Heng

L’Association des banques du Cambodge, l’Association cambodgienne de microfinance et l’Association des femmes entrepreneures du Cambodge ont signé un protocole d’accord visant à promouvoir l’inclusion financière et à sensibiliser les entrepreneures à l’accès au financement.

Le protocole d’accord entre les trois associations a été établi pour soutenir le plan de développement du gouvernement cambodgien, ainsi que pour compléter la stratégie nationale pour l’inclusion financière 2019-2025.

Le partenariat vise à améliorer l’écosystème financier, à promouvoir des produits de crédit innovants en renforçant et en élargissant la coopération, la formation, l’organisation d’événements, d’ateliers conjoints pour améliorer la culture financière et l’inclusion financière des cheffes d’entreprise et des PME au Cambodge.

S.E. Oknha Keo Mom, présidente de l’Association des femmes chefs d’entreprise du Cambodge (CWEA), soutient que certaines entrepreneuses ne possèdent encore qu’une connaissance limitée de la tenue d’une comptabilité correcte et précise. Ces problèmes, entre autres, compliquent la tâche des institutions financières qui souhaitent répondre à leurs besoins. Elle ajoute :

« Dans le cadre de cette coopération, les deux associations financières contribueront à renforcer les capacités des femmes par une formation approfondie sur les registres comptables spécifiques, les états financiers et les états précis des revenus et des dépenses »

Selon la CWEA, le protocole d’accord obligera l’ABC et la CMA à faciliter l’octroi de prêts en élargissant la gamme de produits et de services mis à disposition et en garantissant des taux d’intérêt raisonnables et des conditions pratiques. Le CWEA « encourage également les entrepreneuses à s’inscrire correctement et légalement pour avoir accès au crédit des institutions financières et à instaurer la confiance ».

Celia Boyd, directrice générale de l’incubateur d’entreprises pour les femmes entrepreneurs au Cambodge SHE Investments, a déclaré à Cambodia Investment Review que les connaissances financières étaient cruciales pour les femmes chefs d’entreprise.

« Non seulement la plupart des micro-entreprises (qui constituent la majorité des entreprises au Cambodge) ne tiennent pas de registres financiers précis, mais beaucoup d’entre elles sont aussi familiales et les propriétaires ne font pas la distinction entre l’argent de l’entreprise et celui du foyer.

« En améliorant leurs connaissances financières, les femmes chefs d’entreprise augmentent également leur capacité à prendre des décisions financières en tant qu’entrepreneurs », déclare Mme Boyd.

Elle ajoute que le monde des affaires doit également comprendre et reconnaître que moins de 5 % des entreprises enregistrées au Cambodge sont détenues par des femmes, alors que plus de 60 % de l’ensemble des entreprises leur appartiennent.

« Bien que les femmes dirigent la majorité des entreprises, la grande majorité d’entre elles sont de taille micro et informelles. Si leurs revenus sont relativement faibles ou si leur entreprise est très petite, elles n’ont peut-être pas la capacité (ou le besoin) de s’enregistrer officiellement ou de demander des prêts plus élevés », précise Mme Boyd.

Elle ajoute que s’il n’est pas difficile aujourd’hui d’enregistrer une entreprise, c’est grâce au travail considérable accompli par le ministère du Commerce et le gouvernement au cours des cinq dernières années pour améliorer l’enregistrement numérique et l’accès à l’information. Cependant, la gestion d’une entreprise enregistrée est complexe et coûteuse, comme la soumission d’une déclaration fiscale mensuelle et la compréhension de la conformité fiscale.

« Plus d’entreprises entrant dans l’économie formelle devrait être une priorité et un domaine d’intervention pour le Cambodge, et des collaborations telles que celle-ci aideront à y parvenir. L’augmentation du nombre d’entreprises formelles se traduira par une amélioration du développement économique, de la disponibilité des services publics et du respect des droits des travailleurs », souligne M. Boyd.

« En fin de compte, cette collaboration tripartite me semble positive et ils ont raison de dire que les femmes ont besoin de plus de connaissances financières, de compétences et d’accès aux financements formels (appropriés) », conclut-elle.

Selon un rapport de la Banque mondiale de 2019, les femmes possèdent la majorité des entreprises au Cambodge (61 %), dont 90 % des PME gérées par des femmes sont rentables. En outre, la plupart d’entre elles s’attendent à une croissance ou au moins à un développement stable (84 %) à l’avenir.

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Article en anglais ici

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône