Économie & Événement : Un forum riche d’espoirs et de perspectives franco-cambodgiennes

« Au Cambodge, nous avons besoin de plus de partenariats et d’investissements avec les entreprises françaises ». C’est en ces termes que s’exprimait Arnaud Darc lors de la conférence de presse annonçant le forum d’affaires France Cambodge qui aura lieu à Phnom Penh les 9 et 10 juin.

De gauche à droite, Philippe Baudry, responsable du service économique de l'ambassade de France au Cambodge et au Laos, Arnaud Darc président des CCE de la France au Cambodge, Soreasmey Ke Bin, président de la CCI France Cambodge.
De gauche à droite, Philippe Baudry, responsable du service économique de l'ambassade de France au Cambodge et au Laos, Arnaud Darc président des CCE de la France au Cambodge, Soreasmey Ke Bin, président de la CCI France Cambodge.

Organisé dans le cadre d’un partenariat entre la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge (CCIFC) et le Comité local des Conseillers du Commerce Extérieur (CCEF) — dont Arnaud Darc est le président — ce forum ambitionne d’insuffler une dynamique supplémentaire dans les relations économiques entre les deux pays.

« Une relation qui est ancienne au niveau historique, mais aussi économique, rappelait M.Darc, mentionnant aussi que plusieurs entreprises françaises opéraient au Cambodge dès les premières années de la reconstruction du pays, citant entre autres le groupe Vinci — Cambodia Airports qui a permis à l’époque de sortir le royaume de l’isolement lié aux nombreuses années de guerre civile et de participer ainsi à la reconstruction.

« Nous ne devrions pas oublier cela, les entreprises françaises furent les premières à revenir et à travailler au Cambodge dès le milieu des années 90 », rappelait le président des CCEF.
Arnaud Darc, président du comité local des CCEF
Arnaud Darc, président du comité local des CCEF

Conférence

Premier intervenant de cette conférence de presse qui s’est déroulée dans les locaux du restaurant Topaz, et aux cotés de Messieurs Key bin, Président de la Chambre de Commerce et Baudry, Chef du Service Économique à l’ambassade de France, M.Darc a rappelé l’existence et le rôle, discret mais efficace des CCEF :

« Il s’agit d’une institution assez peu connue mais qui existe depuis plus d’un siècle et qui regroupe plus de 4000 professionnels français dans le monde entier, reconnus pour leur expertise à l’international.

Les conseillers - 13 au Cambodge - sont nommés par décision du Premier ministre français et interviennent fréquemment pour des réunions, dossiers ou consultations requérant leur expertise. », a-t-il expliqué en précisant également que ces derniers travaillaient en étroite collaboration avec le service économique de l’ambassade de France.

« Nous agissons aussi comme facilitateurs, en liaison avec la CCIFC, entre le monde des affaires local et les entreprises françaises qui souhaiteraient s’installer dans le Royaume », ajoutait M.Darc.

Forum

Véritable plate-forme qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie des CCEF, ce prochain forum sera aussi l’occasion de renforcer ou tisser des liens entre les entreprises françaises et cambodgiennes, qu’elles viennent de France, de la région ou qu’elles soient déjà implantées dans le royaume.

« Nous voulons des mariages », clamait Arnaud Darc pour résumer son souhait voir la connectivité France et Cambodge prendre une dimension plus significative et plus régionale, une vision qui s’inscrit également dans la continuité des premières relations commerciales et d’affaires établies dans les années 1990.

Profiter de l’ouverture du Cambodge

Soreasmey Ke Bin, Président de la CCIFC expliquait ensuite les raisons qui ont poussé la Chambre de Commerce à proposer ce forum. La raison principale tient dans la réouverture des frontières qui a eu lieu bien avant les pays de la région.

Soreasmey Ke Bin, Président de la CCIFC
Soreasmey Ke Bin, Président de la CCIFC

Concernant les objectifs de forum, M Ke bin en a mentionné deux principaux :

(1) Mettre en valeur le Cambodge et attirer plus d’entreprises françaises

À cet effet, ces deux jours de forum se dérouleront dans plusieurs endroits de la capitale, dont la plupart sont assez emblématiques de la présence française dans le pays, de l’esprit de culture ou de l’excellent environnement d’affaires.

Ainsi les participants auront l’occasion de (re) découvrir et d’échanger dans les locaux de l’Institut Français, du Sofitel Phnom Penh Phokeethra, de The Factory Phnom Penh, des locaux du Conseil du Développement du Cambodge, du Raffles Hotel Le Royal, et enfin du complexe Aquation.

(2) Mettre en avant les entreprises françaises opérant dans le Royaume.

Dans cette optique, lors du premier jour du forum, plusieurs entreprise françaises du Cambodge pourront profiter de l’événement « Cambodia in a nutshell » qui se déroulera dans les locaux de The Factory Phnom Penh de 14 h 30 à 17 h et qui s’annonce comme un véritable forum d’affaires à intérieur du forum.

Plusieurs entrepreneurs français du pays proposeront des exposés sur plusieurs secteurs d’activité allant du tourisme au digital — sept secteurs d’activité au total — et certains d’entre eux, qui ont particulièrement bien réussi, raconteront leur parcours.

Pour plus de détails concernant les échanges possibles et le programme très varié de cet événement unique, il est possible d’obtenir plus de détails sur le planning en cliquant ici. Et, pour les entreprises françaises locales, de la région ou d’Europe, et à qui on ne saurait trop conseiller de participer à cet événement, il reste encore une semaine pour s’inscrire (jusqu’au 8 juin 2022).

Échanges

Ce mercredi matin, les trois intervenants de cette conférence de presse se sont ensuite rendus disponibles pour répondre aux questions de la trentaine de journalistes présents dans la salle.

Concernant le nombre d’entreprises françaises opérant actuellement dans le Royaume, M. Baudry, Chef du Service Économique à l’ambassade de France, expliquait qu’entre les petites et moyennes entreprises de droit local, mais animées ou gérées par des Français, les succursales d’entreprises métropolitaines et les entrepreneurs individuels, le nombre total se situerait aux alentours de 400.

Le Chef du Service Économique a également rappelé que la France se trouvait en tête des investissements directs étrangers parmi les pays européens.

À propos de l’attrait qui pourrait être exercé par le royaume, mais susceptible d’être contrarié par les difficultés logistiques liées au conflit russo-ukrainien, M. Baudry précisait que « cette crise ne durerait pas plusieurs dizaines d’années » et que le forum avait également pour intention d’amener les entreprises françaises à s’établir au Cambodge pour développer leurs activités vers les pays de l’ASEAN et de l’Asie en général.

Concernant l’image du Cambodge relayée par quelques médias internationaux qui ne présentent pas toujours le Royaume sous son meilleur angle, Arnaud Darc tenait à rappeler aux journalistes présents que parfois, il ne reconnaissait pas le pays dans lequel il vivait à travers l’image donnée par certains médias étrangers.

« Rien n’est parfait, mais le Cambodge est un pays stable, donc favorable aux affaires et c’est aussi un pays très accueillant en termes d’investissements étrangers, probablement le plus ouvert la région », a-t-il déclaré.

L’homme d’affaires rappelait également que le Royaume était l’un des rares pays au sein duquel la parole et les conseils du secteur privé étaient largement entendus par les responsables gouvernementaux. Il existe même des groupes de travail secteur-privé — gouvernement au sein duquel travaillent des entrepreneurs étrangers, et français.

Outre cet environnement favorable dans l’esprit, le Cambodge se trouve également être l’un des rares pays au sein duquel il est possible pour des investisseurs de posséder 100 % des parts de leur entreprise.

Les procédures d’enregistrement autrefois quelque peu laborieuses sont aujourd’hui simplifiées, groupées en un guichet unique et disponibles en ligne.

Parmi les attraits du pays, les intervenants ont également mentionné les multiples avantages de la nouvelle loi sur l’investissement et les partenariats régionaux avec la Chine et les pays environnants qui proposent également de nombreuses facilités pour les investisseurs souhaitant développer leur activité dans la région.

Voir ici les principaux points concernant la nouvelle loi sur l’investissement

Enfin, les organismes consulaires, associations et prestataires privés locaux sont suffisamment nombreux pour qu’aucun nouvel investisseur ne se trouve face à l’inconnu lors de ces premiers pas dans le pays.

C’est aussi l’objectif de ce forum : rappeler que la présence française au Cambodge, significative en termes de qualité et de dynamisme, est un atout essentiel et un grand encouragement pour les investisseurs potentiels venant de France et de la région.

 

En savoir plus sur le forum :

Site Internet du forum

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône