mardi, novembre 14, 2017

Cambodge - Sommet ASEAN : Les doléances du PM Hun Sen à Donald Trump

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré, hier à Manille, adhérer totalement aux déclarations de Donald Trump concernant la souveraineté des états. Lors du sommet Asie-Pacifique (APEC) au Vietnam la semaine dernière, Donald Trump avait déclaré: ''...Nous allons coopérer dans le respect mutuel et pour le bénéfice de chacun. Nous entendons l'indépendance et la souveraineté de votre nation. Nous voulons que vous deveniez fort et indépendant, profondément enraciné dans vos repères historiques, et travaillant dur pour un meilleur avenir...".


Au sommet de Manille, c'est la première fois que les deux hommes se rencontrent et Hun Sen n'a jamais caché son admiration pour Donald Trump, un président qu'il considère comme ''atypique'' et dont il avait vanté les méthodes directes à plusieurs reprises, notamment lors des relations houleuses du president américain avec la presse. A l'inverse, les relations entre Hun Sen et Obama étaient demeurées bien plus que froides, le premier ministre cambodgien n'appréciait guère l'ancien president, et reprochait à l'administration Obama d'interférer à outrance dans les affaires du royaume sous prétexte du respect des droits de l'homme.

L'occasion était donc rêvée pour réitérer son soutien à Trump en personne et fustiger ses ouailles de l'ambassade US à Phnom Penh...le Premier ministre Hun Sen a déclaré: "...L'ambassade américaine à Phnom Penh n'est pas neutre au sujet des problèmes du Cambodge. Mettre en œuvre votre nouvelle politique de respect de l'indépendance et de la souveraineté des autres pays vous apportera beaucoup d'amis sincères au Cambodge et en Asie mais, ces dernières années, sous prétexte de démocratie et de droits de l'homme, vos diplomates en ont profité pour s'immiscer dans nos affaires internes, et nous en sommes les victimes...votre politique, M.Trump est une nouvelle approche dont je me réjouis, mais l'ambassade des Etats-Unis à Phnom Penh n'a apporté aucun changement dans son attitude. Nous publions des lois et ils nous mettent des bâtons dans les roues. Nous sommes tout simplement empêchés d'appliquer nos règles de droit. Pour cela, je crois que Monsieur le Président des USA devrait leur prodiguer quelques conseils...'', a précisé Hun Sen.

Le Premier ministre cambodgien en aura également profité pour fustiger son rival politique Sam Rainsy, indiquant à Donald Trump que l'ancien president du CNRP avait traité ce dernier de ''dictateur vénal'' lors de son élection, ajoutant également que : ''...Moi, Hun Sen, alors que j'annonçais votre victoire à 100%, les leaders de l'opposition se moquaient de moi...vous êtes un merveilleux président pour moi et un politicien hautement respectable....nous voulons que vous restiez fort et, développons ensemble un véritable partenariat sur le long terme...". Hun Sen a également appelé Trump à effacer la dette de guerre du Cambodge des années 1970, une dette que le Royaume a accumulée sous le régime de Lon Nol principalement en achetant des marchandises américaines pour faire face à une crise de réfugiés provoquée, au moins en partie, par les bombardements américains alors que la population fuyait les campagnes pour se refugier dans la capitale.

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire