jeudi, novembre 23, 2017

Cambodge - Nov Cheanick : Des débuts modestes à l'art transcendant

Bien que l'art moderne soit peu connu au Cambodge, Nov Cheanick espère que son travail pourra inspirer les Cambodgiens.

Nov Cheanick
Battambang est surtout connue comme la deuxième ville du Cambodge, mais aussi comme un centre de libre expression, la maison de nombreux artistes, de musiciens et écrivains. Pendant le règne des Khmers rouges, ce monde s'est presque éteint mais, quatre décennies plus tard, la scène artistique de Battambang est florissante et a produit un autre enfant du pays multi-talentueux : Nov Cheanick. 

Cheanick est un jeune peintre contemporain basé dans la province de Battambang. À peine âgé de 28 ans, il a déjà présenté ses œuvres dans des galeries à l'étranger, notamment aux États-Unis, en France et à Hong Kong. Ses oeuvres mêlent le moderne et les thèmes traditionnels cambodgiens. Plus tôt cette année, sa série de peintures, "Breaking the System", a été présentée à la Sangker Gallery de Battambang, tandis que sa collection "Rain" a été exposée au Java Cafe à Phnom Penh. 

Cheanick est né en 1989 dans le camp de réfugiés du site 2 avant de déménager dans la province de Battambang à l'âge de trois ans. Il a travaillé en Thaïlande avant de devenir artiste pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a quitté l'école secondaire à 13 ans pour rejoindre l'école d'art Phare Ponleu Selpak en 2003. "...Cheanick est à mes yeux l'un des artistes les plus talentueux du Cambodge..." indique Davy Chou, le jeune cinéaste franco-cambodgien, sur sa page Facebook, avant l'ouverture de "A Small Part", une série de peintures de Cheanick.

Une oeuvre de Nov Cheanick
L'art moderne est peu connu au Cambodge, mais Cheanick espère que son travail pourra inspirer les Cambodgiens. Sophea Young, un professeur d'arts visuels, a déclaré que Cheanick était un rebelle dans l'âme et utilisait son art pour exprimer son désir de liberté. "...Il brise généralement les règles enseignées par ses professeurs et développe quelque chose de plus intéressant...", indique-t-elle.

En plus de son talent de peintre, Cheanick peut aussi chanter et jouer de la guitare, comme il l'a fait lors de l'ouverture d'une autre exposition le mois dernier, portant un jean noir déchiré et un t-shirt de style hippie. Il est également devenu une sorte de célébrité après avoir joué dans Diamond Island, un film cambodgien sorti l'année dernière. Malgré cela, Cheanick est catégorique : il ne veut pas quitter la peinture pour l'écran d'argent, malgré des possibilités de revenus plus élevés. ''...Pour moi, je fais quelque chose de petit, je veux montrer un chemin pour la prochaine génération, et je donne un petit exemple...'', déclare-t-il.
Par Malis Thum. (PD)

Pays/territoire : Krong Battambang, Cambodia
Enregistrer un commentaire