dimanche, novembre 26, 2017

Cambodge Mag - Magazine Papier : L’Institut français du Cambodge, faire à nouveau connaissance…

Pour ceux qui aiment lire leur magazine préféré sans se presser, nous commençons à livrer quelques-uns des articles de la toute dernière version papier de Cambodge Mag, parue à l'occasion du Gala de la CCIFC, le 16 novembre dernier. Pour ceux qui souhaiteraient consulter l'édition intégrale, disponible en ligne et au format PDF, elle est disponible ici.. Bonne lecture et merci de votre fidélité !

Ouvert en 1990, avant que l’Ambassade ne se réinstalle au Cambodge, connu de beaucoup de Cambodgiens et d’expatriés, l’Institut français du Cambodge est un lieu un peu particulier. Particulier car, tout en étant un service de l’Ambassade, il est un lieu ouvert destiné à accueillir du public. Il conviendrait d’ailleurs de parler de publics plutôt que de public car les missions et domaines d’intervention de l’Institut sont larges et variés. Une petite visite guidée s’impose pour prendre la mesure de la diversité des missions de l’IFC.

Le bar – bistrot de l’Institut Français
Entrons dans l’Institut dont l’accès est libre du matin 8h00 (6h00 pour le Centre de langues !) à tard le soir en fonction des événements. Le premier espace auquel on accède est le bar. Lieu de convivialité et d’échanges, de programmation et de partage culturel, l’IFC possède un bar et un restaurant qui en font un lieu de vie à part entière et jouent un rôle important à l’occasion des événements. Le restaurant, de par sa décoration, ses ouvrages en libre consultation consacrés à la gastronomie et au vin et sa cuisine française se veut également une vitrine de l’art de vivre à la française. 

Les jardins de l’Institut
Le jardin, dans le prolongement, accueille, la semaine et les week-ends, lycéens, étudiants, familles avec enfants venus profiter du calme des lieux et d’un peu de verdure.  Il est aussi une scène toute naturelle pour les spectacles et performances que l’IFC accueille tout au long de l’année dans le cadre de sa programmation culturelle qui fait une large place aux arts visuels et au spectacle de rue : cirque avec notamment l’URBA et Phare Ponleu Selpak, danse contemporaine, concerts avec la chanson française traditionnelle, le jazz, le rock mais bien entendu des artistes cambodgiens car l’Institut se veut le promoteur des artistes locaux et se montre attentif au public cambodgien.

Donnant sur le jardin, la galerie est le lieu où sont organisées les expositions. De peinture comme celle, récemment, du grand artiste cambodgien Sopheap Pich, de photographie comme celle consacrée aux photos du Ballet Royal prises par George Groslier, d’installations de films et vidéos avec Christian Milovanoff et Ange Leccia en 2017.  

L’Institut Français, également un lieu d’exposition pour les artistes locaux et internationaux
Montons à l’étage, le long du bâtiment de la médiathèque qui donne sur la rue. La salle de cinéma, entièrement numérisée et refaite avec l’aide du CNC est l’une des meilleures de la ville. La programmation, qui avoisine les 80 films à l’année, alterne les classiques français (Le salaire de la peur, l’homme de Rio), internationaux (Paris Texas), régionaux (rétrospective Apichatpong Weeresethakul en 2017) et cambodgiens ou consacrées au Cambodge (Diamond Island de Davy Chou, Les Pépites). Des projections sont également régulièrement organisées en plein air comme il est prévu de le faire début 2018 pour un panorama du cinéma cambodgien du Sangkum à nos jours.

La cinémathèque, lieu de conférence et de projections
La cinémathèque est également utilisée pour des spectacles, en particulier de danse contemporaine en petit format (solo, duo) et surtout pour des conférences organisées dans le cadre du « débat d’idées » qui est également un axe important de la programmation de l’IFC. Ces conférences traitent d’anthropologie et d’histoire (Cycle IRASEC, EFEO), de santé (Cycle Institut Pasteur), de droit et de professions juridiques, de média et métier de journaliste, de politique internationale et géopolitique (interventions récentes de l’ex-Sherpa et conseiller diplomatique de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, du secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse).

Le débat d’idées nous invite à accéder à la médiathèque qui, sur deux étages, occupe le côté droit de la façade principale vue depuis la rue. Opérant dans une logique de service public (l’abonnement annuel va de 2 à 20 USD), la médiathèque, qui est la plus grande bibliothèque d’ouvrages en français de l’Asie du Sud Est, accueille tous les publics : élèves et étudiants (ceux qui apprennent le français à l’IFC y ont accès gratuitement), membres des communautés francophones. Elle s’adresse aussi à tous les âges, les tout petits ayant leur coin dédié avec des ressources audiovisuelles et un atelier de contes pour enfants. Avec 25 000 ouvrages et plus de 30 000 visiteurs par an, c’est un lieu fréquenté où l’on vient lire, emprunter mais également travailler au calme et, à l’étage, bénéficier des ressources documentaires et numériques  notamment liées à l’apprentissage du français. La médiathèque devrait par ailleurs bientôt ouvrir son artothèque et permettre ainsi l’emprunt d’œuvres artistiques. 

Étudiants dans la médiathèque
A proximité, la Librairie Carnets d’Asie vient compléter l’offre de lecture de la médiathèque en proposant une très large gamme d’ouvrages consacrés au Cambodge et à l’Asie. Partenaire historique de l’Institut, la librairie est régulièrement associée aux événements en lien avec le livre et la lecture.

Franchissons l’accueil et sortons sur la rue. En face se dresse le Centre de langues de l’Institut. Nous pénétrons dans le bâtiment dont le rez-de-chaussée a été entièrement refait. Il est partagé en bureaux (dont la salle des enseignants qui sont une quarantaine, le secrétariat et les espaces dédiés au travail et à l’étude). Dans les étages se trouvent les 18 salles de cours qui, chaque années, voient passer environ 5 000 étudiants sur les différentes sessions de cours et d’examens du DELF-DALF.

Le Centre de langues
Le Centre de langues propose, outre les cours de français, des cours de khmer. Il recrute des enseignants, locaux et locuteurs francophones natifs, diplômés et possédant des compétences particulières (FLE, français langue étrangère, FOS, français sur objectifs spécifiques et universitaires, jeune public, TICE). Par son action, le Centre de langues œuvre à maintenir une présence francophone dans un pays, certes lié historiquement avec la France, mais situé en Asie du Sud-Est, et membre de l’ASEAN. Cette visite de l’Institut, nous vous souhaitons de la faire vous-même, à votre rythme et en fonction de vos goûts et intérêts en nous rendant visite au numéro 218 de la rue 184. Au plaisir de vous y voir !
Texte : Équipe de l’Institut français du Cambodge
Photographies : Christophe Gargiulo

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire