lundi, novembre 20, 2017

Cambodge - Dissolution du CNRP : Les USA menacent de sanctions directes

Après l'annonce de la dissolution du parti d'opposition, le CNRP, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient réduire leurs promesses de financement pour les élections de 2018 et ont également suggéré que des sanctions pourraient suivre. Le représentant américain Ed Royce, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, a déclaré vendredi que la décision du tribunal "...détruisait toute prétention à la démocratie...". Royce a également accusé Hun Sen d'instituer une "dictature à parti unique".

Le représentant américain Ed Royce, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants
Une action concrète a également été suggérée par la Suède, le Royaume-Uni et l'Union européenne : "...Un processus électoral dont le principal parti d'opposition a été arbitrairement exclu n'est pas légitime...", indique un communiqué de l'Union Européenne, reliant "...respect fondamental des droits de l'homme..." et accès au programme préférentiel "...Tout sauf les armes...", mais l'UE ne menace pas de sanctions. La Suède, quant à elle, s'est engagée à "...revoir les formes de son engagement au Cambodge...". Le Canada et l'Australie ont simplement encouragé le gouvernement à agir de manière démocratique, sans menacer de changer les relations entre les deux pays.

Dans un discours hier devant les ouvriers d'une usine de textile, Hun Sen s'est moqué des sanctions, arguant que la Chine comblerait les lacunes, et conspuait à nouveau les Etats-Unis qui, selon lui, "...ont peur que la Chine prenne leur siège...les Etats-Unis sont les bienvenus pour réduire l'aide au Comité national des élections...Vous n'êtes pas capable de me renverser, alors maintenant vous vous entendez pour tuer la démocratie au Cambodge...nous ne pouvons pas perdre notre indépendance et notre souveraineté en échange de petits dons...", a-t-il déclaré.

De son côté, Emma Burnett, de Global Witness, suggère que le schéma de développement du début des années 1990 - au sein duquel l'aide internationale a inondé le Cambodge et les Accords de paix de Paris ont jeté les bases d'une démocratie libérale - s'est effondré. "...Des milliards de dollars d'aide ont été dépensés pour aider les Cambodgiens à développer un système démocratique qui respecte la primauté du droit et les droits de l'homme. Ce projet a échoué ", a-t-elle déclaré.

Mu Sochua, vice-présidente du CNRP, a déclaré à la presse locale que le retrait des Etats-Unis pour l'aide aux élections ne ferait que marquer le premier vers une pression internationale appelée à devenir de plus en plus forte, a-t-elle suggéré.

Lors d'une conférence de presse vendredi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a qualifié le Cambodge de "bon voisin, bon ami, bon partenaire et bon frère". "...La Chine a aidé le Cambodge à suivre une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et aux efforts déployés par le gouvernement cambodgien pour sauvegarder la sécurité et la stabilité nationales...et nous y adhérons...", a-t-il déclaré.


Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire