mercredi, octobre 11, 2017

Cambodge - Santé - Institut Pasteur : Éradiquer la rage d'ici 2030

La salle de cinéma de l'Institut Français était comble hier soir à l'occasion de la conférence sur le thème de : La rage - Nous sommes tous concernés. Pour cette conférence destinée à sensibiliser à nouveau la public sur les tristes statistiques de la rage au Cambodge, les intervenants étaient Didier Fontenille, Directeur de l’Institut Pasteur et Ly Sowath, médecin épidémiologiste, responsable du centre antirabique.

Présentation de Didier Fontenille, Directeur de l’Institut Pasteur
Lors de la présentation d'ouverture, Didier Fontenille proposait un historique de la maladie avec l'apparition du premier vaccin, qui eut un succès retentissant, rappelant la découverte de Pasteur et le travail d'Albert Calmette qui, en 1891, ouvrit le premier Institut Pasteur à Saigon...Moins passionnant et plus dramatique ensuite, le médecin décrivait alors les symptômes de la maladie, avec deux variantes. Il y a deux types connus de rage et chacun présente  différents symptômes qui peuvent affecter le pronostic. Le type le plus commun est associé avec la furie et l'hyperactivité, des effets d'hydrophobie ou d'aérophobie. Ce type est associé à un pronostic court, et la mort par arrêt cardiaque se produit habituellement quelques jours après le début des symptômes. 


Le deuxième type de rage est connu comme paralytique et affecte environ 30% des cas de rage. Celle-ci provoque une paralysie graduelle des muscles puis la mort. Celle-ci est moins fréquente, plus progressive, et donc plus difficile à diagnostiquer. 

Le docteur Fontenille rappelait ensuite les précautions d’usage en présence d'un chien inconnu, expliquait les protocoles de nettoyage et de désinfection et la possibilité de se faire vacciner dans les trois jours après une morsure, mais en appuyant sur le fait que seule la vaccination préventive était une solution pleinement efficace.

Ajouter une légende
Le docteur Ly Sowath illustrait ensuite deux cas survenus au Cambodge, l'un dramatique qui a vu le décès d'un père de famille, qui n'était pas vacciné et qui a été mal diagnostiqué, et l'autre plus heureux avec un jeune garçon dont les parents ont eu la présence d'esprit d'emmener le blessé se faire nettoyer la plaie correctement avant de l'emmener se faire vacciner à l’Institut Pasteur.

Avant de lancer un questions-réponses avec le public, le Docteur Fontenille reprenait la parole pour donner quelques statistiques, notamment ces 800 morts par an, et probablement plus car le recensement est difficile, celles des zones d'infection, le nombre de chiens au Cambodge, environ cinq millions, qui rendent les campagnes de vaccinations des canidés plutôt ardues. Avec le lancement d'un livre destiné à éduquer la population sur les dangers de la rage, et le projet d'ouverture de deux nouveaux centres  antirabiques l'Institut Pasteur souhaite pouvoir réduire les cas de rage de 50% 'ici cinq ans. Quant à la faire disparaître totalement, le Docteur Fontenille expliquait la nécessité de mise en place d'un programme de lutte plus étendu, mais rappelant que les fonds manquaient pour le moment.

En ce sens, avant d'ouvrir le débat, le scientifique remerciait les sponsors et partenaires actuels et lançait, une nouvelle fois, un appel aux mécènes pour mener à bien le programme d'éradication de cette maladie.

Contacts :
Institut Pasteur du Cambodge
5 Boulevard Monivong - Phnom Penh, Cambodge.
Téléphone : +855(0) 023 426 009 ou +855 (0) 099 346 144
Site web : www.pasteur-kh.org

Pays/territoire : Cambodia
Enregistrer un commentaire